Zones enclavées: les projets utilisant l'énergie solaire fonctionnent à un rythme appréciable    Nâama : le Moudjahid Boukhari Kouider inhumé au cimetière de Sidi Merbouh    Inauguration de Djamaâ El-Djazaïr: un pôle du juste milieu témoignant du rôle civilisationnel de 1er plan de l'Algérie    Rentrée professionnelle: introduction de nouvelles spécialités à l'Est du pays    Le rôle religieux et civilisationnel de Djamaâ El-Djazaïr dans le monde musulman mis en valeur    L'apport des mathématiques à la langue arabe et aux pratiques cultuelles évoqué à Alger    OCI: Amar Belani rappelle les efforts constants de l'Algérie en faveur de la cause palestinienne    Rentrée professionnelle dans les wilayas du centre: des formations en réponse aux besoins du secteur économique    Energie: le gaz, un combustible incontournable pour accompagner la transition énergétique    Boughali rencontre à Windhoek l'ancien président namibien et la vice-présidente de la République    Un mois après la décision de la CIJ d'arrêter les massacres, l'entité sioniste maintient son action génocidaire à Ghaza    CAN-2024 féminine/amical: les "Vertes" s'imposent face au Burkina Faso 2-0    Equitation/Saut d'obstacles: le cavalier Moundir Mahi s'adjuge le grand prix deux étoiles du concours national à Oran    Le Président de la République félicite Kaylia Nemour pour sa médaille d'or en gymnastique    Naâma: un réseau criminel facilitant l'entrée et sortie des Marocains via les frontières terrestres démantelé    Les plasticiens Mohamed Smara et Taïeb Benabbas Bakhti exposent à Alger    CSJ: lancement des travaux des réunions des commissions spécialisées dans leur 4e session    Président de la République: l'Algérie connaît une profonde mutation à tous les niveaux    L'Algérie, le nouvel exemple à suivre !    Arrestation de trois faux monnayeurs    Plusieurs dispositions pour assurer les ressources fiscales au profit des collectivités locales        Les efforts de l'Etat algérien mis en exergue    Nouvelles attaques contre une base militaire des forces d'occupation marocaines dans le secteur de Mahbes    L'apartheid en Palestine doit cesser    L'ONJSA tiendra son 3e Congrès jeudi à l'OCO    36 familles raccordées au gaz à « Ben Jebli 1 », à Tessala    Un montage financier de 40 milliards alloué    Pas facile de faire redonner du goût aux Verts    Athlétisme : Une dizaine d'athlètes de l'élite en stage à Oran    L'état d'avancement des projets de développement énergétiques de la wilaya à l'ordre du jour    Au nom de la vie et du partage    Journées nationales «Milah» du film documentaire et du court-métrage de fiction    Djelfa accueille la première édition    Le ministère de la Communication convoque des journalistes sportifs    «Le service du citoyen au cœur des priorités de l'Administration»    François Gèze, l'engagement, les livres et l'Algérie    Tunisie. Hommage à Ahmed Manaï, un inclassable dissident    Le diktat des autodidactes    Prise de Position : Solidarité avec l'entraîneur Belmadi malgré l'échec    L'Algérie dans la nasse des Emirats    Coupe d'afrique des nations - Equipe Nationale : L'Angola en ligne de mire    Suite à la rumeur faisant état de 5 décès pour manque d'oxygène: L'EHU dément et installe une cellule de crise    Pôle urbain Ahmed Zabana: Ouverture prochaine d'une classe pour enfants trisomiques    El Tarf: Des agriculteurs demandent l'aménagement de pistes    Ils revendiquent la régularisation de la Pension complémentaire de retraite: Sit-in des mutualistes de la Sonatrach devant le siège Aval    L'évanescence de la paix    Nouvel an amazigh: Tebboune adresse ses vœux au peuple    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La débidonvillisation, une vue de l'esprit
Annaba
Publié dans La Tribune le 02 - 03 - 2016

Les opérations de relogement à Annaba qui ont touché ces dernières années les habitants des nombreux bidonvilles qui ceinturent la ville mais aussi ceux qui sont localisés à l'intérieur ne sont pas venus à bout de ces habitations précaires censées être éradiquées.
En effet, à l'entrée Est d'Annaba, le fameux bidonville de Bouhamra rebaptisé Boukhadra par l'administration mais qui garde toujours son nom qui date des années 1970 ; les terrains domaniaux avaient été investis par des populations rurales qui s'y étaient établies car attirées par la ville et les emplois qu'ils pouvaient y trouver. Le wali de l'époque, Baghdadi Laalaouna, avait en 1985 procédé à la destruction dudit bidonville en ordonnant le déménagement forcé de ses occupants, chacun vers sa région d'origine. Près d'une année plus tard, les lieux avaient été investis par d'autres squatteurs qui étaient arrivés des wilayas voisines construisant des baraques sur le même site créant un nouveau bidonville encore plus grand car ayant connu une extension telle qu'il a encore débordé sur d'autres terrains.
