Tourisme: Air Algérie appelée à accompagner les efforts de développement du secteur    La décision de la Cour africaine est une attestation du statut juridique du conflit    Hand/CAN 2022 (dames): "Ce sera difficile mais jouable"    Lancement officiel du réseau parlementaire sur le climat et l'environnement    Mémoire nationale: élaborer un guide académique pour l'enseignement de l'histoire    Sommet arabe: un tournant qualitatif dans l'action arabe commune en faveur de la cause palestinienne    Handball: décès de l'ancien international algérien Ahmed Hadj Ali    Foot (match amical) : Algérie A' - Soudan à huis clos    Le nouveau stade de Tizi-Ouzou sera livré dans les délais    Grippe saisonnière: réception de 2,5 millions de doses de vaccin    L'Armée sahraouie bombarde des retranchements des forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Festival national du Malouf de Constantine : un spectacle des plus élégants à la troisième soirée    Le Premier ministre inaugure la 21ème édition du SITEV    Alcool frelaté: 19 morts dans le nord du Maroc    Sonatrach: Priorité à l'exploration    Une centaine de supporters blessés    Algérie A'- Soudan aujourd'hui à 20h00: Maintenir la dynamique des résultats    Ligue 1: Deux duels attrayants    Tiaret: L'usine de plaques PVC entre en production    De la dualité désordre-ordre humain à la guerre Ukraine-Russie    Huit agences de voyages agréées pour la Omra 1444: 21 millions de cts au minimum pour une «Omra simple»    Préservation des îles Habibas: Lancement de l'atelier chargé de l'élaboration du schéma directeur    Les chantiers de la santé : éviter de se perdre    Tlemcen: Les nouveautés de la codification des marchandises    A quand une rencontre Président-Maires ?    LA VIE... ET LE RESTE    «Nos entreprises sont prêtes à investir en Algérie»    Une aubaine pour les cimentiers    Des «lignes rouges» tracées    Les autorités pro russes revendiquent la victoire    Un géant qui voit grand    60 Cantines scolaires à l'arrêt    Ce qu'en attendent les syndicats    Trois ateliers illégaux démantelés    Tensions accrues au Sahel    Du bon et du moins bon    Maguire, c'est désastreux    Festival algérien des arts et de la culture «Dz Fest»    Le Japon invité d'honneur    Saint Augustin de retour à Souk Ahras    Le Président Tebboune reçoit l'ambassadeur du Ghana    APN: Réunion de coordination sous la présidence de Boughali    Festival national du Malouf de Constantine : une ambiance apaisante lors de la 2ème soirée    Conseil de sécurité de l'ONU: La Ligue arabe, l'UA et l'OCI soutiennent l'Algérie    Une commission et des Interrogations    Le wali, homme-orchestre    Le FFS fêtera jeudi ses 59 ans    Un coup de piston et...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Comment la grogne sociale est montée d'un cran ?
Publié dans Info Soir le 23 - 05 - 2017


En fonctions depuis moins d'un an, le gouvernement d'union de Youssef Chahed est confronté à une grogne sociale croissante, en particulier dans les régions périphériques. Les mouvements prennent régulièrement l'allure de sit-in bloquant routes et accès à certains sites. La Tunisie, unique pays rescapé du Printemps arabe, avait connu début 2016 sa plus importante contestation sociale depuis la chute de la dictature cinq ans plus tôt, après le décès d'un jeune manifestant lors d'une manifestation pour l'emploi à Kasserine à l'ouest du pays. Commentant une ancienne étude ministérielle, des sociologues tunisiens jugent que ces violences ont pris de l'ampleur sous le régime de Zine El Abidine Ben Ali (1987-2011) car elles étaient un moyen de "respirer" et de "protester" dans un pays muselé. Aujourd'hui, bien que la liberté d'expression soit considérée comme un acquis de la révolution, cette violence est due au "sentiment généralisé d'injustice et de frustration envers la classe politique et les gouvernements", affirme le chercheur en sociologie Tarek Belhaj Mohamed. La majorité des personnes impliquées sont des jeunes n'appartenant à aucun parti, organisation ou syndicat, des structures devenues "incapables d'encadrer ou de proposer des alternatives", poursuit-il. Responsable d'un syndicat policier, Nassim Rouissi juge lui que l'augmentation des violences est due à "l'affaiblissement des appareils de l'Etat" depuis la révolution

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.