JS Kabylie : Yarichène récupère l'ordre d'expulsion de Cherif Mellal    Le dossier des hirakistes transféré à Sidi M'hamed    Sale temps pour les activistes politiques    Le Cnese se penche sur la question des brevets    Nouvelles attaques contre les sites de l'occupation marocaine    Guterres critique les divisions que connaît le monde    Aokas, ville morte    16 décès et 242 nouveaux cas    Garrido : "Le CRB est un club qui m'intéresse"    Nekkache et Raiah rejoignent le CS Sfax    Vers le retour de l'enseignement en présentiel    Lancement du ramassage du carton à Sétif    Les MAE arabes disent non    Nouvel appel à l'ONU pour une enquête internationale    7 ans de prison ferme requis contre Hamid Melzi    Les dessous d'une flambée    Pour une commission de suivi des projets    Lancement de l'opération de retrait des ordres de versement de la 1re tranche au profit de 6 000 souscripteurs    Les Mondiaux de cross d'Australie reportés à 2023    Le Tunisien Kais Yaakoubi à la barre technique    LDC : Les résultats des matchs de mercredi    Le Bayern surclasse encore le Barça, un an après le 8-2    Formation de haut niveau    Installation du président de la cour de Saïda...    27 nouveaux départs de feu en 24h    En attendant le mutant...    Le Snapap menace d'une grève générale    Réouverture aujourd'hui    Une caravane de loisirs pour les enfants    Une Amérique plus que jamais guerrière    Privatisation : réflexion sur une solution pour Air Algérie    LA VIE D'APRES    Sensibilisation à la vaccination contre la Covid-19: Sept associations retenues par PNUD Algérie    La mal-gouvernance : quel coût pour la collectivité nationale?    «Plan destination Algérie»: Les attentes des professionnels du tourisme    Le chanteur Renaud et la machine à fabriquer de l'argent    Quand les élections locales s'annoncent par des batailles rangées chez les indus occupants du parti fln, ce patrimoine national immatériel    ÊTRE ET NE PAS ÊTRE ?    Benabderrahmane répond aux députés    L'ONU retire les Casques bleus gabonais de Centrafrique    Le président Saïed dénonce «une mafia qui gouverne la Tunisie»    Des dizaines de colons prennent d'assaut la mosquée sainte Al-Aqsa    6000 Souscripteurs à l'appel    La plaie béante de la classe politique    Tebboune décrète la Journée nationale de l'imam    Djamel Allam, un artiste irremplaçable    Omar Sy, producteur et acteur principal    Plus de 12,6 quintaux de kif traité saisis en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ksentini et l'abolition de la peine de mort
«Sauf pour l'assassinat»
Publié dans Info Soir le 22 - 02 - 2009

Le débat sur la peine de mort n'est toujours pas tranché. Revenant à la charge, Farouk Ksentini plaide encore une fois pour l'abolition mais en faisant cette fois une proposition de compromis qui a des chances de convaincre les défenseurs du maintien
de cette peine, lesquels s'appuient essentiellement sur l'argument religieux.
Le président de la Commission nationale consultative de promotion et de protection des droits de l'homme (Cncppdh), Farouk Ksentini, a expliqué, hier, les cas de crimes pour lesquels l'abolition de la peine de mort peut être décidée. M. Ksentini, qui revient sur le débat sur la peine de mort organisé les 12 et 13 janvier dernier, estime, dans un communiqué, que le refus de voir abolir cette sentence «se limite au seul cas de l'assassinat qui est un homicide commis avec préméditation ou guet-apens en la répression duquel cette peine est légalement courue».
Pour lui, cela «signifie, a contrario, qu'en ce qui concerne les autres crimes, il n'existe aucun obstacle d'ordre religieux susceptible d'empêcher l'abolition de la peine de mort ou de contrarier sa suppression». «Ce qui ouvre la voie à la restriction de cette peine au seul crime de sang prémédité et à son abolition pour tous les autres crimes auxquels la rattache encore notre législation pénale», explique-t-il. «Il convient d'espérer voir le législateur national, qui a eu déjà l'occasion de le faire motu proprio, décider de la suppression de la peine de mort dans tous les cas autres que celui de l'homicide volontaire prémédité, ce qui serait constitutif d'un progrès important dans l'édification d'un Etat de droit, mais également une amélioration substantielle de notre législation pénale», indique M. Ksentini. Cette amélioration permettra, ajoute-t-il, à notre législation pénale d'«accéder de plain-pied à la modernité du siècle sans pour autant porter atteinte à l'islamité de l'Etat et au principe constitutionnel qui en fait la proclamation officielle.
M. Ksentini revient ainsi à la charge en tant que fervent défenseur de l'abolition de la peine de mort, mais en proposant un compromis. Celui-ci a pour objectif de balayer les arguments des défenseurs de la peine de mort en Algérie, lesquels se basent sur l'application stricte de la religion et, par conséquent, de la loi du talion. Le débat autour de cette question brûlante est loin d'être fini en Algérie, sachant que la peine de mort bien que toujours maintenue dans les textes de loi et prononcée dans les tribunaux, n'est plus mise à exécution et ce, depuis 1993. Quel écho aura le compromis de Ksentini auprès des islamistes ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.