Dans un message à l'occasion du 19 mars.. Bouteflika maintient le cap    Gaid Salah : «A chaque problème existe une solution, voire plusieurs»    Invitant la classe politique à faire des concessions.. Ouyahia se range du côté du peuple !    Prévue avril prochain.. La réunion de l'Opep pourrait être annulée    Chlef.. L'abattage clandestin de volailles prend de l'ampleur    Les champs Elysées seraient interdits aux «gilets jaunes»    Action sociale pendant le ramadhan à Sidi Bel-Abbés.. Plus de 31 milliards de centimes dégagés    Djelfa et Khenchela.. Contrebande de boissons alcoolisées    Belmadi cherche les remplaçants de Chita et de Benzia.. Le milieu, un chantier ouvert    Volley-Championnat d'Afrique (dames).. Bonne entame du GS Pétroliers    MINISTERE DE LA DEFENSE : Ahmed Gaïd Salah en visite de travail à la 3e Région Militaire    PREMIERE SESSION DE L'APW : Le dossier des affaires sociales en débat    POUR DETOURNEMENT DE DENIERS PUBLICS A L'ADE BOUHADJAR : Arrestation de trois fonctionnaires à El Tarf    NOUVEAU GOUVERNEMENT : Le CNES refuse de participer aux consultations    Une AG extraordinaire pour baliser le terrain à l'Hyproc    Un staff technique collégial pour terminer la saison    La Mekerra en quête de 18 points pour éviter le purgatoire    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    La crise actuelle en Algérie    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Formation du nouveau gouvernement    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Abderrahmane Mebtoul appelle à privilégier les intérêts supérieurs de l'Algérie    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Ligue des champions (6e et dernière journée)    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le football national doit faire dans l'optimisme    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    Canada Et si la corruption au Québec était la face cachée de la crise que traverse Trudeau ?    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cela s?est passe un jour / Aventures, drames et passions celebres
Le radeau de «La Méduse» (6e partie)
Publié dans Info Soir le 24 - 04 - 2005

Résumé de la 5e partie Cent cinquante-deux hommes ont pris place sur un radeau, traîné par des canots de sauvetage également chargés de naufragés.
En montant sur le radeau, les passagers ont été pris d?une appréhension, mais le commandant et les officiers qui ont pris place dans les canots de sauvetage leur ont juré de ne pas les abandonner.
«Nous vous remorquerons tout le temps qu?il faudra !», ont-ils dit.
On a décidé, au départ, de rejoindre la côte et de traverser le désert jusqu?à Saint Louis : c?était un projet tout à fait raisonnable mais, pour on ne sait quelle raison, il n?a pas été retenu. En tout cas, au bout de plusieurs heures de navigation, la côte africaine n?était toujours pas en vue, alors qu?au moment de quitter la frégate, elle n?en était pas loin.
Les canots, qui remorquent le radeau, ont tous fini, au grand désespoir des naufragés, par abandonner le radeau, à l?exception du plus grand, qui continue à le tirer. Puis brusquement, les cordes du canot se rompent. Le canot s?éloigne du radeau.
? Ils nous abandonnent ! hurle un naufragé.
? Par pitié, ne nous laissez pas ! crie un autre.
Et ce ne sont plus que cris, supplications, pleurs. Mais le canot s?éloigne inéluctablement. Ses passagers, comme honteux de leur comportement, ne se retournent même pas.
Voilà donc cent cinquante-deux hommes, livrés à leur sort, en pleine mer, sur un radeau mal fait, sans mât ni voilure, voguant au gré des vagues.
Sur les cent cinquante-deux hommes, il n?y a qu?une dizaine de marins. L?enseigne de première classe Coudin prend le commandement du radeau et, aidé par les militaires qui se trouvent à bord, parvient à rétablir l?ordre.
«Inutile de crier, dit-il à ses compagnons d?infortune, ces messieurs nous ont abandonnés à notre sort. Il faut donc nous organiser pour tenir jusqu?à ce que les secours arrivent !»
Il faut commencer par inventorier le matériel et les vivres qui se trouvent sur le radeau. On commence par chercher les cartes et les instruments de navigation, mais on n?en trouve pas. On a dû, pour alléger l?embarcation, les jeter à la mer. En revanche, on découvre le cacatois de «La Méduse» et celui de «La Perruche», que quelqu?un a eu l?idée, au moment d?embarquer, de jeter sur le radeau. Qu?à cela ne tienne, on va les utiliser pour dresser un mât de fortune et improviser une voilure.
On passe en revue les vivres. Il n? y a qu?un sac de vingt-huit livres de biscuits, imbibés d?eau de mer, six barils de vin et deux d?eau. De quoi tenir à peine quelques heures ! D?ailleurs, le jour même, on mange les biscuits, transformés en pâte, et on prend une partie de la boisson.
On scrute l?horizon, dans l?espoir d?apercevoir quelque navire de passage, mais il n?y a rien. C?est alors que les malheureux naufragés s?aperçoivent qu?ils sont seuls au monde, abandonnés des hommes et de Dieu. Et quand la nuit commence à tomber l?effroi s?empare d?eux. (à suivre...)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.