Coronavirus: 197 nouveaux cas 161 guérisons et 3 décès    Le Président Mahmoud Abbas achève sa visite en Algérie    Foot: les dettes des clubs professionnels dépassent les 1.000 milliards de centimes    LDC : Le programme des matchs de ce mardi    Légère baisse de la production d'agrumes    Les Benhamadi condamnés    12 militaires et "des dizaines de terroristes" tués    Une Association sahraouie tient l'ONU pour responsable des crimes marocains    Le SG de l'ONU condamne "fermement"    Le dossier sera traité jeudi prochain    Seules deux femmes siégeront à l'APW de Béjaïa    Le procès de Chakib Khelil aura lieu le 20 décembre    En souvenir d'Omdurman    Belmadi quatrième    Plusieurs routes bloquées dans l'est du pays    Tentatives de relance des projets d'amélioration urbaine    Des exploitations agricoles privées d'électricité    "l'industrie musicale vit sa plus mauvaise période"    Importation de véhicules neufs : Les opérateurs dans l'expectative    Grippe saisonnière : Les pharmaciens autorisés à pratiquer la vaccination    Nouvelles de Mostaganem    Une bureaucratie remplace une autre !    Khalfallah Abdelaziz. Moudjahid et auteur : «Notre histoire doit être engagée contre l'amalgame et la déformation...»    Tout dépendra encore des recours    Le RND remporte la présidence de l'APW    L'armée d'occupation israélienne assiège une ville dans le Nord de la Cisjordanie    Le détail qui échappe à Charfi    Séminaire des chefs de mission et des délégués techniques    Purée de courgettes à la menthe    Du gluten dans votre shampooing    Kaïs Yaâkoubi satisfait    Retrouvailles inédites à Doha !    A Tierra met le cap sur Annaba    Et la relance socio-économique ?    Au bled de cocagne !    Le 11 décembre à l'Institut «Cervantès» d'Oran: Conférence en ligne sur des monuments historiques d'Oran    Le renvoi révélateur?    Aziza Oussedik en paisible retraite    Les points à retenir du Conseil des ministres    L'axe incontournable de la relance    Le bras de fer continue !    L'interaction Tamazight et l'informatique    Un riche parcours et des réalisations    7e édition des Journées du cinéma amateur    10 milliards de dollars octroyés à de faux investisseurs    L'Algérie octroie 100 millions de dollars à la Palestine    Les talibans nient les accusations d'«exécutions sommaires»    Mort du combattant anti-apartheid, Ebrahim Ismail Ebrahim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une ville, une histoire
Tin Hinan, reine du désert
Publié dans Info Soir le 22 - 11 - 2005

Résumé de la 4e partie n Tin Hinan et sa servante, Takama, arrivent dans le Hoggar où elles trouvent une population primitive, les Isebaten.
Toujours selon la tradition, Tin Hinan parvient à soumettre les Isebaten. On ne sait pas s?il s?agit d?une victoire militaire remportée par la reine venue de l?ouest lointain (dans ce cas, elle aurait disposé d?une armée) ou d?un ascendant spirituel. La tradition orale nous apprend, en effet, que la reine, qui était musulmane, a converti les Isebaten païens, les arrachant ainsi partiellement à leur état primitif.
Dans le Hoggar, Tin Hinan se marie, mais on ne sait pas avec qui ; en fait, dans l?histoire de la reine du désert, il n?est question que de femmes, la légende expliquant avant tout les filiations des tribus targuies, filiation à caractère exclusivement matrilinéaire.
Mais revenons à Tin Hinan. Une tradition lui donne une fille, Kella, de laquelle seraient originaires toutes les tribus nobles du Hoggar. Mais une autre tradition ? plus répandue que la première ? lui attribue trois filles qui portent des noms d?animaux : Tinert l?antilope, Tahenkot la gazelle et Timerwelt la hase. Ces trois filles ont engendré les principales tribus nobles du Hoggar : Kel-Ghela, Taytoq et Tedjehe-Mellet.
Mais cette généalogie a subi, au cours du temps, des modifications et des remodelages en fonction des changements politiques. C?est ainsi qu?après la division des Kel-Ahaggar en trois autorités, Tin Hinan devient l?ancêtre exclusif des Kel-Ghela. Ces derniers sont répartis en trois lignées avec chacune pour ancêtre une fille de Tin Hinan. C?est ainsi que Tahenkot devient l?ancêtre des Kel-Ghela proprement dits, Tinert celle des Inemba et Temerwelt celle des Iboglan.
Takama, la servante de Tin Hinan (certaines sources disent sa s?ur cadette) aurait eu deux filles : de la première seraient issus les Ihadaren (nobles de deuxième rang) parce que privés du droit à la suzeraineté, de la seconde, toutes les tribus tributaires du Hoggar.
Après son installation dans le Hoggar, l?histoire de Tin Hinan devient moins précise. On nous dit qu?elle a régné sur la contrée et que ses descendants n?ont cessé de croître au point de peupler le pays.
Dans son grand dictionnaire de la langue touareg, Charles de Foucault rapporte, à ce propos, cette tradition orale : «(Les Kel-Ahaggar) commencèrent à sortir de leur pays. De gré ou de force, ils installèrent dans le sud-ouest de l?Ahaggar une tribu de l?Ayr originaire d?In-Gal, les Adjuh n Tehlé (?). Il y a quelques générations seulement, ils accueillirent les descendants d?une esclave des Imenan, qui s?alliant les uns aux autres, et notamment aux Ahl Aâzzi d?In Salah, formèrent la tribu des Iklan n Tawsit. Enfin, à une époque très récente, ils contraignirent, par la force, dix tribus appelées Iseqqemaren, à quitter le plateau de la Taédemayt pour s?installer sur leur territoire afin de les renforcer.»
De la vie de Tin Hinan, la légende ne dit plus rien. On sait seulement qu?à sa mort on lui a construit, à Abalessa, un monument qui, à l?époque moderne, va établir l?historicité du personnage. (à suivre...)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.