2e Séminaire régional pour les parlements africains: la délégation du Conseil de la nation souligne à Djibouti l'engagement de l'Algérie à développer les différents secteurs    Conférence africaine des start-up: adoption d'une feuille de route africaine constitutive de la coopération continentale    Les recettes de la fiscalité pétrolière représentent 41% du total des recettes budgétaire prévues pour 2023    Secousse tellurique de magnitude 4 degrés dans la wilaya de Blida    La "Tenue traditionnelle féminine de l'Est algérien", bientôt proposée pour l'inscription au patrimoine de l'humanité    De COP en COP !    Abderrahmane Hadef, économiste: L'Algérie a les atouts pour devenir un pays émergent    Ligue 1 (13ème journée): Deux derbies et un classico à l'affiche    Le chemin est encore long    Violences: Appel à protéger l'école    Tamanrasset: Trois morts dans une collision    Lutte contre les intoxications alimentaires: La commission d'hygiène communale d'Oran sévit    DGSN: Un réseau ciblant les enfants sur les réseaux sociaux démantelé    «Samahna si l'Hadj» !    La Libye invite les sociétés étrangères à reprendre exploration et production    Le Général d'Armée Chanegriha reçoit le Coordinateur américain du Conseil de Sécurité nationale, pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord    Le Qatar impressionne le monde    La Seleçao en mode Samba    Radioscopie d'un club détourné    Le FFS, un parti-rempart    Les leçons d'une opération    Propositions pour le nouveau Code de la commune    Un litige qui dure depuis 5 ans    Les élèves grelottent    L'incontournable numérisation    Le budget primitif en constante régression    L'Afrique se réunit à Oran    La communauté internationale salue l'accord de sortie de crise au Soudan    Un concert euphorique    Formation à l'improvisation théâtrale    L'humanité tragique au cœur du cinéma    Coronavirus: 9 nouveaux cas et aucun décès    Nécessité d'impliquer les startups dans le domaine du tri et du recyclage des déchets    L'Algérie nouvelle sous la conduite du Président Tebboune: une expérience pionnière de démocratie    Maroc: manifestations contre les arrestations des opposants et la détérioration des conditions sociales    Annaba: début jeudi des journées nationales du monodrame    Décès de l'ancien président de la LFP Mahfoud Kerbadj    L'Algérie condamne "fermement" le massacre perpétré en RD Congo    Tebboune reçoit les chefs des délégations    Soudan: la communauté internationale salue l'accord de sortie de crise    Ligue 1 Mobilis (13e J) : USMA-CRB à l'affiche, la JSK en quête de confirmation    11e Fica, le film "De nos frères blessés" présenté au public    Ligue 2 - ASM Oran: Les raisons d'un échec programmé    Algérie-Chine: Le partenariat stratégique global renforcé    Sari-Ali Hikmet au «Le Quotidien d'Oran»: «Chaque cheminant vers Dieu a son propre chemin»    «Je suis conscient des aspirations du peuple»    Cour constitutionnelle: «De grands pouvoirs et une soupape de sécurité pour l'Etat de droit»    Algérie-Jordanie: Des accords et des mémorandums d'entente signés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une ville, une histoire
Tin Hinan, reine du désert (6e partie)
Publié dans Info Soir le 23 - 11 - 2005

Résumé de la 5e partie n Tin Hinan est donnée comme l?ancêtre des nobles du Hoggar, tandis que Takama, sa servante, est considérée comme celle des tributaires.
Plusieurs siècles ont passé depuis que Tin Hinan est arrivée dans le désert où, selon la tradition, elle a fondé un royaume. Les dynasties se sont succédé, des guerres innombrables se sont déroulées et le Hoggar, terre des fiers Imouhagh, les hommes libres, est tombé sous la domination des étrangers.
La conquête n?a pas été facile et en dépit de la «pacification» ? entendre la réduction par le fer et le feu des populations ? le pays est loin d?être complètement conquis, les fiers nomades n?acceptant pas la domination étrangère.
En ce matin du mois d?octobre 1925, trois véhicules à chenilles ont quitté la ville de Touggourt en direction du sud, vers le Hoggar, dans l?ancien royaume de Tin Hinan. La mission des hommes qui se trouvent dans ces véhicules, est de partir à la découverte des traces des anciennes civilisations du Hoggar. Peut-être pensait-on à ces fameux Atlantes, habitants de la légendaire Atlantide, un continent englouti que certains auteurs situent dans le Hoggar.
Peut-être aussi visait-on le tombeau de la reine du Hoggar, que la tradition targuie connaît depuis longtemps et qu?elle donne comme l?ancêtre des Kel-Ghela qui, à l?époque, exercent la souveraineté sur l?ensemble du Hoggar.
En tout cas le tombeau, quoique jamais fouillé, a été cité par la plupart des explorateurs du Hoggar et il est tenu pour la grande curiosité archéologique de la région.
A l?origine de la mission, il y a un pétulant aventurier américain, Byron Kuhn, qui se faisait appeler le comte de Prorok, en souvenir sans doute de ses origines polonaises. Passionné d?archéologie nord-africaine, il avait déjà tenté sa chance à Carthage en essayant de dégager les murs de la Carthage phénicienne. Mais les autorités françaises qui administraient la Tunisie, l?avaient refoulé.
Il est donc venu en Algérie et a entrepris de s?attaquer au Hoggar, selon lui terre des légendes et des mystères. Il est parvenu à obtenir du Logan Museum de Beloit, dans le Wisconsin, des subventions pour des fouilles au pays des Touareg. Le musée lui a adjoint deux de ses chercheurs, les préhistoriens Alonzo W. Pond et Bradley S. Tyrell.
Pour avoir les bonnes grâces des autorités coloniales françaises, on a fait appel également à un préhistorien français, M. Reygasse. Ce dernier administre la commune mixte de Tébessa, dans les Aurès, et il a à son actif plusieurs découvertes archéologiques. C?est également un Français, L. Chapuis, qui est choisi pour servir de guide à l?équipe. Celui-ci connaît bien la région et ses légendes et il a dû parler aux membres de la mission du tombeau de Tin Hinan.
La route est longue et pénible, mais l?équipe est motivée : on est persuadé, en effet, de faire la découverte du siècle, le tombeau de Tin Hinan n?ayant jamais été ouvert.
A 73 kilomètres de Tamanrasset, au lieu dit Abalessa, se dresse, sur une colline de moyenne altitude, le fameux tombeau. C?est un énorme tumulus recouvrant des structures internes, dont la forme rappelle une poire. L?ensemble est entouré d?un mur de pierres sèches dont l?épaisseur varie entre 1,40 et 3,50 mètres. L?entrée est aménagée du côté oriental, à un endroit où le mur est mince. (à suivre...)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.