Blida: 3 blessés lors de l'opération d'extinction des incendies de forêt à Chréa    Coronavirus: 1305 nouveaux cas, 602 guérisons et 16 décès    RSF avoue avoir placé l'Algérie par "erreur" sur la liste des utilisateurs de Pegasus    Décès du metteur en scène Hassan Assous    Soudani s'engage avec Damac FC    JO - Judo : Fethi Nourine suspendu par la fédération internationale de judo    Arrivée d'experts chinois pour inspecter les équipements de Saidal    La FAF procédera à une désignation des quatre équipes pour les coupes africaines    La crise sanitaire alimente le différend au sommet de l'état tunisien    L'ANCIEN MINISTRE DE L'INDUSTRIE MAHMOUD KHOUDRI N'EST PLUS    L'ambassade d'Algérie à Paris dépose plainte    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Plein gaz pour Medgaz    LES FOURNISSEURS FRANÇAIS S'INTERROGENT    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    L'IMAM VOLONTAIRE DE LA MOSQUEE DE M'KIRA ASSASSINE    Journées portes ouvertes à l'université Yahia-Farès    ALGER RIPOSTE    Abdelhakim Meziani, l'insatiable passionné    Ahmed Yahya énonce les critères de participation    Prêtez votre téléphone sans stresser    Larbi Houari emporté par le Covid-19    Le Makhzen viole les fondements des relations algéro-marocaines !    Qui dirige le Maroc ?    La campagne de vaccination gagne en cadence    375 personnes hospitalisées au niveau de la wilaya de Béjaïa    Pâtes gratinées à la viande hachée    Les Relizanaises en conquérantes à Berkane    Stage de dix jours à Alger    Adieu Hakim, on t'aimait bien    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    61% des candidats au baccalauréat admis à l'université : Les filières littéraires à la traîne    A Kaddour M'hamsadji    Prix du Président de la langue et de la littérature amazighes : Appel à participation    L'absentéisme, tout le monde connaît, mais sinon, le présentéisme, qu'est-ce que c'est ?    Une et indivisible    L'Algérie et le nouvel ordre mondial énergétique    Catastrophe écologique au Yémen    Washington et Baghdad discutent sur la présence militaire américaine    La FAF appelle à une large vaccination    Le président entame des consultations    Fini la politique de l'autruche    Du banal au pas normal?    Les «ripoux», les magistrats et les «privilèges»!    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    «Moussawiri» de l'Algérien Ahmed Tounsi    «Donner de l'espoir grâce à la musique est la meilleure chose que j'ai faite...»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'encadrement spécialisé est nécessaire pour propulser la culture
Les infrastructures réalisées dans les communes doivent être bien expl
Publié dans La Tribune le 05 - 03 - 2014


Madani Azzeddine
Le développement de tout secteur dépend toujours des moyens financiers et humains qui sont mis à sa disposition. Toute planification et mise en application des actions inscrites à un programme nécessitent la présence de responsables capables d'exécuter les instructions et de réagir avec flexibilité dans des situations parfois délicates. Il est connu que des stratégies capables de donner de bons résultats peuvent se retrouver inefficaces et inopérantes
à cause du comportement de certains fonctionnaires et/ou travailleurs, lesquels manquent de compétence et ne mesurent pas la gravité de leur inaction et
laisser-aller menant parfois à des conséquences très graves pour le
développement du secteur, la réussite de l'entreprise ou le bien-être du citoyen.
Le secteur de la culture, à l'instar des autres secteurs, a lui aussi souffert de ces comportements et de leurs conséquences. La présence de certains responsables dans des postes qui ne leur conviennent pas a eu l'effet négatif sur les artistes, le public et même sur l'avenir de certains domaines artistiques. La formation d'un personnel spécialisé dans l'administration des
services de la culture est plus qu'une nécessité, d'autant que sa réactivité face au développement de la culture est plus que demandée. Dans la wilaya d'Aïn Defla, de nombreuses infrastructures culturelles ont, certes, été réalisées à
travers les 36 communes, mais ces dernières semblent loin de fonctionner normalement et de jouer leur rôle qui est d'attirer les artistes et les servir en mettant à leur disposition un environnement convenable, lequel permettra aux artistes de produire et de présenter leurs créations.
Certaines structures culturelles restent encore sous équipées ce qui les transforme en des lieux pratiquement vides qui n'arrivent pas à attirer les artistes et les passionnés de la culture. Cette situation n'encourage pas l'ouverture d'écoles et la formation des jeunes dans les différentes disciplines culturelles.
Au niveau de la ville d'Aïn Defla, certaines associations essayent d'activer dans les infrastructures disponibles dans leur commune, comme c'est le cas de
l'association Besma el Wiam qui s'est installée dans la maison de jeune située à proximité du quartier Eplf. Grâce à la volonté de ses membres, cette association arrive à trouver un environnement idéal pour monter des pièces théâtrales
et former des jeunes dans d'autres spécialités.
Cette semaine, une nouvelle pièce théâtrale a été présentée au niveau de la maison de la culture lors d'une journée consacrée à la remise des prix à la
promotion de jeunes stagiaires ayant suivi une formation dans l'audiovisuel financée par la direction de la jeunesse et des sports de la wilaya. Cette formation a permis aux jeunes d'intégrer ce domaine et suivre des cours théoriques et pratiques. On a même compté parmi les stagiaires des étudiants en journalisme qui sont venus apprendre les techniques de cette spécialité. Cet exemple montre que les associations peuvent faire beaucoup de choses si on leur fait confiance et accorde un peu de moyen.
En somme, en dépit des difficultés qui peuvent survenir, l'activité culturelle peut se développer, pour peu qu'on place des responsables qu'il faut là où il faut, aux compétences avérées. De l'avis de nombreux observateurs, certains
dirigeants de la culture manquent de savoir-faire pour propulser la culture et veiller à la formation de nouveaux artistes. Ils doivent suivre des formations ou des stages de perfectionnement pour améliorer leur manière de gérer en vu de prendre en charge les artistes et les arts.
M. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.