Real : Zidane prend les choses en main avec Ramos    Pyongyang répond par une insulte aux critiques de Bolton    Les aliments les plus indiqués pour détoxifier le foie    Sahara Occidental : Pour les Sahraouis, la France a saboté le travail de Köhler    Sport : Des champions internationaux oubliés    11 milliards pour l'aménagement des plages    Béni Amrane : 70 familles sans eau ni électricité    Douadi Boussella. Poète : Une passion dans les veines    Le dossier de 12 hauts responsables transmis par le parquet d'Alger: Ouyahia, Sellal et d'autres ministres devant la Cour suprême    Election présidentielle: Une équation sans inconnues ?    Transition politique: Nabni se penche sur huit expériences démocratiques concluantes    Pluies au Centre et à l'Est: Des inondations et des coupures d'électricité    Alger: Incendie à l'hôpital Nefissa Hamoud    Médéa: Trois morts dans une collision    Le ministre de l'Energie, Mohamed Arkab: «L'Etat ne reviendra pas sur la règle du 51/49»    La pénétrante de Oued Ouchayeh dans un sale état    Jérôme Boateng sur le départ    Lopetegui convoité pour remplacer Sarri?    Le GS Pétroliers passe en finale    Le FFS appelle à un dialogue sans prélable    Faudrait-il un Poutine pour l'Algérie?    L'avion de l'opposant Katumbi attend l'autorisation d'atterrir à Goma    Le chef du Conseil de transition se rend en Egypte    Comme en 1962? Comme en 1992?    Le Thought 4 Food s'invite à Annaba    Saisie de 7,4 tonnes de cannabis au large de l'Algérie    Treize blessés dans la collision de deux bus    Amazon Prime Video, bientôt lancé en France, menace Netflix    Fermé depuis 27 ans, le Mausolée royal de Maurétanie rouvre    Le Hirak sur la planète Mars    Le site Medias DZ a fait un sondage sur les programmes du Ramadhan    Européennes : LREM entre le marteau des gilets jaunes et l'enclume des divisions internes    Journée de l'Afrique: Une Afrique unie, intégrée, en paix et prospère    Tournoi de Sassari : Médaille de bronze pour Fateh Benferdjellah    MC Oran : le président insiste sur son départ, l'ère Hyproc loin de commencer    Japon : Baisse des exportations pour un cinquième mois consécutif    A Oran : Les superficies consacrées aux arbres fruitiers et à la vigne en baisse    Gouvernement : Nouvelles nominations à la tête d'entreprises publiques clés    Situation en Libye : Smail Chergui dénonce une guerre par procuration    L'Algérie s'opposera à la transaction    La feuille de route des Moudjahidine    Le gouvernement annonce le gel des poursuites    Lacunes de sécurité et mauvaise exploitation    Quel Brexit sans Theresa May ?    Programme du Planétarium de Chenoua pour lemois de Ramadhan    La Palme d'or pour le «Parasite» de Bong Joon-ho    Le public algérois renoue avec le fado    Baâziz enflamme le public à Dar Abdeltif    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Djamel Amrani
Le poète de toutes les générations
Publié dans Info Soir le 09 - 06 - 2006

Inauguration n L'hommage à Djamel Amrani s'est poursuivi hier à la Bibliothèque nationale.
À cette occasion, le directeur de l'établissement, Amine Zaoui, a procédé à l'inauguration du Café littéraire de la bibliothèque au nom de Djamel Amrani.
«Djamel Amrani aimait cette salle, et il aimait y donner des récitals poétiques», a-t-il dit ajoutant : «Il est de notre devoir de préserver et prolonger la mémoire de Djamel.» «Le vrai hommage au poète consiste à faire de cet espace un haut lieu de rencontre et d'échange, un espace à la mesure de ce dernier», a-t-il souligné. Il a annoncé que la bibliothèque prendra en charge la traduction du poète en langue arabe, une collection qui paraîtra l'année prochaine.
Samira Negrouche, présidente de l'association Cadmos et initiatrice de la rencontre «A front-tiers de poésie », a, pour sa part, dit que «Djamel Amrani, qui aimait les vagabondages dans les vers, aimait cet espace comme tout espace intérieur, il aimait les cafés ainsi que les rencontres avec les étudiants avec lesquels il aimait partager sa poésie et leur faire connaître la beauté et la sensibilité du vers».
À l'issue de cette inauguration, une rencontre entre poètes s'est tenue au sein même du café littéraire pour discuter du travail du poète. Jean-Claude Villain, poète français, a relevé que «le travail du poète ne consiste pas à dire ou à écrire la poésie, mais plutôt à rendre service à la poésie», en la faisant parvenir à autrui. Pour lui, le poète [le vrai poète] doit travailler dans un esprit de partage et de rapprochement.
De son côté, Jabbar Yassin Hussin, poète irakien, souligne la nécessité pour le poète d'inculquer aux autres l'éducation poétique.
«Le rôle du poète est de faire connaître la poésie, son devoir est d'amener les gens à la poésie», a-t-il dit, rappelant que dans les sociétés arabes, il y a une très longue tradition dans le domaine de la poésie. Katerina Anghelaki-Rooke, poètesse grecque, a mis, quant à elle, l'accent sur l'importance de la traduction dans le véhicule de la poésie. «Le poète doit traduire la poésie d'autres poètes», rappelant au passage la difficulté que rencontre un poète en traduisant la poésie : «Le plus difficile, c'est ce qui se perd dans la traduction», a-t-elle dit. C'est-à-dire ne pas être fidèle au texte initial, sachant d'emblée qu'un traducteur est en mesure de passer d'une langue à une autre, mais il ne peut traduire à l'identique la sensibilité du poète. L'Italien Giuseppe Goffredo, pour qui la poésie commence là où la littérature finit, dit que «la poésie naît du contact avec autrui, de la rencontre avec et dans le rapport qu'elle peut entretenir avec».
Enfin, Henri Deluy estime que «le poète doit s'inscrire dans un esprit d'ouverture», que «la poésie doit s'ouvrir aux autres poésies», créant ainsi un lieu d'échange et de partage. D'où le but de ces rencontres.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.