AC Milan: un futur rôle au club pour Kaká ?    AS Monaco - Jardim: «Ghezzal et Diakhaby n'ont pas apporté un plus face à Leipzing»    Palestine - USA : Les lignes de communication coupées ?    La réponse de Buffon à Rakitic    Violences sur enfants - Bilan des 9 premiers mois de 2017 : Plus de 4 000 cas enregistrés !    Blida : Les roses et les gourbis    Examens trimestriels 2017-2018 : Benghabrit annonce les dates    Semaine gastronomique italienne : Le chant traditionnel sarde s'invite à Alger    Opérette «Maâlim» : Sur les traces des héros de la Révolution algérienne    LFP – Sanctions : Huis clos pour l'US Biskra    En bref...    Equipe Nationale : Le programme des matchs amicaux sera arrêté après le 1er décembre    NATIONALISTE, MILITANT ENGAGE, ABDELKADER HACHANI Un seigneur de la politique    Après 37 ans de règne : Mugabe lâche le pouvoir    Le syndrome de l'abstention    Rassemblement samedi à Alger    Etudes en post-graduation : Près de 16 000 diplômés des ENS recrutés depuis 2014    «On a mis en place plusieurs mécanismes pour permettre à l'élève de mieux réagir»    Un monopole qui n'a que trop duré    Ils vous accompagnent...    The Mountain between us en ouverture    Théâtre régional d'oran : Houari Benchenet dévoile au public son tout dernier titre en hommage à Blaoui El Houari    SOIT DIT EN PASSANT    Ligue des champions d’Europe (phase de poules, 5e journée)    Gendarmerie nationale    Tendances    Promotion du cinéma    Entretien à New York entre Horst Kohler et une délégation du Front Polisario    Niger : 34 morts dans une bagarre entre agriculteurs et éleveurs    Inde: un journaliste tué par balle    La stratégie d'innovation sera prête début 2018    La campagne reprend le 21 décembre    «Les cycles» ou l'ode à l'ésotérisme    Algérie : Les vidéos anti-élections se multiplient    Crise du Golfe: Bouteflika écrit au roi d'Arabie Saoudite    Mostaganem: 22 harraga, dont des femmes et des enfants, interceptés    Orchestration de la tension au Moyen Orient    L'élite doit s'enraciner dans la douleur de la société    Sonelgaz somme ses clients de payer leurs dettes    Le rapport controversé de la commission des finances    La médecine traditionnelle chinoise revient    "Je suis pessimiste pour Madjer avec l'Algérie"    Programme de 8 millions de logements : Impératif de prendre en considération la qualité du cadre de vie    Et Poutine félicite Bachar al Assad    AADL : Des opérations administratives "à distance" à partir de 2018    Le stress gagne les états-majors des partis    Qui veut torpiller l'urne?    Promotion du tourisme : Priorité de dynamiser le programme national    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sommes nous incapables d'une sauvegarde?
Le château d'El Mokrani se meurt
Publié dans Le Maghreb le 03 - 06 - 2007

Dans la ville pâlotte de Bordj Bou Arréridj, existe un ancien château qui surplombe cette région des Biban. La bâtisse construite avant même l'époque romaine, et bien avant la ville de Bordj, était une sorte de monument dédié à Dieu par Salomon, comme cela est raconté dans les livres sacrés.
C'est également comparable au château de Priam, le roi de Troie, ville prise par les Spartes, seulement par la ruse, " le cheval de Troie ". Le château d'El Mokrani est tout comme Santa Cruz à Oran, un fort contre les envahisseurs de tout bord, et une sorte de caravansérail pour les commerçants voyageurs.
Ce bordj ou fort est édifié sur un rocher de quinze mètres de hauteur, surplombant toute la ville de Bordj Bou-Arréridj, ce qui rend le site visible de tous les côtés et est aussi un poste d'observation et de surveillance. D'en haut on peut voir tous les villages environnants, même ceux situés à une vingtaine de km d'où sa position stratégique pour défendre, à travers les époques, toutes les portes d'entrée de la ville et protéger du temps des invasions. Cette bâtisse, qui domine son seulement la ville de Bordj mais aussi toute cette région de l'est, est profanée. Elle se meurt de l'érosion du temps et de l'inconscience des hommes inaptes à garder une mémoire, un symbole ou même une esthétique. Ces hommes savent -ils que la ville de Bordj ne recèle que cet unique vestige historique, pouvant par une simple volonté devenir un véritable lieu de pèlerinage touristique ? A maintes fois dit, à maintes fois écrit et rappelé, ce fort ne cesse de dépérir à vue d'œil perdant ainsi jusqu'à son âme autrefois plongée dans les racines de notre histoire ancienne, et notre histoire révolutionnaire. Une partie de sa haute tour, située au nord de la construction, s'est effondrée. Vestige de plusieurs civilisations, le château Mokrani ou Bordj Mokrani, tombe en ruines. Ce haut lieu de toutes les résistances, cette fierté locale, ce symbole des symboles est aujourd'hui abandonné. Ce fort qui se meurt sous les yeux impuissants de tous les amoureux de la chose historique et archéologique, a été cédé par l'armée algérienne entre 1967 et 1968 à l'APC de Bordj Bou Arréridj. Ayant été une caserne pendant plus d'un siècle, le même fort a été mis à la disposition de l'Agence nationale d'archéologie par l'APC en 1993. Le but c'était de permettre à cette agence d'en faire un musée à la mémoire de la résistance héroïque et au combat de l'un des précurseurs de la lutte armée contre l'occupant français, El Hadj El Mokrani. L'objectif était double : en faire un musée et aussi une bibliothèque pour toute la région des Biban. Comme dans notre pays, les initiatives s'essoufflent en chemin, ce projet n'a pas fait long feu. Un autre musée a été construit près du Fort d'El Mokrani. Qui en a décidé ainsi alors que ce fort est bien réel et de surcroît offre l'espace et les moyens qu'il faut pour constituer un véritable musée ? L'idée d'une bibliothèque pour toute la wilaya, tombe à l'eau. Les élus de l'APC de Bordj jettent la balle à l'Agence nationale d'archéologie, soutenant que "c'est à elle de se débrouiller ou d'abandonner le château ". De l'unique source d'eau appelée à l'époque Aïn Bordj, coulait une eau curative, dit-on, puisqu'elle venait de la fontaine du roi (Aïn soltane), située dans les montagnes de Merisane. Cette source surnommée par les Bordjiens "Aïn cirage " a été détruite et son eau a été détournée vers une destination inconnue. En tout cas, l'on ne sait pas jusqu'à présent pourquoi l'APC, dans les années 60, avait détruit une partie des murs du château et cette source d'eau. Selon les anciens Bordjiens, dans les années 60, le château était entouré de jardins, arrosés justement par cette source. Ses champs de légumes et de fleurs ont été " cédés " au béton. Ce fort historique est signalé dans plusieurs livres consacrés à Bordj Bou-Arréridj dont l'un a été écrit par Francine Dessaigne, une historienne française qui relève que " situé à 900 mètres d'altitude sur le plateau désertique de la Medjana, le village de Bordj Bou-Arréridj n'éxistait pas encore lorsqu'en octobre 1839, le duc d'Orléans avec l'armée du général Valée, décide le bivouac au lieudit Aïn Bou-Arroudj, protégée par un fort ". Au risque d'assister à la destruction massive de nos sites et monuments historiques, il est urgent à ce que nos responsables mettent les moyens afin de sauver ce pan de notre mémoire, s'ils ne veulent pas se ridiculiser dans les discours pompeux vantant les héros de la Révolution et la Révolution, lors de grand rendez-vous politiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.