L'art de la confusion.    Après la découverte d'une bombe à M'chedallah, les villageois réclament la sécurité    Emeutes à Si Mustapha (Boumerdès) : la population se révolte en signe de soutien au président d'APC    Dans les coulisses de : Naïma Salhi «chassée» de Naciria et de Chabet ElAmeur    Mouvement au sein des chefs de sûreté de wilaya    Ouverture demain du Salon international des dattes    Exploitation des mines d'or dans le Sud : les discussions avec les partenaires étrangers avancent    Turquie 9 morts et 86 blessés dans un accident de train à Ankara    Défi de survie pour le mouvement des «gilets jaunes»    Natation : Sahnoune éliminé sur 50 mètres en Chine    CNAS : tenter de réduire les accidents du travail    Ouadhias (Tizi Ouzou) : Deux voleurs de batteries de relais téléphoniques identifiés par la police    Soins des Algériens en France : Y a-t-il un changement ?    Yacine Mahideb. Poète : Des mots pour panser des blessures    Issiakhem : Il aurait sans doute ri !    Issiakhem de A à Z    La menace terroriste plane à nouveau sur la France    Bouira : Le DJS sur la sellette !    Tournoi de beach-volley demain et dimanche à Oran    Sidi-Saïd prend de vitesse ses détracteurs    L'auto-satisfecit algérien    Le FLN part en favori    Une bonbonne de gaz explose dans un restaurant mobile    Gâteau aux raisins secs    «Tôt ou tard, le tarif de l'électricité doit être revu»    Trio malien pour JS Saoura-IR Tanger    Votre week-end sportif    La revanche des riches    Déclaration de politique générale du gouvernement: Ouyahia dément tout empêchement de la présidence    Démission du SG et menaces du RCK: La FAF et la LFP retombent dans leurs travers    Un individu sous les verrous: Chantage sur le Net    Aïn El Turck: Cinq femmes tuées par le monoxyde de carbone    10 familles d'El Djebass relogées    Division nationale amateur - Ouest: Le dauphin à l'assaut du leader    Défaitisme    Bouchareb ne va pas durer longtemps    L'histoire à méditer    Coup d'envoi de la première rencontre culturelle «Voix de femmes»    Une ville au passé révolutionnaire    Réminiscences de mots à l'Espaco    Répression meurtrière à la suite de manifestations de l'opposition    Brexit : Theresa May à la peine dans son tour d'Europe pour obtenir des concessions    Commerce : Engagement de l'Algérie dans tout projet pour le développement de l'Afrique    Chine et Etats-Unis … les "nouveaux rivaux"    Inter Partner Assistance Algérie fête ses dix ans en triplant son capital social : Le meilleur est à venir    Mondial des clubs: Vers une finale River Plate-Real Madrid    Hydrocarbures : Sonatrach et la compagnie russe Transneft signent deux contrats    Un monument à Soljenitsyne inauguré à Moscou le jourde son centenaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le château d'El-Mokrani, témoin d'une épopée
Publié dans Info Soir le 05 - 08 - 2007

Pour ceux qui ne le savent pas, la capitale des Bibans, Bordj Bou-Arréridj, doit son nom au château d'El-Mokrani ou Bordj El-Mokrani, comme le désignent les autochtones. Le monument est l'un des rares sites historiques de la région. Un site qui dépérit, hélas, chaque jour un peu plus devant la passivité et le laisser-aller des autorités compétentes. Il y a quelques semaines, la tour, qui dominait le fort et toute la ville de Bordj Bou-Arréridj, s'est effondrée après avoir résisté des siècles durant aux assauts de la nature et des hommes.
Edifié sur un rocher de quinze mètres de haut, le château surplombe toute la région, offrant une vue magnifique sur tous les villages environnants. A travers les âges, il a servi de poste de surveillance pour défendre les portes de la ville et, surtout, l'unique source d'eau appelée à l'époque Aïn Bordj ou Aïn Siraje. Cette source n'existe cependant plus depuis les années 1960, à l'époque où le site était entouré de jardins et de champs de cultures maraîchères.
Même s'il est baptisé au nom du héros de la résistance de 1871, le château n'a pas été édifié par El-Hadj El-Mokrani. Il est signalé dans plusieurs livres consacrés à Bordj Bou-Arréridj. Francine Dessaigne, une historienne française, relève qu'en octobre 1839, «le duc d'Orléans, avec l'armée du général Valée, décide de bivouaquer au lieudit Aïn Bou Arroudj, protégé par un fort».
Pendant la présence ottomane, le château assurait la sécurité des caravanes commerciales sujettes à de nombreuses attaques.
Utilisé par l'armée française comme caserne militaire durant plus d'un siècle, il a été cédé par l'ANP en 1967 à la commune de Bordj Bou-Arréridj. Depuis 1993, il est mis à la disposition de l'Agence nationale d'archéologie qui devait le transformer en musée à la mémoire de l'une des plus belles épopées de la résistance du peuple algérien et en bibliothèque pour toute la wilaya. En attendant, il constitue un repaire idéal pour les cigognes, les pigeons et autres volatiles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.