L'art de la confusion.    Après la découverte d'une bombe à M'chedallah, les villageois réclament la sécurité    Emeutes à Si Mustapha (Boumerdès) : la population se révolte en signe de soutien au président d'APC    Dans les coulisses de : Naïma Salhi «chassée» de Naciria et de Chabet ElAmeur    Mouvement au sein des chefs de sûreté de wilaya    Ouverture demain du Salon international des dattes    Exploitation des mines d'or dans le Sud : les discussions avec les partenaires étrangers avancent    Turquie 9 morts et 86 blessés dans un accident de train à Ankara    Défi de survie pour le mouvement des «gilets jaunes»    Natation : Sahnoune éliminé sur 50 mètres en Chine    CNAS : tenter de réduire les accidents du travail    Ouadhias (Tizi Ouzou) : Deux voleurs de batteries de relais téléphoniques identifiés par la police    Soins des Algériens en France : Y a-t-il un changement ?    Yacine Mahideb. Poète : Des mots pour panser des blessures    Issiakhem : Il aurait sans doute ri !    Issiakhem de A à Z    La menace terroriste plane à nouveau sur la France    Bouira : Le DJS sur la sellette !    Tournoi de beach-volley demain et dimanche à Oran    Sidi-Saïd prend de vitesse ses détracteurs    L'auto-satisfecit algérien    Le FLN part en favori    Une bonbonne de gaz explose dans un restaurant mobile    Gâteau aux raisins secs    «Tôt ou tard, le tarif de l'électricité doit être revu»    Trio malien pour JS Saoura-IR Tanger    Votre week-end sportif    La revanche des riches    Déclaration de politique générale du gouvernement: Ouyahia dément tout empêchement de la présidence    Démission du SG et menaces du RCK: La FAF et la LFP retombent dans leurs travers    Un individu sous les verrous: Chantage sur le Net    Aïn El Turck: Cinq femmes tuées par le monoxyde de carbone    10 familles d'El Djebass relogées    Division nationale amateur - Ouest: Le dauphin à l'assaut du leader    Défaitisme    Bouchareb ne va pas durer longtemps    L'histoire à méditer    Coup d'envoi de la première rencontre culturelle «Voix de femmes»    Une ville au passé révolutionnaire    Réminiscences de mots à l'Espaco    Répression meurtrière à la suite de manifestations de l'opposition    Brexit : Theresa May à la peine dans son tour d'Europe pour obtenir des concessions    Commerce : Engagement de l'Algérie dans tout projet pour le développement de l'Afrique    Chine et Etats-Unis … les "nouveaux rivaux"    Inter Partner Assistance Algérie fête ses dix ans en triplant son capital social : Le meilleur est à venir    Mondial des clubs: Vers une finale River Plate-Real Madrid    Hydrocarbures : Sonatrach et la compagnie russe Transneft signent deux contrats    Un monument à Soljenitsyne inauguré à Moscou le jourde son centenaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les émeutes d'Oran
Une première semonce
Publié dans Info Soir le 31 - 05 - 2008

Plus de 200 interpellations, une centaine de blessés entre policiers et manifestants, 82 condamnations et 13 mineurs remis à leurs parents, les dernières émeutes qui ont secoué Oran ont montré l'extraordinaire déficience en matière de communication entre les pouvoirs publics et le reste de la population. Où est l'Etat ?, se demandaient des citoyens médusés par la furie et le déferlement d'une telle violence. Pendant trois jours, la ville a été livrée au pillage et au vandalisme systématiques.Des magasins de boissons alcoolisées ont été saccagés et vidés de leur marchandise. Des commerces de sport de grandes marques ont été mis à sac par des casseurs que rien ne semblait arrêter. On a vu des élèves de CEM s'enivrer publiquement à la bière, on a vu des candidats au bac casser à coups de gourdin les vitrines de devantures, mais on n'a vu, à aucun moment, les élus du peuple se démener pour ramener le calme, même les permanences des partis politiques avaient baissé rideau. La peur et le manque d'information ont obligé des gestionnaires à fermer les portes de leurs entreprises ou de leurs services, parfois à les entrebâiller et souvent à libérer leur personnel avant l'heure. La confusion est telle que certains manifestants ont même donné l'accolade aux policiers parce que le bruit avait couru que le Mouloudia remontait en première division. La rumeur avait même prédit un vendredi d'enfer après la prière du dohr et annoncé que des cocktails Molotov étaient prêts à l'emploi. Elle a même fait croire que le président du Mouloudia était caché à l'hôtel Sheraton et qu'il attendait son visa pour fuir en Espagne et éviter d'être lynché. Il n'y a rien eu de tout cela et personne n'a tenté de démentir ces ragots. Les autorités locales, à l'évidence, étaient dépassées et les chargés de presse étaient bien planqués. Et qui gérait la crise ? La rumeur bien sûr ! Oran s'est réveillée ce matin, mal en point et visiblement groggy par des événements qui lui ont fait prendre conscience qu'elle vivait sur une poudrière capable d'exploser à la moindre étincelle et que rien ne garantissait sa sécurité. Ces émeutes lui ont surtout montré l'incroyable distance qui sépare deux générations, les adultes et leur confort et les jeunes et leur mal vie. Le message de ces «harragas» en terre ferme sera-t-il enfin compris ? Ou faudra-t-il attendre un jour d'autres lames de fond ?
Oran : 60 personnes écrouées après les émeutes l Une soixantaine de jeunes impliqués dans les émeutes qui ont éclaté à Oran de mardi à jeudi, ont été écroués à l'issue de leur présentation au parquet près le tribunal correctionnel, a-t-on appris de source judiciaire. Une centaine de personnes, dont des mineurs, interpellées également dans le cadre de ces émeutes, ont été mises en liberté provisoire, selon cette source. Les émeutes avaient suivi la relégation du MCO en deuxième division du championnat national de football. La colère des supporters avait dégénéré, donnant lieu à des actes de destructions, de pillages et d'incendies d'édifices publics, de magasins et de véhicules.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.