Derrar évoque une situation épidémiologique inquiétante    Foot-sélection nationale (U20): six cas testés positifs au Covid-19    USMA: 5 cas positifs au Covid-19 "totalement asymptomatiques"    ASSE : Le feuilleton Boudebouz serait définitivement terminé !    Amendement de la Constitution: paroles des animateurs du 19e jours de la campagne référendaire    Démantèlement d'une bande criminelle spécialisée dans l'escroquerie via les réseaux sociaux    Le conseil de la Choura de l'UMA: l'accord du cessez-le-feu en Libye, un indicateur encourageant    Appel à renforcer l'itinéraire technique pour développer la céréaliculture    Des ventes promotionnelles pour dynamiser la vente des livres    MICRO-ENTREPRISES : Les attributions du ministre délégué fixées    Tournoi ITF de Monastir: Ibbou directement dans le tableau final    Djaballeh appelle au boycott des produits français    CAMPAGNE REFERENDAIRE : Djerad défend le projet de révision de la Constitution    EDUCATION NATIONALE : Le calendrier des compositions fixé en 2 phases    MASCARA : Un nouveau siège pour la radio locale    REMISE DES CLES DES LOGEMENTS LPP : Les souscripteurs appelés à finaliser les démarches administratives    Plaidoyer pour l'ouverture des frontières    Man United : Solskjaer laisse Pogba et Van de Beek sur le banc. Il s'explique    L'amendement de la Constitution, acte "fondateur d'un Etat moderne et démocratique"    Mahrez remonté contre la déformation de ses propos    Mohamed Islam Bakir en renfort    Trois anciens walis dans la tourmente    Tebboune en autoconfinement pour cinq jours    Les délires d'un haineux    ONU: le traité interdisant les armes nucléaires pourra entrer en vigueur dans 90 jours    Un fléau à Mostaganem    Pavé au chocolat    Convalescence    La Révolution, série française et uchronique prévue sur Netflix    Le retour de la vieille garde prétorienne    Petit vampire de Joann Sfar, de la BD au grand écran    Le Royal Opera House : Vente d'un tableau de Hockney pour survivre à la pandémie    Le projet d'amendement constitutionnel accorde une bonne place aux jeunes dans l'Algérie nouvelle    10 décès et 250 nouveaux cas    Les correspondants de presse déplorent la rétention de l'information    Le Soudan se rapproche d'Israël    "Il y a autant d'intérêts multiples pour que la paix se fasse simplement"    L'Algérie, un pays toujours pas sûr pour l'UE    Naissance d'un comité de soutien à Mohamed Tadjadit    La passion retrouvée    USM Blida: Entre les exigences du public et la réalité    L'ambassadeur de France en Algérie au « Le Quotidien d'Oran »: «Pour l'Algérie et la France, les défis sont communs»    Importations: La menace de trop pour la filière pomme de terre    Et l'ennui naquit à l'université !    Le foncier industriel sous la loupe    L'ISSUE DES BRAVADES    Le MSP pointe du doigt Macron    Libye/accord de cessez-le-feu: appels à la mise en œuvre d'"un acquis majeur"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Reprise du «dialogue national» en RDC
Dans un contexte tendu
Publié dans La Tribune le 01 - 10 - 2016

Suspendus après les troubles des 19 et 20 septembre à Kinshasa, les travaux du «dialogue national inclusif» en RDC ont repris hier, a annoncé la veille de l'ouverture de la rencontre le facilitateur de l'Union africaine (UA), Edem Kodjo. Ces travaux, auxquels refusent toujours de participer l'Udps, le G7, la Dynamique et le MLC, réunis au sein du «Rassemblement» de l'opposition, vont écouter la Commission électorale faire un point. Mais la Cenco n'a pas encore accepté de reprendre sa place à la table des discussions.
Suspendus après les troubles des 19 et 20 septembre à Kinshasa, les travaux du «dialogue national inclusif» en RDC ont repris hier, a annoncé la veille de l'ouverture de la rencontre le facilitateur de l'Union africaine (UA), Edem Kodjo. Ces travaux, auxquels refusent toujours de participer l'Udps, le G7, la Dynamique et le MLC, réunis au sein du «Rassemblement» de l'opposition, vont écouter la Commission électorale faire un point. Mais la Cenco n'a pas encore accepté de reprendre sa place à la table des discussions.
Hier, la Commission électorale nationale indépendante de République démocratique du Congo (Céni) devait faire son exposé sur le processus électoral devant les participants au dialogue national. Le président de la Céni, Corneille Naanga, s'était expliqué, il y a une semaine, devant des représentants des médias. Il avait alors donné des indications, mais uniquement sur la clôture du fichier électoral et la convocation de l'électorat. Les deux étapes auront lieu en 2017, avait expliqué le président de la Céni, sans donner de précisions sur la date des scrutins, étant entendu que toutes les élections devront avoir lieu le même jour.
Les participants au dialogue sont également appelés à se pencher sur le contenu du projet d'accord. Ce texte, qui est déjà entre leurs mains, propose une transition dont la durée devra être conforme au calendrier électoral. Et le rôle du président actuel, Joseph Kabila, pendant cette période de transition, devra être consigné clairement dans cet accord qui propose un gouvernement d'union nationale.
L'opposition souhaite diriger cette équipe de l'exécutif et exige un engagement public du président Kabila à ne pas briguer un troisième mandat. Les travaux reprennent donc là où ils avaient été interrompus, après une explosion de violences liée au report de la présidentielle qui devait se tenir cette année (49 morts selon l'ONU). La Constitution interdit au président congolais, au pouvoir depuis 2001, de se représenter, mais le chef de l'Etat ne donne aucun signe de vouloir quitter son poste.
La Commission épiscopale nationale du Congo (Cenco) n'a pas encore dit qu'elle reprendrait sa place dans ce dialogue national. Les catholiques exigent un dialogue véritablement inclusif. Toutes les autres composantes du dialogue ont en revanche rassuré la facilitation de l'UA quant à leur présence hier après la trêve dans les discussions.
Le département d'Etat l'a de nouveau confirmé jeudi dernier en soirée : Washington ordonne aux familles du personnel diplomatique américain en poste en République démocratique du Congo (RDC) de quitter le pays, en raison de la recrudescence des violences. «Le risque de troubles civils est élevé à Kinshasa et dans d'autres grandes villes» de RDC, estime le département d'Etat dans son communiqué. «En raison de la détérioration de la situation sécuritaire, les membres des familles du personnel gouvernemental américain ont reçu l'ordre de quitter le pays à partir du 29 septembre», précise le texte. «Les 19 et 20 septembre, de violents incidents liés au processus électoral ont opposé les forces de l'ordre et des manifestants, faisant des morts et des dégâts», rappelle le ministère. Et de souligner que «les très médiocres infrastructures de transport dans le pays et les mauvaises conditions sécuritaires empêchent l'ambassade américaine de fournir des services consulaires ailleurs qu'à Kinshasa».
Mercredi dernier, le Trésor américain avait déjà décidé de geler d'éventuels avoirs de deux généraux de l'armée et de la police congolaises pour leur rôle dans la répression des «libertés et droits politiques du peuple congolais», dixit les Américains, et pour les entraves au processus démocratique dans le pays. Jeudi, le gouvernement congolais a accusé les Etats-Unis de préparer le «chaos» en RDC.
RFI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.