Le Président Tebboune reçoit le Secrétaire général de l'UGTA    Industrie pharmaceutique: appel à organiser "El Djazaïr Healthcare" dans d'autres pays africains    Sahara occidental: l'activiste américaine McDonough déterminée à dénoncer les pratiques répressives du Maroc    JM-2022 : le complexe de tennis d'Oran aux normes internationales    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Lutte contre les feux de forêt : Henni appelle les services des forêts à redoubler de vigilance    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Création de la coordination mondiale des jeunes pour la solidarité avec le Sahara occidental    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Karaté-do - Championnat national: La région du Centre se distingue à Tlemcen    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    Raison politique ou économique ?    MC El-Bayadh: Un authentique exploit    Le RND affiche son total soutien    Mbappé : La Liga va déposer plainte    De Bruyne «player of the year»    Les Canaris ne lâchent pas la LDC    Paroles d'experts    Une famille italienne et un Togolais enlevés par des hommes armés    35 terroristes neutralisés dans le Nord L'armée burkinabè a neutralisé    Le déficit mondial risque d'être brutal    Combien au premier trimestre 2022?    L'exemple de Constantine    11 décès en 48 heures    Bouira déploie les grands moyens    Youcef Cherfa ausculte son secteur    Saïd Bouteflika jette un pavé dans la mare    L'armée s'engage    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Colloque national sur Anouar Benmalek    «Nassim Essabah» chauffe la salle Ibn Khaldoun    Le Président Tebboune reçoit le ministre congolais des Hydrocarbures    Chanegriha appelle les Algériens à adhérer "avec force" à l'initiative "Main tendue" annoncée par le président Tebboune    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    Le comédien Ahmed Benaissa n'est plus    Le nouveau baccalauréat et l'immense champ des arts    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le traitement de l'anémie chez les insuffisants rénaux s'impose
Pour une meilleure prise en charge des malades
Publié dans La Tribune le 21 - 02 - 2009


Photo : S. Zoheir
Par Amel Bouakba
L'anémie est un symptôme constant de l'insuffisance rénale chronique qui s'aggrave avec la dégradation de la fonction rénale.
Le principal facteur responsable est un déficit de sécrétion de l'érythropoïétine (EPO). Le traitement de l'anémie chez les malades atteints d'insuffisance rénale chronique (IRC) a fait l'objet, récemment, d'un séminaire organisé à l'hôtel Sheraton par les laboratoires Roche. D'éminents spécialistes en néphrologie français et algériens ont pris part à cette rencontre, dont les professeurs Bernard Canaud et Gilbert Deray, M. Benabadji et Tahar Rayane. Lors de ce séminaire, ils ont mis l'accent sur les avancées dans le traitement de l'anémie associée à l'insuffisance rénale chronique, dont le Mircera, une erythropoeitine à action prolongée dont les avantages sur la qualité de vie des malades sont reconnus par les spécialistes. Selon le professeur Canaud, chef du service néphrologie à l'hôpital de Montpellier, l'anémie apparaît au stade 3, c'est-à-dire à un stade relativement avancé. «Elle a toujours été considérée comme un symptôme fonctionnel qui altère la qualité de vie du patient», indiquera ce spécialiste, qui estime que, depuis l'existence de l'erythropoeitine, on s'est aperçu que l'anémie est un facteur de comorbidité, car «elle fait progresser l'insuffisance rénale, aggrave les maladies cardio-vasculaires, et perturbe un certain nombre de facultés». Selon l'intervenant, l'anémie doit être corrigée le plus tôt possible, c'est-à-dire avant la dialyse, estimant que les moyens scientifiques existent comme la disponibilité du fer, d'agents stimulants de l'erythropoeitine. Le spécialiste français estimera que le traitement permettra de corriger l'anémie chez l'insuffisant rénal, de retarder la prise en charge sous dialyse et d'éviter les problèmes cardio-vasculaires en réduisant la taille du cœur, et, enfin, en améliorant l'état nutritionnel. Expliquant que la correction de l'anémie fait partie des éléments de néphrologie et de cardio-protection, le professeur Canaud dira que «les erythropoeitines disponibles actuellement, surtout celles à longue durée d'action comme la nouvelle molécule développée par Roche, permettent d'espacer les injections (1 fois par mois) et facilitent la correction de l'anémie», soit une économie de temps et d'argent.
Le professeur Benabadji affirmera, pour sa part, que les thérapeutiques modernes apportent une solution et améliorent la qualité de vie du malade. Abordant l'intérêt de la généralisation de l'utilisation de l'EPO, le professeur Rayane, président de la Société algérienne de néphrologie, de dialyse et de transplantation, met en exergue l'importance de préconiser ce traitement avant et en dialyse et ce, dira-t-il, pour plusieurs raisons : «Son utilisation en prédialyse permet de retarder l'évolution de l'insuffisance rénale chronique, et les malades auront une meilleure qualité de vie. En outre, ce traitement pendant la dialyse aide à prévenir des complications cardio-vasculaires.» Il expliquera qu'un taux d'hémoglobine entre 10 à 12 grms par DCL réduit le risque d'hypertrophie ventriculaire gauche, diminue les accidents coronariens et les AVC et assure une meilleure qualité de dialyse. Par ailleurs, pour l'intervenant, l'utilisation de l'EPO chez les patients dialysés permettra de ne plus recourir aux transfusions sanguines qui sont des sources de contamination virale et entraînent une hypermmunisation réduisant les chances de transplantation rénale. Il y a lieu de noter que le comité médical de néphrologie compte organiser une réunion de consensus pour élaborer des recommandations du traitement de l'anémie des insuffisances rénales chroniques, qui seront transmises au ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière. Le professeur Rayane a plaidé pour la transplantation rénale, notamment à partir de donneurs cadavériques pour mettre fin au calvaire des malades dialysés, de plus en plus jeunes. L'Algérie devra développer une véritable stratégie de greffe du rein en lançant des campagnes de sensibilisation en matière de dons d'organes. Notre pays est, en effet, en retard dans ce domaine. Une situation qui arrange certains centres privés de dialyse qui poussent comme des champignons et qui font des séances d'hémodialyse un commerce florissant. Evoquant la progression constante de l'incidence et de la prévalence de l'insuffisance rénale chronique, le professeur
Gilbert Deray relève l'explosion en nombre de patients partout dans le monde. Cela est dû, dira t-il, à l'augmentation des pathologies vasculaires ou métaboliques comme l'hypertension artérielle et le diabète ayant un retentissement rénal, en mettant en cause le phénomène de «la mal bouffe mondiale». Selon lui, la prévention des maladies cardiovasculaires et du diabète s'avèrent nécessaire si l'on veut lutter contre l'insuffisance rénale. Il insistera, enfin, sur l'intérêt du dépistage précoce de cette pathologie aux conséquences dramatiques. Il faut savoir que les reins accomplissent des fonctions cruciales qui touchent toutes les parties de l'organisme : élimination des déchets, régulation de la tension artérielle et production de l'érythropoïétine, l'hormone qui contrôle les globules rouges.
L'anémie rénale est une complication courante et invalidante de l'IRC, caractérisée par un faible taux d'hémoglobine dans le sang. Résultat : les tissus de l'organisme ne sont pas suffisamment alimentés en oxygène, ce qui peut entraîner des complications cardio-vasculaires sévères, voire le décès en l'absence de traitement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.