L'IRB Kheneg accède en Interrégions    Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    Les frères Kouninef sous mandat de dépôt    "Il faut le protéger ainsi que tous les innocents"    La communauté internationale face à ses «responsabilités»    L'opposition dénonce l'immixtion de l'armée dans la politique    "Il faut commencer par juger les véritables criminels"    Avantage aux Béjaouis, mais…    Le Chabab passe en finale    Le tournant    La JSK appelle à une marche de soutien à Issad Rebrab    Trois nouvelles plages proposées à l'ouverture    L'exécutif planche sur la saison estivale    Recul du taux d'analphabétisme    Protestation contre le directeur des transports    Parkours de Fatma-Zohra Zamoum présenté en avant-première à Alger    Le long-métrage Abou Leila en compétition à la «Semaine de la critique»    Benhadid : «La solution est politique»    L'Association des professionnels accentue la pression sur l'armée : Les Soudanais menacent de paralyser le pays    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Van de Beek, ça coûte cher    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Comment l'URSS a construit un "tueur de sous-marins"    Ali Baba et les 40 voleurs    Un terroriste abattu dans la région du Kef    La guerre de l'espace a-t-elle commencé?    Le prix du baril pourrait flamber    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Le temps des décomptes    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le projet «El Djazaïr mon amour» au menu en présence des réalisateurs
Rentrée du ciné-club «Allons voir un film» de l'association Project'He
Publié dans La Tribune le 09 - 10 - 2014

Le ciné-club «Allons voir un film» organisé bimensuellement depuis 2002 par l'association Project'Heurts de Béjaïa fait sa rentrée en grande pompe samedi prochain avec une programmation alléchante. À cette occasion, l'association a invité quatre réalisateurs québécois à présenter leurs films réalisés dans le cadre du projet «El Djazaïr mon amour», le 11 octobre prochain à partir de 14h à la Cinémathèque de Béjaïa. Les cinéphiles pourront ainsi découvrir Karim+Hadjer de Samuel Matteau, Une idée pour demain de Guillaume Fournier, Au rythme du temps de Djemil Elias et 1 2 3, Viva l'Algérie de Yannick Nolan en présence des réalisateurs. La projection sera suivie d'un débat.
«El Djazaïr mon amour» est un projet cinématographique collectif, exploratoire et ambitieux. Cinq cinéastes de la relève du Québec, aux démarches distinctes et aux univers hétéroclites se sont rassemblés autour de ce projet qui vise à offrir un regard éclaté et forcément subjectif sur l'Algérie par le prisme de courts métrages ayant comme thématique commune : l'amour.
L'initiative a été portée par Kinomada, un organisme canadien à but non lucratif, qui coordonne et organise des laboratoires nomades de création intensive de courts-métrages internationaux, en collaboration avec une production algérienne Images & Words dont le producteur est Raouf Benia.
Abdennour Hochiche, président de l'association Project'Heurts souligne que «étant donné que les dates de la présence de ce collectif en Algérie coïncidaient avec la date de la rentrée du cinéclub de l'association, c'est naturellement que nous avons tenu à les inviter pour qu'ils rencontrent le public et partagent leur expérience avec lui». «C'est toujours bien de faire des films, que ce soit seul ou dans le cadre d'un projet. En vérité, le projet en lui même n'a rien d'innovant, maintenant reste à voir les films. Ce qui est intéressant c'est le rendu du regard de ces personnes qui viennent d'aussi loin pour faire des films ici et sur ici. C'est aussi une occasion de découvrir de nouveaux regards sur notre société», ajoutera-t-il. Il est à souligner que les courts métrages de «El Djazaïr, mon amour» ont été présentés en grande première au Capitole de Québec le 17 septembre passé dans le cadre du Festival du Cinéma de la Ville de Québec. Dans le cadre de ce projet il y a également une exposition photos qui a été organisée afin de rendre compte de toute cette aventure humaine également par l'écrit, un blog, en l'occurrence eldjazairmonamour.blogspot.com, a été alimenté depuis la genèse de ce projet jusqu'au dernier clap. Dans ce blog Guillaume Fournier explique à propos de ce projet : «Toutes les raisons sont bonnes pour être fasciné par l'Algérie. Son histoire, sa situation géographique, sa culture, ses guerres, ses croyances, tout, en l'Algérie moderne, semble exister pour représenter symboliquement la complexité de notre monde.» Il ajoute : «Après de nombreuses rencontres, au cours desquelles nous avons lentement progressé sur la question, nous avons enfin trouvé cette réponse : réunir nos projets autour de la thématique de l'amour.»
Il souligne qu'avec une telle thématique, «nous arriverons à mieux comprendre ce qui cimente la société algérienne. Nous pourrons aller au-delà des barrières et des interdits afin de découvrir ce qui se trouve au cœur des gens qui la composent. Et surtout, nous pourrons mettre en lumière certains paradoxes qui nous permettront de mieux saisir l'essence même de cette nation fascinante, qui nous appelle de par-delà les mers.»
Dès lors : «En partant d'un thème unificateur qui tend naturellement vers l'universel, nous croyions arriver, quelque part à travers nos différences de sensibilités, à mieux comprendre l'Algérie et ses habitants, et au final, à mieux nous comprendre nous-mêmes. Ce qui, avouons-le, est l'objectif même de tout voyage... l'objectif même de tout acte de création.».
S. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.