«Des forces non constitutionnelles gèrent le pays»    «La grève ne doit pas toucher le système pétrolier et gazier»    L'ADE prépare la saison estivale    L'après-Bouteflika a déjà commencé    Bronn forfait face au Swaziland et l'Algérie    Les Verts pour terminer sur une bonne note    Le GS Pétroliers passe en quarts    Saisie de 100 g de cocaïne et 12,5 kg de kif    Saisie de 9 322 comprimés psychotropes    ON A TOUJOURS REFUSE DE NOUS ECOUTER. AUJOURD'HUI, ON VA SE FAIT ENTENDRE    USM Annaba: L'attaque, ce maillon faible    RCK - Démission du président Farès: Un directoire mis en place    Le coup de pied de l'âne    Retards dans le lancement des VRD et malfaçons: Les souscripteurs AADL dénoncent    Tébessa: La pénurie d'eau s'installe    Seddik Chihab: Le pays est gouverné par «des forces anticonstitutionnelles»    Algérie - USA: Des experts du FBI pour la formation aux enquêtes sur les vols de patrimoine culture    Programme spécial vacances à la salle Ahmed Bey    2.150 logements AADL-2 livrés le 5 juillet    Refus des visas pour les Algériens    Réunion de travail entre les présidents de clubs et la FABB    Les joueurs poursuivent leur grève    Le corps du pilote italien Giovani Stafanit en voie d'évacuation vers son pays    Aide du PAM pour plus d'un demi-million de personnes    L'ONU présente un nouveau plan pour le retrait des combattants    200 millions d'euros de dégâts depuis le début du mouvement    Première section de formation pour les enfants autistes    Les postiers rejoignent el hirak    «Le mois de mars marqué par "les hauts-faits aux objectifs nobles" du peuple»    Cinq partis politiques lancent un «Rassemblement pour une nouvelle République»    Manifestations populaires et perspectives    Un artiste promis à un million de dollars au Japon    Cheïkh Aïchouba Mostefa dit Si Safa    Célébration du 57e anniversaire de la fête de la victoire    Lamamra maintient le cap    Cascade de démentis    VEHICULES CKD-SKD: Légère baisse de la facture d'importation    De pluies assez soutenues    Constantine : Fin des travaux de consolidation des stations du téléphérique    MARCHES POUR LE CHANGEMENT : Les personnels de la santé appellent au "respect de la Constitution", à "l'indépendance de la justice"    Tamanrasset : Adapter les textes régissant le commerce extérieur avec les spécificités des régions frontalières    Les derniers terroristes del'EI acculés au bord de l'Euphrate    El-Qods occupée: Escalade israélienne, condamnations et mises en garde palestiniennes    Crise au Venezuela : Washington parle de "négociations positives" avec Moscou    Après près de 30 ans à la tête du pays : Le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev démissionne    France : La croissance 2019 revue en baisse à 1,4%, dit Le Maire    Ghardaïa, la 51e édition de la fête du tapis reportée sine die    Tlemcen : Les accords d'Evian au centre d'une rencontre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Zahra Gamir, un talent confirmé et une mission bien remplie
Zoom
Publié dans La Tribune le 08 - 02 - 2009

Dans ce qui suit, vous allez découvrir le parcours, notamment sportif, qui a amené Zahra Gamir, escrimeuse, à gravir les plus hautes marches du podium dans les plus importantes compétitions mondiales. L'escrime est un sport passionnant : tactique, instinctif, d'une rapidité époustouflante, dénué de toute monotonie, riche en émotions... les qualificatifs me manquent pour parler de ce sport qui lui a énormément donné, tant dans sa vie sociale que dans son épanouissement personnel ! Ses liens avec l'escrime sont très forts ; ce zoom devrait vous en donner la preuve. C'est une histoire d'amour qui a commencé il y a longtemps déjà et n'est pas prête de se terminer. Retournons quelque vingt médailles en arrière. Son premier contact avec le monde de l'escrime s'est fait en visionnant le film, dans lequel on peut voir un duel entre deux jeunes filles. Pour répondre à cet intérêt naissant, Zahra la fille d'El Bahia, née un 18 avril 1966 s'inscrit à un cours d'initiation à l'escrime, cours offert par la ville de son quartier natal à Oran. La belle brune, alors âgée de 11 ans, ne pense pas à la compétition.
