Exception d'inconstitutionnalité : Le principe et sa procédure d'application    Le FLN favorisé    Commerce : Ouverture de la 1ère Foire commerciale intra-africaine au Caire    Necib à la Radio : "Le bilan 2018 du secteur des ressources en eau est positif"    GTMO 5+5: 9e réunion des ministres des Transports mercredi à Nouakchott    4 établissements fermés !    Imposante marche populaire à Béjaia    Le projet approuvé par le CNI    Accord de pêche UE/Maroc : Le Polisario "consterné" par la décision du Conseil de l'UE    Guerre commerciale : Les Etats-Unis et la Chine au bord du gouffre financier    Les "gilets jaunes" annoncent une nouvelle journée de manifestations    Espagne : Madrid menace d'intervenir en Catalogne    Chine-USA : Le négociateur américain n'entend pas prolonger la trêve de 90 jours    Coupe arabe (1/8 de finale - retour) : Le manque de réussite a été fatal aux Usmistes    Transfert : Vers un retour de Boudebouz en Ligue 1 française    Mondial-2018 en petit bassin: Nos espoirs reposent sur Sahnoune    La coordination syndicale hausse le ton!    Manifestations du 11 décembre 1960: "Attachement indéfectible du peuple algérien à sa révolution armée"    Union des radios et télévisions arabes : Réélection du DG de la Radio algérienne    La 15e édition de DimaJazz du 18 au 22 décembre    Six syndicats se retirent de la «charte d'éthique» de l'éducation: Le retour à la protesta se profile à l'horizon    Agressions contre des Algériens à l'étranger: Enquêtes sur 67 affaires    Pacte mondial sur les migrations: Les observations de l'Algérie    Réunion des ministres africains du Commerce: Djellab au Caire    Coup d'envoi de la 11e édition du Salon Djurdjura du livre à Tizi-Ouzou: Plaidoyer la promotion de l'acte de lire et du livre    Bedoui expose la position de l'Algérie    Un taux de 80% d'approvisionnement quotidien en eau potable    Affluence de visiteurs au Salon de l'automobile    Un dealer arrêté en possession de comprimés psychotropes    TIARET : 2 individus arrêtés et 3 voitures et un fusil saisis    BRAS DE FER ENTRE LA COORDINATION DES IMAMS ET LE MINISTRE : Hedjimi menace de paralyser les mosquées    MASCARA : Un sexagénaire se suicide à El Keurt    River triomphe de Boca, finale aseptisée à Madrid    Belgrade, passage obligé pour Paris, Naples et Liverpool    La femme de la victime, sa fille et un complice sous mandat de dépôt    Les textes désormais contestables    Plus inquiétant que le ballon, celui qui le lance !    2 000 marcheurs pour la liberté à Béjaïa    Les quarts de finale et demi-finales seront disputés en aller-retour    Ligues 1 et 2: Où est passé le bilan chiffré de la compétition ?    Présidentielle 2019: Le report, une solution à «l'impasse» ?    LFP - Championnat national: Statut professionnel, gestion amateur    Au fil... des jours - Communication politique : nouvelles du front ! (2ème partie)    Le pouvoir d'en haut, la confiance d'en bas    Ouyahia contrarié ?    Benghabrit hausse le ton et menace…    Commémoration du 58e anniversaire des manifestations du 11 décembre 1960 : Aïn Témouchent abritera les festivités nationales    Master-class d'instruments traditionnels en décembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une ville, une histoire
Sidi Fredj (2epartie)
Publié dans Info Soir le 13 - 07 - 2006

Résumé de la 1re partie n Sidi Fredj était né en Andalousie, mais c'est sur la côte algéroise qu'il s'est établi.
Comme beaucoup de saints maghrébins, Sidi Fredj venait de Sakiet el-Hamra, au Sahara occidental. Cette partie du Maghreb a été, en effet, une grande pourvoyeuse de saints érudits, depuis que la dynastie almoravide s'y est développée, construisant des monastères où ont été formés de nombreux missionnaires de l'Islam.
Cependant, Sidi Fredj n'est pas né au Sahara mais en Andalousie. En cette fin du XVe siècle, l'Andalousie était perdue pour les musulmans. Grenade fut prise en 1492 par les rois catholiques, Ferdinand et Isabelle. Beaucoup de musulmans ont quitté le pays, en direction du Maghreb où ils vont s'installer et participer au développement de villes comme Blida ou Cherchell.
Des musulmans, ne voulant pas renoncer à l'Espagne où ils étaient nés, sont quand même restés au péril de leur vie. Ils vont subir toutes sortes de discriminations et de pressions pour quitter le pays. Il y aura aussi des décrets d'expulsion contre tous ceux qui refusaient de se convertir au christianisme.
On sait que non contents de persécuter les musulmans d'Espagne, les Espagnols ont commencé à s'attaquer aux côtes maghrébines, puis à conquérir des villes, notamment à l'ouest.
Une tentative de débarquement sur la plage des Andalouses, en 1501, échoue. Les Espagnols se retournent alors contre Mers-el-Kébir qui est pris en 1505. En 1509, c'est le tour d'Oran. Plus de 4 000 personnes seront massacrées, sur ordre du cardinal Ximénes qui transformera en églises, deux mosquées de la ville. L'occupation de cette ville devait durer deux siècles.
Sidi Fredj a quitté l'Andalousie au cours d'une de ces expulsions. Il s'est d'abord réfugié au Sahara, puis il a décidé de remonter plus au Nord, pour faire sa prédication.
Selon la tradition, Sidi Fredj, en arrivant sur la côte turquoise, a été subjugué par la beauté de la nature et son calme qui invitent à la méditation.
Les gens, en apprenant son arrivée, accourent pour le voir. La douceur de sa voix, la profondeur de son discours et l'étendue de ses connaissances les subjuguent.
— Saint homme, lui disent-ils, nous voulons que tu t'établisses parmi nous !
Il faut dire qu'à cette époque, les érudits et les saints du Sahel préféraient les villes, délaissant les campagnes et les montagnes où pourtant on avait aussi besoin d'eux pour expliquer les principes de la religion.
Les hommes et les femmes de la région avaient aussi besoin qu'on leur apprenne les belles manières, la vie rude qu'ils menaient ne leur ayant pas donné l'occasion de les acquérir.
— J'accepte de rester, dit le saint.
Seulement, il demande qu'on lui obéisse et que chacun fasse un effort pour rendre la vie aux autres plus faciles, que les gens renoncent à la rudesse dans leur comportement comme dans leurs propos.
Au demeurant, le Livre de Dieu, qu'il s'apprête à enseigner, n'appelle-t-il pas à la modération et à la tolérance ? (à suivre...)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.