Blida: 3 blessés lors de l'opération d'extinction des incendies de forêt à Chréa    Coronavirus: 1305 nouveaux cas, 602 guérisons et 16 décès    RSF avoue avoir placé l'Algérie par "erreur" sur la liste des utilisateurs de Pegasus    Décès du metteur en scène Hassan Assous    Soudani s'engage avec Damac FC    JO - Judo : Fethi Nourine suspendu par la fédération internationale de judo    Arrivée d'experts chinois pour inspecter les équipements de Saidal    La FAF procédera à une désignation des quatre équipes pour les coupes africaines    La crise sanitaire alimente le différend au sommet de l'état tunisien    L'ANCIEN MINISTRE DE L'INDUSTRIE MAHMOUD KHOUDRI N'EST PLUS    L'ambassade d'Algérie à Paris dépose plainte    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Plein gaz pour Medgaz    LES FOURNISSEURS FRANÇAIS S'INTERROGENT    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    L'IMAM VOLONTAIRE DE LA MOSQUEE DE M'KIRA ASSASSINE    Journées portes ouvertes à l'université Yahia-Farès    ALGER RIPOSTE    Abdelhakim Meziani, l'insatiable passionné    Ahmed Yahya énonce les critères de participation    Prêtez votre téléphone sans stresser    Larbi Houari emporté par le Covid-19    Le Makhzen viole les fondements des relations algéro-marocaines !    Qui dirige le Maroc ?    La campagne de vaccination gagne en cadence    375 personnes hospitalisées au niveau de la wilaya de Béjaïa    Pâtes gratinées à la viande hachée    Les Relizanaises en conquérantes à Berkane    Stage de dix jours à Alger    Adieu Hakim, on t'aimait bien    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    61% des candidats au baccalauréat admis à l'université : Les filières littéraires à la traîne    A Kaddour M'hamsadji    Prix du Président de la langue et de la littérature amazighes : Appel à participation    L'absentéisme, tout le monde connaît, mais sinon, le présentéisme, qu'est-ce que c'est ?    Une et indivisible    L'Algérie et le nouvel ordre mondial énergétique    Catastrophe écologique au Yémen    Washington et Baghdad discutent sur la présence militaire américaine    La FAF appelle à une large vaccination    Le président entame des consultations    Fini la politique de l'autruche    Du banal au pas normal?    Les «ripoux», les magistrats et les «privilèges»!    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    «Moussawiri» de l'Algérien Ahmed Tounsi    «Donner de l'espoir grâce à la musique est la meilleure chose que j'ai faite...»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Anciens et nouveaux artistes peuvent être complémentaires
Malgré la différence de vision entre les deux générations
Publié dans La Tribune le 17 - 04 - 2014


Madani Azzeddine
Il est connu qu'avec le temps beaucoup de choses changent dans la vie d'une
personne, d'une société ou d'un pays. Le changement peut être aussi bien positif que négatif. La mondialisation est sans doute un des grands bouleversements de ce siècle et ses effets sont devenus apparents dans
plusieurs secteurs, dont celui de la culture. Les nouvelles technologies de communication aidant, les productions artistiques connaissent des croisements, des mutations, des enrichissements diront certains, comme elles n'en avaient jamais vu auparavant. Aujourd'hui, les nouvelles générations d'artistes ont plus d'ouvertures et d'opportunités. Il suffit d'un clic pour découvrir un artiste et s'inspirer de son travail ou mettre en ligne ses propres créations. La façon de penser des artistes et leur comportement vis-à-vis du public ont beaucoup changé, au point où la différence entre anciens et nouveaux artistes s'est accentuée.
La wilaya d'Aïn Defla ne fait pas exception. On observe l'avènement d'une nouvelle génération d'artistes, et cette dernière se distingue par rapport à la
précédente dans différents volets. Dans le domaine théâtral par exemple, les pièces produites traitent de thèmes nouveaux jetant un regard sur des sujets plus actuels. Certaines s'intéressent même à l'actualité d'ailleurs. La mondialisation a sa place sur scène. Evidemment, ce ne sont pas toutes tranches de la société qui pourront être touchées par de tels sujets, ce qui peut
approfondir le fossé entre l'art et la population. Les artistes répondront qu'ils entendent véhiculer des messages et traiter de phénomènes qui, s'ils ne sont pas encore présents en Algérie, peuvent survenir à tout moment. Et si leurs productions n'ont pas d'impact immédiat, elles trouveront certainement un écho quand le moment sera venu. Cette problématique ne se posait pas à l'ancienne génération d'artistes qui abordait les sujets de l'heure que vivaient leurs concitoyens, leur société.
Aujourd'hui, c'est un peu différent et c'est sans doute à cause de cela que les salles de spectacles n'arrivent pas à faire le plein.
S'inspirer des pratiques de la génération ancienne n'est plus une monnaie courante pour les nouveaux artistes, ce qui a donné un cachet particulier à l'activité culturelle. Même la chanson a subit l'effet de «la modernisation», dans le texte et dans la musique. Les différents styles de chansons sont aujourd'hui focalisés sur les chiffres des ventes. Il s'agit de frapper un grand coup dès la mise sur le marché, quitte à disparaître après, jusqu'au prochain «succès». Les textes qui deviennent un support pédagogique et introduits dans les programmes scolaires et les compositions musicales qui marquent des générations, ne sont plus un argument «commercial» pour les producteurs. Selon des artistes, il est parfois difficile de voir les nouveaux artistes en contact avec les anciens, d'autant que la reconnaissance semble avoir disparu et les efforts fournis par les prédécesseurs ne semblent plus intéresser les successeurs. S'agissant de la qualité, beaucoup reste à faire. Le manque d'expérience des nouveaux ne peut être compensé par les échanges avec les plus expérimentés qui sont rompus. Rétablir le lien entre les générations d'artistes apparait ainsi comme une nécessité qui contribuera à la bonification du produit culturel. Et les Vieux artistes ne cessent de répéter qu'ils sont à la disposition de leurs cadets et qu'ils sont prêts à travailler ensemble. Mais le contact et la collaboration ne peuvent s'établir que si les anciens font preuve de modestie et évitent de prendre les jeunes de haut, et que les jeunes, de leur côté, soient plus réceptifs et s'interdisent de traiter leurs aînés de «has been» dépassés ne pouvant plus rien apporter.
M. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.