Présidentielle 2019: Le report, une solution à «l'impasse» ?    Exception d'inconstitutionnalité: Le plaidoyer de Louh    Tébessa: Un programme d'urgence pour l'eau potable    Argent de la diaspora: Les Algériens, derniers de la classe    Leurs dossiers acceptés mais ils ne peuvent accéder au site pour le paiement: Sit-in des souscripteurs devant la direction régionale de l'AADL    Un pacte self-service    FAF - Coupe d'Algérie (1/32e et 1/16e de finale): Place aux émotions et gare aux surprises !    LFP - Championnat national: Statut professionnel, gestion amateur    Ligues 1 et 2: Où est passé le bilan chiffré de la compétition ?    Axe Gdyel - Hassi Ben-Okba: Un octogénaire meurt dans une collision entre un camion et une voiture    Tebessa: 2 à 15 ans de prison dans une affaire de terrorisme    Affaire du magistrat tué à Sidi Bel-Abbès: L'épouse de la victime, sa fille et un complice écroués    Au fil... des jours - Communication politique : nouvelles du front ! (2ème partie)    Le pouvoir d'en haut, la confiance d'en bas    Karim Wade saisit la Cour de justice de la Cedeao pour pouvoir être candidat    Kia Al Djazair introduit le GPL sur 3 de ses modèles    Land Rover Algérie : Plusieurs offres promotionnelles aux ateliers SAV    Des milliers de manifestants marchent pour les libertés    Le FLN pour une nouvelle sérénité    1ère Foire commerciale intra-africaine Participation de l'Algérie au Caire    Copa Libertadores : River Plate s'adjuge le titre face à Boca Juniors    Le poids de la crise    La poursuite de l'ouverture chinoise renforcera sa croissance    Les solutions "miracles" de Chakib Khelil    Benghabrit hausse le ton et menace…    Un test de dépistage en 10 minutes    Ouyahia contrarié ?    18ème Salon AutoWest : L'industrie automobile nationale à l'honneur    Commémoration du 58e anniversaire des manifestations du 11 décembre 1960 : Aïn Témouchent abritera les festivités nationales    Master-class d'instruments traditionnels en décembre    La vie perturbée de la CAN-2019    Un pacte mondial sur les migrants mort-né    Six personnes ont trouvé la mort en 24 H    «Prémunir le retour à la décennie noire qui a failli détruire l'Etat national»    Ghezzal retrouve la compétition    L'Algérien Ferhat retrouve ses talents de passeur    L'ONPLC annonce l'élaboration d'une cartographie des dangers de corruption    Nabila Goumeziane : «L'œuvre de Mohya, une référence de notre patrimoine»    «Am not your negro» et «L'autre côté de l'espoir» lauréats des Grands prix    «Brossi» décroche la «Grappe d'Or»    ORAN : 2 ‘'passeurs'' arrêtés et une barque saisie    Repêchage de deux corps sans vie sur deux plages de Ben M'Hidi    Le communiqué déroutant de la coalition    «C'est un jour important pour moi»    AUDI, la marque surprise du salon Autowest    Violation des droits d'association, d'expression et de manifestation: Un appel pour éviter le scénario des «Gilets jaunes»    Tolérance, ONG, mosquées, campus: Les clarifications du ministre des Affaires religieuses    Huawei : La directrice financière soupçonnée de fraude par les Etats-Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Parc zoologique de Ben Aknoun
Après la pluie, le beau temps ?
Publié dans Info Soir le 31 - 08 - 2005

La décennie de la clochardisation Constat n Vint une période où le parc, qui était, auparavant, un lieu attrayant pour les familles principalement, a été totalement déserté.
D?une superficie de 304 ha, dont 2/3 sont boisés, le parc zoologique et d?attractions de Ben Aknoun est un véritable refuge pour des milliers de personnes qui s?y rendent quotidiennement à la recherche d?un moment de détente d?un air pur, loin du vacarme des quartiers populaires et de la pollution de la capitale et des villes voisines. Mais depuis une dizaine d?années, l?état de ce poumon d?Alger n?a cessé de se dégrader. Surtout durant la période du terrorisme. A cette époque, aller dans ce parc, c?était s?exposer à un danger certain, soit des terroristes, soit des voyous et des criminels qui ont fait de ce lieu un abri et un repaire, en s?introduisant par
la clôture longue de 3 km. Mais depuis 2004, une vaste opération a été entamée par la direction en collaboration avec d?autres services (forêts et services de sécurité), afin de mettre un terme à la dégradation des lieux.
«Avant 2004, rares étaient les familles qui fréquentaient le parc. Les gens avaient peur. Beaucoup de fléaux sociaux et de phénomènes s?y étaient développés. La prostitution se pratiquait au vu et au su de tout le monde.
Des dizaines de proxénètes y agissaientt sans la moindre crainte», explique Nourredine Menaceur, vice-directeur du parc.
Ces prostituées travaillaient à leur compte, mais souvent elles étaient dans des réseaux de proxénétisme très dangereux, très influents et parfois très organisés et qui les exploitaient sans le moindre scrupule. Des témoignages, recueillis, chez des concessionnaires et des gardiens donnent froid dans le dos.
«Des proxénètes n?hésitaient pas à tabasser des jeunes filles qui osaient désobéir à leurs ordres ; et ça au vu et au su de tout le monde. Des chaînes interminables de véhicules se formaient au bord de l?autoroute. Ce lieu était réputé comme un haut lieu de prostitution».
La pédophilie faisait aussi des ravages dans ce parc avant 2004. Des jeunes ne dépassant pas les 18 ans fréquentaient ce bois pour s?y prostituer. Ils accédaient par des ouvertures faites dans des murs.
Les uns travaillaient seuls, les autres étaient exploités par des proxénètes et des criminels qui les obligeaient à pratiquer le plus vieux métier du monde. «Pour la majorité c?étaient des gamins étrangers à la ville d?Alger.
Ces jeunes étaient aussi violents et agressaient à l?arme blanche les familles et les couples. Le parc était aussi un repaire pour les voleurs et les toxicomanes. Ils utilisaient toutes les techniques. Certains se faisaient passer pour des couples», c?est-à-dire le délinquant était accompagné par une fille qui jouait le rôle de sa compagne, histoire de paraître sérieux et sans problème, une fois dans le bois du parc, le couple bandit volait et agressait les visiteurs et les délestait de leurs biens, parfois même de leurs vêtements», témoigne un agent de sécurité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.