Les attributions de milliers de logements sociaux dont une partie était destinée aux habitants de Bouhamra devaient en principe libérer cet espace pour être «nettoyé» et repris et ainsi servir d'assiette pour d'autres projets. Mais l'administration ayant négligé cette récupération, d'autres encore sont venus s'installer en achetant des anciens occupants les mêmes baraques qui n'avaient pas été démolies sachant qu'une de ces habitations précaires équivaut à un logement.
Aujourd'hui, le bidonville existe toujours et pose bien des problèmes de salubrité et d'hygiène publique. Inondations, égouts à l'air libre, saletés de toutes sortes, fraude sur le réseau électrique de Sonelgaz, piquages pirate de l'AEP, commerces illicites qui ont pignon sur rue, constructions en dur sans permis de construire, des voies de communication étroites et parfois sans issues. Agressions, braquages, vols, cambriolages et délits de toutes sortes sont commis dans ce bidonville devenu une sorte de Favela brésilienne. Cette plaie ouverte à l'entrée de la ville défigure la cité et donne une image de désolation pour ce pôle touristique d'excellence.
El M'Haffer, un autre bidonville dans la ville côtoyant les villas cossues et les résidences ultramodernes, implanté à hauteur de Val Mascort est une autre plaie que bien des walis qui se sont succédé ont tenté en vain d'éradiquer en distribuant à chaque fois des logements aux habitants. On avait démoli quelques baraques mais celles-ci avaient très vite été reconstruites de nuit ou durant les week-ends avec la complicité des habitants qui n'avaient pas encore été déménagés. Le bidonville contrairement à celui de Bouhamara n'a pas connu d'extension pour la simple raison qu'il n'y a pas de terrain aux alentours car coincé entre ces villas et d'autres constructions avec en contrebas une voie de communication très fréquentée. Et donc on a construit de nouvelles baraques à l'intérieur exploitant le moindre espace même ceux servant de dépotoir si bien que le nombre des habitants s'est multiplié par deux. La situation est toujours la même et à chaque fois ce sont des manifestants qui bloquent le boulevard pour réclamer des logements. L'administration plie souvent de crainte de voir le mouvement faire tâche d'huile et atteindre d'autres quartiers ; les recensements effectués ne servent à rien malgré tous les efforts déployés pour assainir les listes de demandeurs sur la base de cet outil de sélection. Et donc, au niveau de ce bidonville, rien n'a été récupéré, les baraques se dressent encore défiant l'administration qui n'en peut plus.
La débidonvillisation attendue n'aura pas lieu malgré les décisions prises et les moyens déployés pour l'exécuter. On avait bien introduit des mesures visant à éradiquer ces bidonvilles en exigeant du bénéficiaire d'un logement social, un PV de démolition dûment établi par les services de la commune et la direction de l'urbanisme et de la construction. Ce qui avait donné des résultats mais le suivi de l'opération n'avait pas eu lieu ; la baraque détruite étant reconstruite dans les heures qui suivent par d'autres qui l'occupent, défiant les autorités.
Du côté du littoral, les bidonvilles sont masqués par les immeubles modernes, des bidonvilles qui foisonnent et qui grossissent à vue d'œil sans que les «bâtisseurs» de ces taudis ne soient inquiétés ni par les services de l'urbanisme ni par la police de l'urbanisme et de la protection de l'environnement (PUPE) alors que le littoral est censé être protégé par la loi. Et donc au lieu de récupérer des espaces et les exploiter au bénéfice des populations, logement, espaces verts, aires de détente, amélioration du cadre de vie, c'est plutôt le contraire qui se passe à Annaba, ce sont des espaces grignotés sur le littoral sans que personne n'intervienne.
A Sidi Amar, à El Bouni ou El Hadjar c'est la même situation qui prévaut, avec encore plus d'espaces occupés par ces bidonvilles devenus de véritables cités sans les commodités modernes. Dans la première localité, au niveau de Chaïba, c'est tout un village qui occupe plus d'une vingtaine d'hectares et qui a investi les hauteurs. L'électricité est prise de force de l'école primaire et du CEM situés à quelques mètres et l'eau est «piquée» de la conduite AEP. Le bidonville grandit et grossit chaque jour au vu et au su de tous et on laisse faire par négligence, par lassitude ou par complicité, l'essentiel pour les autorités est de ne pas avoir de problèmes avec les habitants des lieux.
Parler de débidonvillisation dans le cas d'Annaba relève de l'impossible et n'est pas du tout réaliste car les autorités locales, en dehors d'actions ponctuelles «juste pour faire tout comme», continuent à ignorer la question. Pendant ce temps, le cadre de vie du citoyen continue à se dégrader. Inexorablement.
M. R.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.