Banque d'Algérie: Nouvelle opération de rafraîchissement de billets de banque    Sahara occidental- EUCOCO 2018: La communauté internationale et l'Union européenne interpellées    L'Algérie défend l'idée d'une organisation continentale «indépendante»: L'Afrique aux Africains    CIA: Le prince ben Salmane a ordonné le meurtre de Khashoggi    Cancer de la thyroïde: Le nombre de malades augmente de plus 20% en Kabylie !    Maïssa Bey «Nulle autre voix»: Une femme qui veut être libre    Ses recettes iront pour l'acquisition de matériels: Gala de solidarité avec les aveugles de Boukhalfa    VIOLENCES BAB EL OUED (ALGER) : 10 policiers blessés et 30 personnes arrêtées    TRIBUNAL DE KSAR CHELLALA (TIARET) : Le procureur de la République agressé    LE MINISTRE AISSA S'INSURGE ! : Les salafistes décrètent la fête du Mawlid, Haram    Le trumpisme : entre ruptures et continuité    Les 4 samedis    Débit minimum à 2 méga et baisse des prix    La succession du Nigeria est ouverte, l'Algérie en outsider    Les Aiglonnes renoncent au boycott    Air Algérie s'explique et appelle les grévistes «à la raison»    Plusieurs annonces au Sénat    Y a-t-il un avion dans le pilote ?    Beda sur le front    La répudiation politique est-elle l'ADN du FLN ?    Un merveilleux «Safar» à travers l'art    Réouverture «au premier trimestre 2019»    Sakta brise le silence    Nouvelles d'Oran    Blida : Réalisation future de locaux commerciaux pour les jeunes    L'ornière de la violence    Produits pyrotechniques : Les douaniers procèdent à d'importantes saisies    «Ce pays qui n'a jamais voulu de moi, je l'aime pourtant !»    Le projet de la loi de finances adopté par l'APN    Bouclé hier par les forces de l'ordre: Nuit de rares violences à Bab El-Oued    Le service de maternité du CHUO saturé: 1.200 hospitalisations et 800 accouchements en un mois    En marge de l'ouverture de la salle omnisports à Sidi El Bachir: Remise des clés à 50 policiers bénéficiaires de logements LSP à Gdyel    Lunetterie: Plus de 700.000 articles contrefaits saisis en 2017    Ligue 1 : PAC 2 CABBA 0: A sens unique    EN - Mohamed Farès forfait: Belmadi face aux aléas    Ligue 2: Gros chocs à Biskra et Chlef    La folie des sénatoriales    Europe - Brexit : pour le meilleur et pour le pire    Ould Abbès dégagé ?    Aïn Temouchent: Baba Aroudj a sa stèle    Violence aux stades : El Habiri au chevet des policiers blessés à l'issue du match MCA-USMBA    Consolidation de la démocratie participative    L'Onu lève ses sanctions    30e anniversaire de la proclamation de l'Etat de Palestine : M. Bouteflika réitère le soutien "indéfectible" de l'Algérie au peuple palestinien    Enigme et interrogations    France Football: Ahcène Lalmas au top des 10 icônes oubliées du foot africain    Il entamera sa rééducation dans quelques jours    Prévention des risques d'inondations à Alger: Un plan préventif de la SEAAL pour contrôler plus de 60 points noirs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une ville, une histoire
Sidi Fredj
Publié dans Info Soir le 16 - 07 - 2006

Résumé de la 4e partie n Au début du XVIe siècle, Sidi Fredj est installé sur la côte algéroise, dans une crique où il a établi sa retraite.
En ce début du XVIe siècle, les côtes maghrébines, comme nous l'avons dit précédemment, n'étaient pas sûres, les Européens, notamment les Espagnols, y effectuant des raids.
Le Sahel algérois n'échappait pas à la menace et plus d'une ville a été attaquée. Parfois aussi, des bateaux de pêcheurs étaient pris à partie, les embarcations étaient détruites, les cargaisons volées et les hommes enlevés, surtout s'ils étaient jeunes et vigoureux ; on les vendait alors sur quelques marchés aux esclaves de Carthagène ou de Séville.
Ce jour-là, un marin espagnol du nom de Roukko s'aventure jusqu'aux côtes du Sahel algérois avec l'intention de faire quelques coups aux Barbaresques. Manquant d'eau douce, il remarque une presqu'île et, s'étant dit qu'il serait là à l'abri, il amarre son bateau.
Or, c'est dans cette presqu'île que vit Sidi Fredj ; ce jour-là, après avoir médité depuis l'aube, il s'est assoupi.
L'Espagnol, qui a trouvé une source et rempli un tonneau, s'apprête à rejoindre son embarcation quand il aperçoit le saint.
«Que fait donc là ce
Maure ?», se demande-t-il. Il s'approche doucement. Certes, l'homme n'est pas très jeune et il ne paraît pas, à cause des privations qu'il s'imposait, très vigoureux, mais on pouvait toujours espérer tirer quelque chose de lui. Il pose donc son fût et s'approche encore plus de Sidi Fredj. Il prend une corde et avant que le saint ne reprenne ses esprits, le ligote solidement.
«Que fais-tu ? s'écrie Sidi Fredj, tiré de son sommeil.
— Tu es mon prisonnier !» répond l'Espagnol.
L'homme a parlé en arabe mais, à son accent, Sidi Fredj comprend à qui il a affaire. «Au nom de Dieu, dit-il, je te demande de me libérer !
— Je te dis que tu es mon prisonnier !
— Quel mal ai-je fait pour que tu me traites de la
sorte ?»
L'Espagnol a un sourire narquois. «Tu es maure et je suis chrétien, mon devoir est de prendre les Maures là où je les trouve !
— Tu ne peux t'attaquer à un homme qui ne t'a rien
fait !
— Nos nations sont ennemies depuis toujours !
— Satan seul est l'ennemi de l'homme !»
Mais Roukko bouscule Sidi Fredj. «Trêve de paroles ! Passe devant moi !
— Où veux-tu m'emmener ?
— En Andalousie, dit l'homme. Et il ajoute, avec un sourire : «Tu n'es ni très jeune ni très vigoureux pour travailler dans les champs mais tu feras un bon domestique... J'espère bien tirer quelques pièces de toi !»
Et il le tire, sans ménagement, hors de la khaloua. A suivre


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.