Elle désire avant tout pratiquer ce sport pour son plaisir. Au fil des semaines, sa passion se développe. Son entraîneur remarque son potentiel et l'inscrit à une première compétition. À peine 6 mois d'entraînement au niveau amateur, elle rafle la médaille d'or à sa toute première vraie participation. Elle a tant aimé cette expérience, qu'elle rejoint les rangs du club de compétition à Oran, et commence un entraînement très sérieux, si bien qu'après, non seulement elle participe à plusieurs championnats africains, arabes, méditerranéens, mondiaux… et même aux jeux Olympiques de Sydney et d'Athènes. Selon la Fédération algérienne d'escrime, il faut un mélange efficace de patience, de détermination, de discipline et de compétitivité pour être un excellent escrimeur. Toujours selon la FAE, pratiquer l'escrime se comparerait à jouer aux échecs tout en courant un 100 mètres.
C'est peu dire. Il est cependant certain que notre jeune athlète de 14 ans, qui s'impose au fleuret, maîtrise assez bien toutes ses qualités. Ses nombreux succès en témoignent. Quelque vingt médailles plus tard, elle persévère en s'entraînant sérieusement plusieurs fois par semaine, toujours soucieuse d'atteindre le meilleur d'elle-même.
La championne algérienne a enchanté l'assistance avec son style très particulier. L'équipe algérienne d'escrime dames s'est toujours distinguée grâce au talent de la redoutable Zahra Gamir, médaillée de bronze aux jeux Méditerranéens de Tunis à l'épreuve de l'épée. La championne algérienne a enchanté l'assistance avec son style très particulier digne d'une grande escrimeuse, elle s'est distinguée dans une compétition très relevée face aux Cubaines (à La Havane), dont la championne du monde en titre de l'épée Ortis. Gamir Zahra (1,70m, 55 kg) s'est classée première au classement général tandis que la championne cubaine s'est contentée d'une troisième place. Zahra Gamir a pour passion l'épée, mais pour se faire plaisir, elle n'hésite pas croiser le fer avec les épéistes et fleurettistes pour gagner une forme au top.
Ce n'est pas toujours évident d'allier vie de famille, boulot et sport de compétition car il faut un entraînement continu et assidu pour prétendre exercer le sport à un haut niveau et prétendre à des résultats. Parfois, il lui arrive de se demander, quand viennent la fatigue et le découragement, pourquoi elle consent tous ces sacrifices. Mais elle trouve elle même les réponses car elle aime ce qu'elle fait et dans une autre mesure, elle s'accroche aussi parce que des personnes qui se trouvent à l'autre bout du monde, ne la connaissant que de nom, la suivent et l'encouragent dans ce quelle fait. C'est une raison supplémentaire de persévérer. Elle se souvient pendant ses cours de maître d'armes que son professeur lui a dispensé une séance sur la motivation : intrinsèque et extrinsèque, c'est-à-dire celle qu'on va puiser dans ses propres ressources et celle qui provient de l'extérieur, de l'entourage par exemple. Elle pense que cette dernière est aussi importante que la première car elle a vu des athlètes à bout de souffle qui ont quand même su redresser la tête et gagner, car derrière, il y avait des gens pour les encourager, les stimuler. Zahra a toujours honoré ses engagements en tant qu'athlète de qualité, même avec un nombre limité d'escrimeurs de talent.
On est passé d'un seul escrimeur à Moscou (1980), de deux à Atlanta (1996) et à Sydney (2000) jusqu'à 7 à Athènes (2004).
Ce nombre et plus élevé que celui de l'Espagne (1), par exemple. Ceci démontre l'exploit de l'escrime algérienne. Dans cette discipline, tout repose sur le tirage au sort. S'il s'avère favorable, les athlètes peuvent prétendre à des résultats probants. Nos espoirs ont toujours reposé sur Zahra Gamir, qui a obtenu le bronze aux Jeux méditerranéens en Tunisie et Wassila Saïd Guerni, laquelle a rempli également sa mission convenablement. En revanche, la participation algérienne au tournoi d'escrime a été décevante face aux Egyptiens qui ont dominé cette compétition. Les Algériens n'ont pas réussi à s'imposer, à l'instar de Zahra Gamir, éliminée lors de la première journée, en dépit de ses anciennes belles performances
Y. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.