Cour de Boumerdès : Le nouveau procès en appel de Hamel reporté au 24 novembre    Les députés adoptent des ordonnances déjà appliquées    Le procès de Mira Moknache renvoyé au 16 novembre    Le délibéré remis à la semaine prochaine    Le transport aérien s'ouvre aux capitaux privés    L'Algérie ne fournira plus de gaz au Maroc    La pomme de discorde    Deux organisations plaident en faveur d'un mécanisme de surveillance des droits humains    Des offres chez Peugeot Algérie    Les putschistes isolés    Perte de production de 500 000 véhicules pour Renault    La JS Saoura affrontera les Ghanéens de Hearts Of Oak    La CAF reporte le match Soudan-Algérie    Medouar : "Officiellement, nous n'avons encore rien reçu"    Lancement d'une campagne de plantation de plus de 4 000 arbres    Prolifération des constructions illicites à Bou-Sâada    Tiaret : Des cliniques privées et un centre anti-cancer en renfort    «On a facilité aux clubs le retrait de leurs nouvelles licences»    Salah Eddine savait, mais lui pouvait    Une troisième dose disponible pour tous    Les syndicats de la santé font front    Les élèves ferment le lycée de Sidi-Boudraham    Interroger une profession sur ses abandons    La guerre oubliée d'Algérie : les débuts de la conquête et de la colonisation (2e partie)    Un cinéma vivant et amoral    Lutte contre le terrorisme : Le Niger se félicite de la signature d'un accord de coopération avec l'Algérie    Forcing pour l'arrivée d'une filiale de Sonatrach    La campagne de vaccination compromise ?    "Une preuve que le pays est sur la bonne voie", estime Belhimer    Un colloque national prévu le 8 novembre prochain    Sûreté de wilaya: La police honore la presse    Secteur public marchand: Une alliance public-privé pour aller de l'avant    Tourisme: L'Algérie veut séduire les touristes russes    Ouargla: Perpétuité pour un narcotrafiquant    Un pied à terre et dos au mur    Grave manque d'eau à Oran    Le Makhzen humilié à Kigali    Nouveau risque de report?    Zidane pas intéressé    Brèves Omnisports    Lamamra - Le Drian: un duel à distance    Le virage numérique mal négocié    Le cartel du commerce extérieur    Les dernières cartouches des imposteurs    Un mémorial pour les amis de l'Algérie    Les liens cimentés aux Lieux saints    Commémoration du 67e anniversaire de la guerre de Libération nationale    Report, au 15 novembre, du procès de Mohamed Hattab    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les citoyens doivent s'impliquer davantage dans la gestion
Aïn Defla
Publié dans La Tribune le 18 - 03 - 2014


Madani Azzeddine
La protection de l'environnement urbain et rural est tributaire de l'application de mesures bien planifiés par les municipalités et d'un meilleur comportement de la part des citoyens, lesquels jouent un rôle important dans la préservation de leur milieu. La gestion des déchets dans les différents quartiers des villes semble encore loin d'obéir aux normes et ce malgré l'élaboration de 36 schémas directeurs de gestion de déchets municipaux par les services concernés. Selon les derniers chiffres, le volume de déchets produit par an atteint 177 025 tonnes, soit 485 tonnes par jour au niveau de toute la wilaya de Aïn Defla. La ville de Khemis Miliana produit la plus grande quantité de déchets, soit 19 345 tonnes, suivie de la ville de Aïn Defla avec 15 695 tonnes annuellement, El Attaf avec 13 140 t, Miliana avec 10 220 t et El Abadia avec 9 490 t. Pour le reste des communes, la quantité annuelle varie entre 730 et 73 00 tonnes. Les dernières données des services concernés, et figurant dans la monographie éditée en janvier 2014, montrent que la gestion actuelle des décharges ne répond pas aux exigences environnementales. Dans ce document il est mentionné qu'elles sont dépourvues de tout aménagement d'autant qu'elles ne disposent pas de clôtures, postes de gardiennage.... Le déversement des différents types de déchets, dont en particulier les déchets ménagers assimilés et inertes, se fait d'une manière aléatoire sans compostage et les déchets sont brûlés à ciel ouvert d'après les constatations des mêmes services, lesquels reconnaissent dans leur document que cette situation entraîne une contamination des nappes phréatiques et une destruction du paysage. Il est également constaté selon les mêmes sources une prolifération des animaux errants porteurs de maladies. Une virée dans les villes de cette wilaya montre que les ordures sont jetées un peu partout, donnant ainsi une mauvaise image aux tissus urbains et également au cadre de vie du citoyen. Même si le ramassage semble organisé par les municipalités, il s'avère que l'implication des citoyens n'est pas encore visible d'autant qu'ils continuent de déposer leurs ordures ménagères loin des endroits destinés à cet effet et ce bien avant l'heure de ramassage et même après le passage des camions. S'ajoutent à cela différents types de déchets qui sont jetés dans les périphéries des villes à proximité des chemins de wilaya. Ainsi, entre la ville de sidi Lakhdar et Khemis Miliana, on le constate sur la route de déviation. En somme, au niveau de la wilaya de Aïn Defla il reste beaucoup à faire pour améliorer l'image de l'environnement urbain et rural.
M. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.