Aucune restriction dans la révision constitutionnelle    La ville de Kherrata célèbre le 1er anniversaire    Le Président s'attaque aux lobbies de l'importation    Tebboune ne veut plus de cortèges officiels de 30 voitures    "100 mds DA injectés dans les communes dès le mois de mai"    Ferhat: «Merci à tous pour vos messages, ça me va droit au cœur»    Motion de soutien du Conseil de la Nation au plan d'action du gouvernement    Crise libyenne: la position de l'Algérie privilégiant une solution politique réitérée    Montage automobile: le nouveau cahier des charges promulgué dans 2 mois    Le Gouvernement examine de nouvelles mesures en faveur de la gestion décentralisée    Kherrata, une convergence et des messages    CONSEIL DE SECURITE DE L'ONU : L'Algérie réclame deux sièges permanents pour l'Afrique    L'instruction de l'affaire ETRHB Haddad bouclée    TAMANRASSET : Plus de 500 affaires de contrebande traitées en 2019    Tebboune : "Aucune restriction hormis ce qui a trait à l'unité et à l'identité nationales"    TIARET : Des citoyens observent un sit-in devant la mairie d'Ain Dehab    AIN EL-TURCK : Des taxis demandent le double de la course    Le Président Tebboune: les responsables locaux tenus de briser le cloisonnement entre les citoyens et l'Etat    La pièce "Tmenfla" du theatre d'Oum-el-Bouaghi ouvre le festival international du théâtre de Bejaia    Il était une fois, le plus grand pays d'Afrique    Les pièges de l'assistanat    Slimani en sauveur !    Zelfani prépare le Paradou    L'ESS nouveau leader    Le Targui    À tout jamais…    5 personnes retrouvées mortes après leur enlèvement    Encore un manifestant assassiné à la place Tahrir    Yémen : entrée de 138 000 migrants et réfugiés en 2019    Enseignants du primaire : marche nationale demain à Alger    Des TV-offshores et des pollutions millénaires !    ACTUCULT    Emouvant hommage à la militante Nabila Djahnine    Le répertoire andalou dans toute sa splendeur    Ciné-houma rend hommage aux femmes victimes de violences    La Cinémathèque algérienne célèbre les films sur la guerre de Libération    La quête de la connaissance et de la vérité    Mali: le bilan de l'attaque contre le village d'Ogossagou passe à 31 morts    Coupe arabe des nations (U20) : Les Algériens s'installent en Arabie Saoudite    USM Alger : Dziri reste    Epidémie du ncoronavirus : L'économie mondiale fortement impactée    Prime du service civil pour les spécialistes: Les décrets en voie de finalisation    Sidi El-Houari, Sidi El-Bachir, El Badr, El Emir et Es Seddikia: Lancement du bitumage d'une trentaine d'axes routiers    Les spécialistes plaident pour le dépistage précoce: 236 nouveaux cas de cancer de la prostate enregistrés au CHUO en 2019    Commerce extérieur: Plus de 6 milliards de dollars de déficit en 2019    Information officielle: La Présidence revient à la charge    LA RESONNANCE D'UN ATTENTISME    Le double jeu de Makri et de ses députés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Djamel Amrani
Le poète de toutes les générations
Publié dans Info Soir le 09 - 06 - 2006

Inauguration n L'hommage à Djamel Amrani s'est poursuivi hier à la Bibliothèque nationale.
À cette occasion, le directeur de l'établissement, Amine Zaoui, a procédé à l'inauguration du Café littéraire de la bibliothèque au nom de Djamel Amrani.
«Djamel Amrani aimait cette salle, et il aimait y donner des récitals poétiques», a-t-il dit ajoutant : «Il est de notre devoir de préserver et prolonger la mémoire de Djamel.» «Le vrai hommage au poète consiste à faire de cet espace un haut lieu de rencontre et d'échange, un espace à la mesure de ce dernier», a-t-il souligné. Il a annoncé que la bibliothèque prendra en charge la traduction du poète en langue arabe, une collection qui paraîtra l'année prochaine.
Samira Negrouche, présidente de l'association Cadmos et initiatrice de la rencontre «A front-tiers de poésie », a, pour sa part, dit que «Djamel Amrani, qui aimait les vagabondages dans les vers, aimait cet espace comme tout espace intérieur, il aimait les cafés ainsi que les rencontres avec les étudiants avec lesquels il aimait partager sa poésie et leur faire connaître la beauté et la sensibilité du vers».
À l'issue de cette inauguration, une rencontre entre poètes s'est tenue au sein même du café littéraire pour discuter du travail du poète. Jean-Claude Villain, poète français, a relevé que «le travail du poète ne consiste pas à dire ou à écrire la poésie, mais plutôt à rendre service à la poésie», en la faisant parvenir à autrui. Pour lui, le poète [le vrai poète] doit travailler dans un esprit de partage et de rapprochement.
De son côté, Jabbar Yassin Hussin, poète irakien, souligne la nécessité pour le poète d'inculquer aux autres l'éducation poétique.
«Le rôle du poète est de faire connaître la poésie, son devoir est d'amener les gens à la poésie», a-t-il dit, rappelant que dans les sociétés arabes, il y a une très longue tradition dans le domaine de la poésie. Katerina Anghelaki-Rooke, poètesse grecque, a mis, quant à elle, l'accent sur l'importance de la traduction dans le véhicule de la poésie. «Le poète doit traduire la poésie d'autres poètes», rappelant au passage la difficulté que rencontre un poète en traduisant la poésie : «Le plus difficile, c'est ce qui se perd dans la traduction», a-t-elle dit. C'est-à-dire ne pas être fidèle au texte initial, sachant d'emblée qu'un traducteur est en mesure de passer d'une langue à une autre, mais il ne peut traduire à l'identique la sensibilité du poète. L'Italien Giuseppe Goffredo, pour qui la poésie commence là où la littérature finit, dit que «la poésie naît du contact avec autrui, de la rencontre avec et dans le rapport qu'elle peut entretenir avec».
Enfin, Henri Deluy estime que «le poète doit s'inscrire dans un esprit d'ouverture», que «la poésie doit s'ouvrir aux autres poésies», créant ainsi un lieu d'échange et de partage. D'où le but de ces rencontres.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.