Ligue 1 (France) : Marseille s'impose face à Lens    Un match de Premier League interrompu à cause d'un drone    Déficiences comblées ?    Le miracle argentin en temps de Covid    La boîte de Pandore    Sahara Occidental: Guterres appelle à résoudre «une fois pour toutes» le conflit    Episodes de la scène politique tunisienne    Une nouvelle opération de rapatriement: 155 Subsahariens reconduits vers les frontières    Les avocats reçus demain au ministère des Finances: Vers le dénouement du conflit ?    Gel des activités du Parti socialiste des Travailleurs: Le FFS et le PST dénoncent    Mondial 2022 - Barrages: L'Algérie hérite du Cameroun    Nigeria -Tunisie, aujourd'hui à Garoua (20h00): Les Aigles de Carthage à l'épreuve    Burkina Faso-Gabon, aujourd'hui à Limbé (17h00) à chances égales    Explosion des cas de Covid et fermeture des écoles: Le Cnapeste reporte sa grève    Centre-ville, la Glacière et Hai Es Sabah: Sept dealers arrêtés, plus de 460 comprimés psychotropes saisis    Sonelgaz: Le pôle urbain «Ahmed Zabana» raccordé au gaz de ville    Un pays antichoc    L'Algérie déterminée à dire son mot    La menace «jihadiste» nourrit le sentiment anti-peul    Plusieurs mois sans Fati?    Depay dans le viseur    La Juve veut Vlahovic, mais...    Les combats entre Kurdes et Daesh font plus de 70 morts    L'Algérie compte 45,4 millions d'habitants    Algérie nouvelle : la mise sur orbite    «Ma rencontre avec la mort»    L'autre réalité du Covid    113 postes de formation en doctorat ouverts    Grève de trois jours des boulangers de Tizi Ouzou    «Nous partageons une Histoire complexe»    Le moudjahid Cherif Athmane n'est plus    L'urbanisme et les Algériens    Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    Le projet de loi en débat au gouvernement    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    Un colonel dans la ligne de mire    Parution du roman Les frères Abid de Saâd Taklit    Actuculte    «Dhakhira» Implosée    En deux temps, trois mouvements    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Il était l?invité d?El Djazira hier soir
Abassi Madani n?a rien dit
Publié dans Info Soir le 14 - 11 - 2003

Intervention Le dirigeant de l?ex-FIS était tellement vague dans ses réponses que son interlocuteur était, à chaque fois, obligé de lui rappeler que l?émission qu?il présente traite des questions d?actualité pratique.
Annoncée en grande pompe, l?intervention en direct du leader de l?ex-Fis, Abassi Madani sur la chaîne qatarie El-Djazira a finalement fait l?effet d?une montagne accouchant d?une souris. Le leader islamiste, que l?animateur de l?émission Bila Houdoud a présenté comme le président du Front islamique du salut dissous en Algérie, a éludé toutes les questions qui lui ont été posées sur le contenu de «l?initiative» de sortie de crise dont il ne cesse de parler depuis son départ à l?étranger.
S?arrêtant à des généralités, il a déclaré que toute solution à la «tragédie» de l?Algérie doit passer par l?arrêt de l?effusion de sang. Une démarche qui nécessite, selon lui, la libération de tous les détenus, qu?ils soient politiques ou de droit commun, «car ils sont plutôt des victimes», le changement du système et la levée de l?état d?urgence. Malgré son insistance, à en savoir davantage sur «l?initiative» en question, l?animateur de l?émission n?a pas pu arracher une quelconque exclusivité à Abassi qui tentait, à chaque fois, de le mener sur son terrain de prédilection, à savoir celui des discours «hautement politiques». Le dirigeant de l?ex-Fis était tellement vague dans ses réponses que son interlocuteur était à chaque fois obligé de lui rappeler que l?émission qu?il présente traite des questions d?actualité pratique.
Sur ce registre, et à la question de savoir pourquoi ladite «initiative» n?a pas été envisagée dans les années 1990, Abassi aura cette réponse : «C?est comme si vous me posiez la question : pourquoi est-on en hiver et pas en été ?»
A la fin de l?émission, l?animateur arrivait mal à cacher sa déception pour avoir échoué à «faire parler» son invité. Un invité qui s?est attaqué au système algérien accusé de tous les maux, s?est «solidarisé» avec le peuple algérien, «devenu parmi les peuples les plus pauvres au monde par la faute de ceux qui gouvernent le pays depuis 1962 (?) J?ai vu, à partir du balcon de ma maison, une femme chercher, tôt le matin, dans une poubelle quelque chose à manger ! C?est vous dire combien le peuple algérien souffre». Abassi a affiché donc une sensibilité qu?on ne lui connaissait pas.
A-t-il oublié que si ce peuple souffre de pauvreté, il a terriblement souffert et continue de souffrir des affres du terrorisme que lui-même et consorts ont dirigé ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.