Real : Une provocation de Bale dans le vestiaire ?    JOURNEE NATIONALE DE L'ETUDIANT : Les universitaires dans la rue    La force tranquille du Hirak    La classe politique et les personnalités nationales réagissent    Une série d'attentats déjoués    L'Iran joue l'apaisement    Déstabilisations cycliques    «Apprenons à gagner et à perdre en toute sportivité»    Frifer se rapproche du CS Sfax    L'Algérie 8e en garçons et 13e en filles aux Mondiaux d'athlétisme    Ce sera à Sidi Moussa et à Doha    El Bahia prépare la saison estivale    Extension du réseau de gaz 400 nouveaux foyers raccordés    Hirak et ramadhan    Reprise dimanche des discussions sur la transition    Concert en hommage à la diva Fayrouz    Rabah Asma : "J'adore faire la fête dans mon pays !"    Témoin de plusieurs siècles d'histoire    Rassemblement pour la libération de Louisa Hanoune    Le RCD dénonce une «chasse aux sorcières»    Peut-on croire encore au scrutin du 4 juillet ?    Nouvelle attaque de Daech en Libye    Les salaires impayés aux joueurs estimés à plus de 50 millions dinars    Ali-Yahia, Taleb Ibrahimi et Benyelles appellent l'armée à dialoguer    La troupe du Renouveau du théâtre amazigh demain à Tizi Ouzou    Echauffourées entre jeunes et policiers    Le FFS rejette le scrutin du 4 juillet    Les souscripteurs protestent devant la wilaya    Nomination de 4 nouveaux cadres    Flan de poulet    Oran : 25 blessés dans une collision entre un bus et une voiture    USM Bel Abbès – MCA : Victoire impérative pour rester en Ligue 1    Détournement de 32,3 milliards de centimes et 100 000 euros au CPA de Bouira : Trois cadres du CPA placés sous mandat de dépôt    Haï Snawber ex-Les Planteurs: Démolition d'une dizaine de nouvelles constructions illicites    Et si c'était la solution ?    Le sage père de famille et l'Algérie de demain    Baptême du feu pour Arkab!    Numidia TV bouleverse la hiérarchie du Ramadhan 2019    Du talent et des aiguilles...    Saisie de 5 quintaux de viande blanche avariée    Youcef Addouche et Kenza Dahmani sacrés    Sonatrach et Eni prolongent leur lune de miel    Etats-Unis : La tension USA-Chine plaide pour une baisse de taux de la Fed    Corée du Nord : Comment une "douzaine de voyous" a pris d'assaut l'ambassade à Madrid    Industrie : Les géants de l'auto confrontés au marché de l'occasion en Afrique    Avec un "concept store" dans le centre de Beijing : Carrefour Chine étend sa stratégie de distribution intelligente    Bourses : Des signaux rassurants relancent l'appétit pour le risque    6 civils tués lors d'un raid saoudien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Prix Jaime Torres Bodet : Bernard Dadié distingué par l'Unesco
Publié dans Info Soir le 13 - 02 - 2016

L'écrivain ivoirien Bernard Dadié a reçu jeudi à Abidjan le premier prix Jaime Torres Bodet, attribué par l'Unesco, qui récompense l'ensemble de l'œuvre de ce «pionnier et géant de la littérature africaine», selon Irina Bokova, directrice générale de l'Unesco.
Créé à l'initiative du docteur José Narras Roblès, recteur de l'université nationale autonome du Mexique (UNAM), le prix Jaime Torres Bodet (membre  fondateur de l'institution dont il fut le directeur de 1948 à 1952), sera décerné tous les deux ans et est destiné à récompenser «les efforts de la personne, du groupe de personnes ou de l'institution internationale qui a contribué au développement de la connaissance et du savoir, à travers l'art, l'enseignement et la recherche en sciences sociales».«Nous célébrons aujourd'hui plus que l'hommage à un grand intellectuel, car ce prix est aussi un hommage à la vivacité de la culture de la Côte d'Ivoire et de l'Afrique», a écrit Irina Bokova, directrice générale de l'Unesco, dans un message lu lors d'une cérémonie au Palais de la culture d'Abidjan. Pour Mme Bokova, «cette cérémonie est un moment de joie, de reconnaissance et de célébration de la grandeur de l'Afrique et ses belles et riches cultures et aussi une invite à l'action pour un monde meilleur, où le dialogue des cultures est le socle de la paix et de la coexistence pacifique». «Ecrire est, pour moi, un désir d'écarter les ténèbres, un désir d'ouvrir à chacun des fenêtres sur le monde», a commenté l'écrivain d'une voix monocorde et tremblante, avant que son fils prenne la relève pour poursuivre son discours de remerciement. Le ministre ivoirien de la Culture et de la Francophonie, Maurice Bandaman, a salué de son côté M. Dadié, «père des lettres ivoiriennes» et «militant en quête de lumière pour la fraternité des peuples, mais aussi un homme opposé au reniement de soi». M. Bandaman a rappelé que les œuvres de l'écrivain «sont enseignées dans les universités et grandes écoles d'Afrique et d'ailleurs». M. Dadié a été sélectionné parmi des candidatures provenant de 20 pays, selon l'Unesco. L'écrivain centenaire a notamment reçu deux fois le Grand prix littéraire d'Afrique noire, avec «Patron de New York» (1965) et «La ville où nul ne meurt» (1968).

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.