Vaste mouvement dans le corps des présidents et procureurs généraux près les cours de justice    Fusion MCA-GSP : l'AGex du MCA largement en faveur de la fusion    621 ressortissants algériens rapatriés à bord de 2 avions en provenance de Paris en 48h    Wilaya d'Alger/Covid-19: Fermeture de près de 5400 commerces pour non-respect des mesures préventives    Pêche: un décret pour l'organisation des pécheurs artisans en coopératives    Vaste mouvement dans le corps des présidents et des procureurs généraux    Explosion de Beyrouth: quatre avions d'aides décollent d'Alger    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    75 ans après Hirochima, le désarmement reste un vœu pieux    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    Ligue 1-ES Sétif: l'entraîneur Kouki OK pour prolonger son contrat de 2 saisons    Presse indépendante : 30 ans de combat et de sacrifice    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Fin de l'été 2017 : la fausse victoire de l'oligarchie    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Trump envisage un discours depuis la Maison Blanche pour officialiser sa candidature    Les enjeux hydrauliques et leur impact sur l'agriculture    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Deux Algériens légèrement blessés    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    13 décès et 551 nouveaux cas en 24 heures    Tizi Ouzou, Drâa Ben Khedda et El-Tarf reconfinées    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    CRB : Djerrar opéré avec succès    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Feux de forêts : Arrestation d'au moins 10 individus    Nedjma TV, l'environnement comme priorité    Tiaret: Livraison de plus de 1.000 véhicules Mercedes-Benz    FAUSSES SAINTETES    Prophéties de chaos    Les grands axes du protocole du MESRS    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    L'apocalypse à Beyrouth    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    La RN27 fermée à la circulation du 6 au 8 août    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    La fille des Aurès    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cela s'est passe un jour/ Aventures, drames et passions celebres
Les succès de la balistique (27e partie et fin)
Publié dans Info Soir le 23 - 02 - 2009

Résumé de la 26e partie n Devant l'inefficacité de la police, le coroner Bundesen a décidé de constituer une équipe et de faire appel à un expert en balistique.
Godard peut être considéré comme l'un des fondateurs de la balistique. Muni d'un microscope dit «comparatif», il s'était lancé dans une campagne destinée à faire comprendre aux policiers et aux tribunaux l'importance de cette science pour démasquer les criminels et les mettre hors d'état de nuire.
«Plus besoin d'aveux : l'arme et les balles meurtrières sont suffisamment loquaces pour confondre les criminels !»
A Cicero, Godard examine les balles du massacre et les douilles et déclare que les armes utilisées par les meurtriers sont deux mitraillettes Thomson de calibre 45 : l'une avec un chargeur plat de vingt balles, l'autre avec un barillet de cinquante.
On ne pouvait être plus précis.
Il faut, cependant, attendre le 14 décembre 1929 pour que la police retrouve l'une de ces armes. Ce jour-là, à San Joseph, dans le Michigan, un gangster tue un policier qui voulait l'arrêter pour infraction au code de la route.
Le meurtrier a réussi à prendre la fuite, mais des policiers ont relevé son numéro d'immatriculation et sont arrivés à l'identifier.
On fouille son appartement et on découvre tout un arsenal, dont les deux mitraillettes Thomson.
On les remet à Godard qui procède à des tirs avec les armes et déclare qu'il s'agit des mitraillettes du massacre. Le meurtrier est arrêté quelques jours après : il s'agit de Fred Burke, un homme d'Al Capone.
Il ne dénoncera pas le commanditaire du massacre. Au procès, il plaidera coupable, mais affirmera avoir agi pour son propre compte. Les juges prononcent le nom d'al Capone.
«Al Capone ? Je n'ai jamais travaillé pour lui !»
Fred Burke sera condamné à la perpétuité. Comme il ne dénonce pas son patron, celui-ci ne sera pas impliqué dans le massacre.
«Une fois de plus, al Capone échappe au châtiment !» titre la presse.
Mais l'étau va se resserrer sur al Capone. Andrew Mellon, le secrétaire au trésor américain a désigné un jeune agent fédéral, Eliot Ness, pour mener l'enquête sur al Capone. Eliot Ness et ses collaborateurs vont passer dans l'histoire sous le nom d'«incorruptibles». En effet, ni le chef ni ses agents ne pouvaient être achetés par la pègre qui, avec leur argent, achète facilement des représentants de l'autorité.
Al Capone est arrêté pour «camouflage d'armes» et son frère, Franck, qui a pris sa succession à la tête de l'empire, pour évasion fiscale. Il est libéré, mais sa bande est infiltrée par la police. Les preuves commencent à s'accumuler contre lui. Il est de nouveau arrêté et cette fois on trouve des témoins à charge. Cette fois, les autorités cherchent deux comptables qui ont établi les comptes d'une des entreprises du gangster. Au terme de son procès, il est condamné à onze ans de prison et de fortes amendes. Sa bonne conduite et sa maladie vont pousser les autorités à réduire sa peine. Il est libéré en novembre 1939. Il mourut, le 25 janvier 1947, d'une crise cardiaque. Ainsi finit paisiblement, dans son lit, entouré de sa famille, Al Capone, qui a terrorisé pendant plusieurs années l'Amérique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.