Retrait de l'accréditation à la chaîne TV El Arabia    L'IMPERATIF D'UNE CESSION PROFITABLE    ABROUS OUTOUDERT, NOUVEAU DIRECTEUR DE "LIBERTE"    Un pôle régional de production d'oxygène à Bellara    "LE SERMENT"    Une trentaine d'évacuations de cas suspects par jour    L'APC menace de résilier son contrat avec le CET    Une fresque murale à l'entrée de la nouvelle cité Djerda    Apulée de Madaure célébré en Hongrie    Publication de 20 ouvrages par l'Enag    Le «grand n'importe quoi» a commencé !    Qui veut (encore) la tête d'Antar Yahia ?    Le prix du gaz flambe, le pétrole autour de 70 dollars le baril    La prunelle de ses yeux    Sachez que...    Eh ! La France ! Ton honneur fout le camp !    L'évolution d'une gestion    17 tests PCR négatifs    Après France 24: Retrait d'accréditation à la chaîne «El-Arabia»    Blida: L'incendie du parc national de Chréa maîtrisé à 70 %    Situation sanitaire: La solidarité pour lutter contre la crise    Fruits et légumes: Des prix stables sur les marchés    FAF - Coupe de la Ligue: Un véritable casse-tête !    Consommation: Les prix en légère baisse    La Tunisie joue-t-elle le scénario égyptien ?    LE BONHEUR POUR TOUS    «El-bassel wel q'bih»    L'AS FAR valide son billet    Entrée en lice d'Abdelkrim Fergat    Djokovic forfait pour le mixte    Dusty Hill, est mort à 72 ans    Jacob Desvarieux emporté par la covid...    Salem Azzi n'est plus!    Quelle chance pour la médiation algérienne ?    Le Premier ministre annonce une série de mesures    Chanegriha honore les Cadets de la Nation    Tenue de la 45e Eucoco les 10 et 11 décembre    «Le Maroc restera une dictature féroce»    Le Premier ministre présente le Plan d'action de son gouvernement    Seif al-Islam Kadhafi annonce sa candidature    Média culpa    Al Arabia interdite en Algérie    Retrait de l'accréditation en Algérie    Le complexe qui n'arrête pas d'arrêter    LE RCD CHARGE LE GOUVERNEMENT    Chanegriha: «Mettre en échec tous les plans hostiles»    Le journaliste de Canal Algérie Salem Azzi n'est plus    Absence de culture ou...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Chants et traditions séculaires préservés par les associations locales
1er Salon sur la valorisation du patrimoine immatériel à Tizi Ouzou
Publié dans La Tribune le 08 - 12 - 2016

Le patrimoine culturel immatériel entre ressourcement et valorisation est le thème d'un premier salon qui s'est ouvert, mardi dernier, à la Maison de la culture Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou où ce patrimoine est témoin d'une civilisation millénaire. La première journée du salon a été dédiée exceptionnellement aux traditions et aux démonstrations des différentes facettes de la vie à l'intérieur d'une maison kabyle ancienne. En milieu d'un décor purement traditionnel, fait de matériaux ancestraux et d'habits adaptés au contexte, des adhérents d'associations culturelles ont replongé l'assistance dans une ambiance qui remonte à des centaines d'années, rapporte l'APS.
Le patrimoine culturel immatériel entre ressourcement et valorisation est le thème d'un premier salon qui s'est ouvert, mardi dernier, à la Maison de la culture Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou où ce patrimoine est témoin d'une civilisation millénaire. La première journée du salon a été dédiée exceptionnellement aux traditions et aux démonstrations des différentes facettes de la vie à l'intérieur d'une maison kabyle ancienne. En milieu d'un décor purement traditionnel, fait de matériaux ancestraux et d'habits adaptés au contexte, des adhérents d'associations culturelles ont replongé l'assistance dans une ambiance qui remonte à des centaines d'années, rapporte l'APS.
Les adhérentes de l'association Iselqam Ntalaght suivaient les différents gestes par Tibougharin, chants traditionnels accompagnant autrefois la femme kabyle dans toutes ses activités quotidiennes et qui constituaient un moyen d'expression en milieu d'une société où elle devait taire tous ses sentiments.
Pour le secrétaire général de la wilaya Azeddine Tibourtine, le patrimoine dans la wilaya de Tizi Ouzou, qu'il soit matériel ou immatériel, est «très bien pris en charge vu le nombre important de manifestations qui lui sont consacrées par la direction locale de la culture ou les associations culturelles qui activent sur le terrain».
La cérémonie d'ouverture du Salon a été rehaussée par la présence du sociologue, anthropologue et écrivain Youcef Nacib à qui les organisateurs ont rendu hommage en «reconnaissance pour tout le travail de recherche qu'il a effectué tout au long de sa carrière sur le patrimoine immatériel national», a indiqué la directrice de la culture, Nabila Goumeziane.
Youcef Nacib qui a assisté à la restitution de scènes de la vie traditionnelle dans une maison kabyle, notamment la préparation du couscous, les préparatifs du départ aux champs, les rituels organisés à la naissance d'un enfant, le tissage, la poterie et les arts culinaires ancestraux, n'a pas caché son émotion en participant à l'événement. «C'est un moment de partage et de valorisation d'un héritage culturel qui nous renvoie à nos racines. Un peuple sans racines ne peut pas avancer car ignorer son identité c'est accepter sa disparition. Je suis fier qu'en Kabylie, toutes ces pratiques qu'on montrées les associations culturelles existent toujours malgré les agressions extérieures».
Youcef Nacib a déclaré à l'APS, en marge de la manifestation, qu'il poursuivait toujours son travail de recherches sur les richesses patrimoniales nationales et compte éditer dans l'avenir de nouveaux ouvrages consacrés au sujet, après la série des neufs volumes intitulée : «Autour de la culture algérienne», éditée aux éditions Voltaire.
Auparavant, le sociologue avait consacré des livres et des études à la tradition orale, aux contes du Centre du pays, chants religieux du Djurdjura, l'oasis de Boussaâda, poésies mystiques kabyles, proverbes et dictons kabyles et à la culture nationale en général.
Des chercheurs, des universitaires, des propriétaires d'œuvres culturelles immatérielles, des associations culturelles comme Issis Idurar, Iselqam N talaght d'Ath Khir, l'association des filles, veuves et ayant droit de chouhadas, ainsi que le Centre national des recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques et la bibliothèque principale de lecture publique prennent part à ce rendez-vous culturel qui s'étalera sur quatre jours.
Hier, les organisateurs ont organisé des conférences liées au patrimoine immatériel de la Kabylie et un spectacle du rituel légendaire Anzar (le roi de la pluie) que donnera l'association Yessis Idurar. L'association Iselqam Ntaleghtdu village Ath Khir (mekla) a, quant à elle, offert une démonstration sur la cuisson traditionnelle des objets de la poterie. Un film documentaire a également été projeté sur la signification des symboles amazighs, des ateliers de proverbes (Lemtul) et de contes (Timuchuha) et un repas traditionnel collectif (Nwal), ainsi qu'une séance de décoration de la poterie (arqem) pour la journée de jeudi, selon le programme arrêté.
La clôture de ce premier salon du patrimoine, prévue vendredi prochain, sera marquée par des déclamations de poésie populaire, des devinettes (timsaâraq) et du chant religieux traditionnel avec le groupe Lekhwan d'Azeffoun.
R. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.