Handball: décès de l'ancien international algérien Ahmed Hadj Ali    Benabderrahmane donne le coup de starter    Sahara occidental: une délégation sahraouie appelle le Gouvernement britannique à amener le Maroc à respecter les résolutions onusiennes    Sonatrach: deux contrats EPC et un mémorandum d'entente signés à Alger    Foot (match amical) : Algérie A' - Soudan à huis clos    L'Armée sahraouie bombarde des retranchements des forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Le nouveau stade de Tizi-Ouzou sera livré dans les délais    Grippe saisonnière: réception de 2,5 millions de doses de vaccin    Festival national du Malouf de Constantine : un spectacle des plus élégants à la troisième soirée    ENTMV: une consultation internationale pour l'acquisition d'un nouveau système de réservation électronique    Alcool frelaté: 19 morts dans le nord du Maroc    Belani se félicite des bonnes conditions du déroulement du concours d'accès aux grades d'attachés et secrétaire des AE    Tlemcen: Les nouveautés de la codification des marchandises    A quand une rencontre Président-Maires ?    Une centaine de supporters blessés    Algérie A'- Soudan aujourd'hui à 20h00: Maintenir la dynamique des résultats    Ligue 1: Deux duels attrayants    Sonatrach: Priorité à l'exploration    Tiaret: L'usine de plaques PVC entre en production    Huit agences de voyages agréées pour la Omra 1444: 21 millions de cts au minimum pour une «Omra simple»    Préservation des îles Habibas: Lancement de l'atelier chargé de l'élaboration du schéma directeur    Les chantiers de la santé : éviter de se perdre    De la dualité désordre-ordre humain à la guerre Ukraine-Russie    LA VIE... ET LE RESTE    Maguire, c'est désastreux    Brèves    Tensions accrues au Sahel    «Nos entreprises sont prêtes à investir en Algérie»    Une aubaine pour les cimentiers    Des «lignes rouges» tracées    Un géant qui voit grand    60 Cantines scolaires à l'arrêt    Ce qu'en attendent les syndicats    Trois ateliers illégaux démantelés    Moscou juge «stupides» les soupçons occidentaux    Du bon et du moins bon    Festival algérien des arts et de la culture «Dz Fest»    Le Japon invité d'honneur    Saint Augustin de retour à Souk Ahras    Le Président Tebboune reçoit l'ambassadeur du Ghana    Le ministère de la Culture et des Arts prend part à la 21e édition du SITEV    APN: Réunion de coordination sous la présidence de Boughali    Festival national du Malouf de Constantine : une ambiance apaisante lors de la 2ème soirée    Conseil de sécurité de l'ONU: La Ligue arabe, l'UA et l'OCI soutiennent l'Algérie    Une commission et des Interrogations    Le wali, homme-orchestre    Le FFS fêtera jeudi ses 59 ans    Un coup de piston et...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une ville, une histoire
Tin Hinan, reine du désert
Publié dans Info Soir le 22 - 11 - 2005

Résumé de la 4e partie n Tin Hinan et sa servante, Takama, arrivent dans le Hoggar où elles trouvent une population primitive, les Isebaten.
Toujours selon la tradition, Tin Hinan parvient à soumettre les Isebaten. On ne sait pas s?il s?agit d?une victoire militaire remportée par la reine venue de l?ouest lointain (dans ce cas, elle aurait disposé d?une armée) ou d?un ascendant spirituel. La tradition orale nous apprend, en effet, que la reine, qui était musulmane, a converti les Isebaten païens, les arrachant ainsi partiellement à leur état primitif.
Dans le Hoggar, Tin Hinan se marie, mais on ne sait pas avec qui ; en fait, dans l?histoire de la reine du désert, il n?est question que de femmes, la légende expliquant avant tout les filiations des tribus targuies, filiation à caractère exclusivement matrilinéaire.
Mais revenons à Tin Hinan. Une tradition lui donne une fille, Kella, de laquelle seraient originaires toutes les tribus nobles du Hoggar. Mais une autre tradition ? plus répandue que la première ? lui attribue trois filles qui portent des noms d?animaux : Tinert l?antilope, Tahenkot la gazelle et Timerwelt la hase. Ces trois filles ont engendré les principales tribus nobles du Hoggar : Kel-Ghela, Taytoq et Tedjehe-Mellet.
Mais cette généalogie a subi, au cours du temps, des modifications et des remodelages en fonction des changements politiques. C?est ainsi qu?après la division des Kel-Ahaggar en trois autorités, Tin Hinan devient l?ancêtre exclusif des Kel-Ghela. Ces derniers sont répartis en trois lignées avec chacune pour ancêtre une fille de Tin Hinan. C?est ainsi que Tahenkot devient l?ancêtre des Kel-Ghela proprement dits, Tinert celle des Inemba et Temerwelt celle des Iboglan.
Takama, la servante de Tin Hinan (certaines sources disent sa s?ur cadette) aurait eu deux filles : de la première seraient issus les Ihadaren (nobles de deuxième rang) parce que privés du droit à la suzeraineté, de la seconde, toutes les tribus tributaires du Hoggar.
Après son installation dans le Hoggar, l?histoire de Tin Hinan devient moins précise. On nous dit qu?elle a régné sur la contrée et que ses descendants n?ont cessé de croître au point de peupler le pays.
Dans son grand dictionnaire de la langue touareg, Charles de Foucault rapporte, à ce propos, cette tradition orale : «(Les Kel-Ahaggar) commencèrent à sortir de leur pays. De gré ou de force, ils installèrent dans le sud-ouest de l?Ahaggar une tribu de l?Ayr originaire d?In-Gal, les Adjuh n Tehlé (?). Il y a quelques générations seulement, ils accueillirent les descendants d?une esclave des Imenan, qui s?alliant les uns aux autres, et notamment aux Ahl Aâzzi d?In Salah, formèrent la tribu des Iklan n Tawsit. Enfin, à une époque très récente, ils contraignirent, par la force, dix tribus appelées Iseqqemaren, à quitter le plateau de la Taédemayt pour s?installer sur leur territoire afin de les renforcer.»
De la vie de Tin Hinan, la légende ne dit plus rien. On sait seulement qu?à sa mort on lui a construit, à Abalessa, un monument qui, à l?époque moderne, va établir l?historicité du personnage. (à suivre...)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.