La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Duel au soleil des Pharaons    Concentration maximale chez les Verts    Les Verts se remettent au travail    Mesures légales pour relancer la production    Mahdjoub Bedda placé sous mandat de dépôt    Juventus: De Ligt explique son choix    Eliminatoires de la CAN 2021: L'Algérie connait ses adversaires    Bahloul échoue aux élections du conseil exécutif de la CAF    Des noms et des questions    Sit-in devant la cour d'Alger pour la libération des détenus : La solidarité s'élargit    Trump accusé de racisme par le Congrès    Printemps arabe et trêve estivale    Collectif d'avocats : «Les quatre enfants du général Hamel sont libérés, les détenus d'opinion encore sous mandat de dépôt»    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Arrestation de plusieurs malfaiteurs dans différentes localités    Arrestation de trois étudiants en flagrant délit de chantage    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Pour une nouvelle gouvernance locale autour de pôles régionaux    Des personnalités conduiront le processus    La protection de l'enfance, «une responsabilité collective»    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    Le Forum civil pour le changement dévoile ses treize personnalités    La sonelgaz dévoile un nouveau modèle de consommation    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    Transition, débat politique et euphorie footballistique : mobilisations collectives et fluidité politique    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Le calvaire des usagers    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dessalement d'eau de mer : Consolider la sécurité hydrique
Publié dans Info Soir le 30 - 07 - 2017

Taux - Le dessalement d'eau de mer représente actuellement 15% des sources d'eau potable en Algérie et ce taux passera à 20 % fin 2017.
C'est ce qu'a indiqué hier samedi le ministre des Ressources en eau, lors de sa tournée à Tébessa, précisant que le dessalement constitue «un moyen efficace pour consolider la sécurité hydrique en Algérie». Selon Hocine Necib, l'Algérie a recouru au dessalement dès 2000 dans une période où le pays commençait à faire face à une crise d'eau ayant nécessité l'engagement de multiples investissements dont la construction de barrages et les projets de transfert. Le pays compte 75 barrages (plus de 8 milliards m3), 11 stations de dessalement d'eau de mer pompant 2 millions m3/jour, 180 stations d'épuration des eaux usées (STEP) et 20 autres en cours de réalisation destinées à l'irrigation agricole, note le ministre estimant que ces réalisations sont «des indicateurs positifs et ambitieux».
L'Algérie avec ses infrastructures hydriques diversifiées et ses grands investissements engagés depuis une décennie possède «une expérience de leader», a ajouté M. Necib, estimant que la sécurité hydrique repose sur la diversification des ressources d'eau. L'Algérie produit annuellement 3,3 milliards m3 dont le tiers provient des barrages et des eaux souterraines, a indiqué le ministre. Les ressources hydriques de l'Algérie restent limitées.Tout d'abord, pour des raisons climatiques : la pluviométrie irrégulière. L'accroissement rapide des besoins en eau potable ainsi qu'en eau pour l'irrigation et l'industrie a été fort et reste continu. Le recours au dessalement d'eau de mer a pu être promu donc comme une alternative stratégique permettant de sécuriser l'alimentation en eau potable de certaines villes du littoral et d'agglomérations proches. «Un litre d'eau potable sur 5 consommés par les citoyens algériens proviendra, d'ici à 2018, du dessalement d'eau de mer», avait précisé Hocine Necib. Un programme d'installation d'unités de dessalement d'eau de mer a vu le jour il y a quelques années tout comme la station de dessalement d'Alger (Hamma) entrée en production en mars 2008 pour mieux garantir la sécurisation en eau potable des Algérois, et la station de Mactaâ, mise en service en 2014, considérée comme la plus la plus grande en Afrique, qui a permis à la wilaya d'Oran d'assurer son autosuffisance en matière d'eau potable. M. Necib avait fait le point en soulignant que son secteur a projeté, dans le cadre d'une vision prospective «d'importants investissements» en mesure de répondre aux besoins des Algériens jusqu'à 2030.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.