De la surfacturation à la sous-facturation !    Entreprises: La dépénalisation de l'acte de gestion en question    Assainissement du foncier industriel: 307 actes de concession annulés pour non concrétisation des projets    Football - Ligue 1: Une étape pour y voir plus clair    Assises nationales de la santé: Des participants et des boycotteurs    Pour la plantation de 50.000 arbustes avant la fin de l'année: Lancement hier de la grande campagne de reboisement    Plus de 374 kg de viande blanche impropre à la consommation saisis    Aïn El Kerma: Exhumation des restes de trois corps de martyrs    Reportage - Tiaret Sur les pas d'Ibn Khaldoun    La Baraka du baril    Un marché pour les produits fabriqués par les femmes    Christopher Ross: «je persiste et je signe»    Quand les Algériens s'en mêlent    Gifles au Roi    Ce que propose Lamamra pour protéger les migrants    Le nouveau procès en appel de Hamel reporté    Un ultimatum fixé à Solskjaer    Inauguration imminente    Lorsque Rabah Madjer était «Mustapha»    Les choses sérieuses commencent    Tebboune présente ses condoléances    Le MDN organise un colloque historique    5 décès et 79 nouveaux cas en 24 heures    Le corps de l'avocat Zitouni retrouvé    Enfin des logements pour les sinistrés    Le Makhzen joue ses dernières cartes    L'artisanat des idées    «Préservons notre mémoire!»    «La vie d'après» en route    Ecrivain algérien Youssef Bendekhis lauréat    Journées de formation sur la gestion des risques biologiques    La distribution d'essence peine à redémarrer    "COMME UN MIROIR BRISE"    Campagne de sensibilisation dans le milieu estudiantin    MERIEM    Le rêve d'Ali Zamoum et de Kateb Yacine revisité    Un studio de cinéma en plein air à Oultem !    Abbas Righi chante le malouf à Montréal    Cour de Boumerdès : Le nouveau procès en appel de Hamel reporté au 24 novembre    La JS Saoura affrontera les Ghanéens de Hearts Of Oak    La CAF reporte le match Soudan-Algérie    Deux organisations plaident en faveur d'un mécanisme de surveillance des droits humains    Des offres chez Peugeot Algérie    Les putschistes isolés    Les députés adoptent des ordonnances déjà appliquées    Forcing pour l'arrivée d'une filiale de Sonatrach    Sûreté de wilaya: La police honore la presse    Les dernières cartouches des imposteurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'encadrement spécialisé est nécessaire pour propulser la culture
Les infrastructures réalisées dans les communes doivent être bien expl
Publié dans La Tribune le 05 - 03 - 2014


Madani Azzeddine
Le développement de tout secteur dépend toujours des moyens financiers et humains qui sont mis à sa disposition. Toute planification et mise en application des actions inscrites à un programme nécessitent la présence de responsables capables d'exécuter les instructions et de réagir avec flexibilité dans des situations parfois délicates. Il est connu que des stratégies capables de donner de bons résultats peuvent se retrouver inefficaces et inopérantes
à cause du comportement de certains fonctionnaires et/ou travailleurs, lesquels manquent de compétence et ne mesurent pas la gravité de leur inaction et
laisser-aller menant parfois à des conséquences très graves pour le
développement du secteur, la réussite de l'entreprise ou le bien-être du citoyen.
Le secteur de la culture, à l'instar des autres secteurs, a lui aussi souffert de ces comportements et de leurs conséquences. La présence de certains responsables dans des postes qui ne leur conviennent pas a eu l'effet négatif sur les artistes, le public et même sur l'avenir de certains domaines artistiques. La formation d'un personnel spécialisé dans l'administration des
services de la culture est plus qu'une nécessité, d'autant que sa réactivité face au développement de la culture est plus que demandée. Dans la wilaya d'Aïn Defla, de nombreuses infrastructures culturelles ont, certes, été réalisées à
travers les 36 communes, mais ces dernières semblent loin de fonctionner normalement et de jouer leur rôle qui est d'attirer les artistes et les servir en mettant à leur disposition un environnement convenable, lequel permettra aux artistes de produire et de présenter leurs créations.
Certaines structures culturelles restent encore sous équipées ce qui les transforme en des lieux pratiquement vides qui n'arrivent pas à attirer les artistes et les passionnés de la culture. Cette situation n'encourage pas l'ouverture d'écoles et la formation des jeunes dans les différentes disciplines culturelles.
Au niveau de la ville d'Aïn Defla, certaines associations essayent d'activer dans les infrastructures disponibles dans leur commune, comme c'est le cas de
l'association Besma el Wiam qui s'est installée dans la maison de jeune située à proximité du quartier Eplf. Grâce à la volonté de ses membres, cette association arrive à trouver un environnement idéal pour monter des pièces théâtrales
et former des jeunes dans d'autres spécialités.
Cette semaine, une nouvelle pièce théâtrale a été présentée au niveau de la maison de la culture lors d'une journée consacrée à la remise des prix à la
promotion de jeunes stagiaires ayant suivi une formation dans l'audiovisuel financée par la direction de la jeunesse et des sports de la wilaya. Cette formation a permis aux jeunes d'intégrer ce domaine et suivre des cours théoriques et pratiques. On a même compté parmi les stagiaires des étudiants en journalisme qui sont venus apprendre les techniques de cette spécialité. Cet exemple montre que les associations peuvent faire beaucoup de choses si on leur fait confiance et accorde un peu de moyen.
En somme, en dépit des difficultés qui peuvent survenir, l'activité culturelle peut se développer, pour peu qu'on place des responsables qu'il faut là où il faut, aux compétences avérées. De l'avis de nombreux observateurs, certains
dirigeants de la culture manquent de savoir-faire pour propulser la culture et veiller à la formation de nouveaux artistes. Ils doivent suivre des formations ou des stages de perfectionnement pour améliorer leur manière de gérer en vu de prendre en charge les artistes et les arts.
M. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.