De la surfacturation à la sous-facturation !    Entreprises: La dépénalisation de l'acte de gestion en question    Assainissement du foncier industriel: 307 actes de concession annulés pour non concrétisation des projets    Football - Ligue 1: Une étape pour y voir plus clair    Assises nationales de la santé: Des participants et des boycotteurs    Pour la plantation de 50.000 arbustes avant la fin de l'année: Lancement hier de la grande campagne de reboisement    Plus de 374 kg de viande blanche impropre à la consommation saisis    Aïn El Kerma: Exhumation des restes de trois corps de martyrs    Reportage - Tiaret Sur les pas d'Ibn Khaldoun    La Baraka du baril    Un marché pour les produits fabriqués par les femmes    Christopher Ross: «je persiste et je signe»    Quand les Algériens s'en mêlent    Gifles au Roi    Ce que propose Lamamra pour protéger les migrants    Le nouveau procès en appel de Hamel reporté    Un ultimatum fixé à Solskjaer    Inauguration imminente    Lorsque Rabah Madjer était «Mustapha»    Les choses sérieuses commencent    Tebboune présente ses condoléances    Le MDN organise un colloque historique    5 décès et 79 nouveaux cas en 24 heures    Le corps de l'avocat Zitouni retrouvé    Enfin des logements pour les sinistrés    Le Makhzen joue ses dernières cartes    L'artisanat des idées    «Préservons notre mémoire!»    «La vie d'après» en route    Ecrivain algérien Youssef Bendekhis lauréat    Journées de formation sur la gestion des risques biologiques    La distribution d'essence peine à redémarrer    "COMME UN MIROIR BRISE"    Campagne de sensibilisation dans le milieu estudiantin    MERIEM    Le rêve d'Ali Zamoum et de Kateb Yacine revisité    Un studio de cinéma en plein air à Oultem !    Abbas Righi chante le malouf à Montréal    Cour de Boumerdès : Le nouveau procès en appel de Hamel reporté au 24 novembre    La JS Saoura affrontera les Ghanéens de Hearts Of Oak    La CAF reporte le match Soudan-Algérie    Deux organisations plaident en faveur d'un mécanisme de surveillance des droits humains    Des offres chez Peugeot Algérie    Les putschistes isolés    Les députés adoptent des ordonnances déjà appliquées    Forcing pour l'arrivée d'une filiale de Sonatrach    Sûreté de wilaya: La police honore la presse    Les dernières cartouches des imposteurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Anciens et nouveaux artistes peuvent être complémentaires
Malgré la différence de vision entre les deux générations
Publié dans La Tribune le 17 - 04 - 2014


Madani Azzeddine
Il est connu qu'avec le temps beaucoup de choses changent dans la vie d'une
personne, d'une société ou d'un pays. Le changement peut être aussi bien positif que négatif. La mondialisation est sans doute un des grands bouleversements de ce siècle et ses effets sont devenus apparents dans
plusieurs secteurs, dont celui de la culture. Les nouvelles technologies de communication aidant, les productions artistiques connaissent des croisements, des mutations, des enrichissements diront certains, comme elles n'en avaient jamais vu auparavant. Aujourd'hui, les nouvelles générations d'artistes ont plus d'ouvertures et d'opportunités. Il suffit d'un clic pour découvrir un artiste et s'inspirer de son travail ou mettre en ligne ses propres créations. La façon de penser des artistes et leur comportement vis-à-vis du public ont beaucoup changé, au point où la différence entre anciens et nouveaux artistes s'est accentuée.
La wilaya d'Aïn Defla ne fait pas exception. On observe l'avènement d'une nouvelle génération d'artistes, et cette dernière se distingue par rapport à la
précédente dans différents volets. Dans le domaine théâtral par exemple, les pièces produites traitent de thèmes nouveaux jetant un regard sur des sujets plus actuels. Certaines s'intéressent même à l'actualité d'ailleurs. La mondialisation a sa place sur scène. Evidemment, ce ne sont pas toutes tranches de la société qui pourront être touchées par de tels sujets, ce qui peut
approfondir le fossé entre l'art et la population. Les artistes répondront qu'ils entendent véhiculer des messages et traiter de phénomènes qui, s'ils ne sont pas encore présents en Algérie, peuvent survenir à tout moment. Et si leurs productions n'ont pas d'impact immédiat, elles trouveront certainement un écho quand le moment sera venu. Cette problématique ne se posait pas à l'ancienne génération d'artistes qui abordait les sujets de l'heure que vivaient leurs concitoyens, leur société.
Aujourd'hui, c'est un peu différent et c'est sans doute à cause de cela que les salles de spectacles n'arrivent pas à faire le plein.
S'inspirer des pratiques de la génération ancienne n'est plus une monnaie courante pour les nouveaux artistes, ce qui a donné un cachet particulier à l'activité culturelle. Même la chanson a subit l'effet de «la modernisation», dans le texte et dans la musique. Les différents styles de chansons sont aujourd'hui focalisés sur les chiffres des ventes. Il s'agit de frapper un grand coup dès la mise sur le marché, quitte à disparaître après, jusqu'au prochain «succès». Les textes qui deviennent un support pédagogique et introduits dans les programmes scolaires et les compositions musicales qui marquent des générations, ne sont plus un argument «commercial» pour les producteurs. Selon des artistes, il est parfois difficile de voir les nouveaux artistes en contact avec les anciens, d'autant que la reconnaissance semble avoir disparu et les efforts fournis par les prédécesseurs ne semblent plus intéresser les successeurs. S'agissant de la qualité, beaucoup reste à faire. Le manque d'expérience des nouveaux ne peut être compensé par les échanges avec les plus expérimentés qui sont rompus. Rétablir le lien entre les générations d'artistes apparait ainsi comme une nécessité qui contribuera à la bonification du produit culturel. Et les Vieux artistes ne cessent de répéter qu'ils sont à la disposition de leurs cadets et qu'ils sont prêts à travailler ensemble. Mais le contact et la collaboration ne peuvent s'établir que si les anciens font preuve de modestie et évitent de prendre les jeunes de haut, et que les jeunes, de leur côté, soient plus réceptifs et s'interdisent de traiter leurs aînés de «has been» dépassés ne pouvant plus rien apporter.
M. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.