223 ressortissants étrangers arrêtés lors des marches populaires    Mali: le processus de paix entre dans une nouvelle phase de stabilisation    ENIEM: arrêt technique des activités le 2 février prochain pour contraintes financières    Le camembert Tassili n'est pas contaminé : La laiterie de Draa Ben Khedda nous écrit    Goudjil refuse d'entériner le départ de Bensalah    Juventus : Can d'accord avec Dortmund !    GENERAL-MAJOR SAID CHENGRIHA : ‘'L'armée déterminée à soutenir les démarches du Président''    LES ENSEIGNANTS DU PRIMAIRE MAINTIENNENT LA PRESSION : Le ministère s'engage à affronter la situation    ILS ONT CIBLE PLUS DE 10 VEHICULES : Deux voleurs quinquagénaires arrêtés à Mascara    ORAN : Saisie de 12 quintaux de viandes blanches avariées    Mettre en place des mécanismes de traduction des textes de théâtre algérien    «Il y a beaucoup d'argent pour les collectivités locales»    France : les actes antimusulmans ont augmenté de moitié    HRW dénonce la poursuite de la répression    Le meurtrier interjette appel    Abdelmadjid Tebboune au MDN    Boxe/Championnats arabes : avec 12 médailles dont 5 en or    "C'est le moment de trouver un nouveau président pour la JSK"    Mouaki rejoint l'ES Sahel    CRB-CABBA décalé au lundi 3 février    Les étudiants fidèles au "22 février"    Les entreprises publiques ont boudé l'événement    Des acheteurs allemands chez des fournisseurs algériens    Un nouveau système d'information pour la douane    Fermeture dans la nuit de mardi à vendredi minuit    Cinq pays au 10e Festival international du théâtre de Béjaïa    ACTUCULT    Lumières sur un super-héros, très secret et réel    Une foire internationale de la production à Alger proposée par l'Union arabe    Hand/Tournoi de qualification olympique: l'Algérie débutera face à la Slovénie    Zitouni exhorte les jeunes à l'unité pour faire avancer l'Algérie    El-Bayadh: Le logement passé au peigne fin    Selon le Professeur Tahar Ryan: «Le système de santé est malade»    Oran: Le procès de Kaddour Chouicha de nouveau reporté    Oum El Bouaghi: Deux morts dans le crash d'un avion militaire    Les étudiants toujours mobilisés    JS Kabylie: Yamen Zelfani nouvel entraîneur    Coronavirus: Le président ordonne le rapatriement des Algériens établis à Wuhan    La pointe extrême du singulier    Allez à Ghaza et criez «plus jamais ça !»    Le parc d'attraction rouvre ses portes    Vivre le (dés) espoir d'une mère nigériane    2 millions d'Irakiens manifestent contre la présence des USA    La collection «Continents Noirs» fête ses 20 ans    Découverte d'un bain romain à Ferkane (Tébessa)    Le chiffre d'affaires de la CNMA s'est établi à 15 milliards de dinars    «L'équipe a retrouvé sa confiance et sa stabilité après le départ de Lavagne»    Les militairesisraéliens frappent une cible du Hamas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'art algérien en Tchéquie avec la performance de Mohamed Benhadj
«De Prague, avec amour», concert et exposition en solidarité avec la Syrie
Publié dans La Tribune le 18 - 12 - 2016

Tous les bénéfices de l'événement seront remis aux «White Helmets» (Les casques blancs), un groupe de défense civile de volontaires non armés qui aident dans des crises indépendamment de la religion et de la politique
Au moment où le conflit syrien est au cœur de l'actualité internationale, un groupe d'artistes internationaux ont été invités à apporter leur propre vision et réflexion artistique sur le sujet, lors d'une manifestation de solidarité avec la Syrie baptisée «De Prague, avec amour» qui se déroule en Tchéquie, qui a débutée, hier et se poursuivra durant toute la journée d'aujourd'hui.
L'artiste performer algérien Mo' Mohamed Benhadj, du collectif «Aswad» qu'il a cofondé avec Mazia Djaâb, est présent à ce rendez-vous artistique en solidarité avec le peuple syrien avec sa performance «Dieu reconnaîtra les siens», une performance déjà présentée à Alger lors de la deuxième exposition d'«Atiba9» en 2014. A propos de sa participation, il dira que «c'est ma responsabilité d'artiste algérien, arabe de participer à un événement de solidarité avec le peuple syrien». «Il s'agit aussi d'exprimer ma position d'artiste algérien et arabe qui vit en Occident. Il s'agit de marquer la présence de l'art contemporain algérien dans la scène artistique européenne», ajoutera-t-il. Dans le texte de la présentation de la conférence il est souligné : «Comme asphyxie, j'avance. L'atmosphère devient oppressante. La charge est trop lourde malgré ce sentiment de puissance qui m'envahit. Je dois me libérer de ses chaînes ! ‘‘Dieu reconnaîtra les siens''. Enfin j'avance !»
Les organisateurs de cette manifestation soulignent dans la présentation de l'événement qu'ils sont «honorés d'accueillir sur notre scène Mazzaj Rap Band-Syria, un groupe de rap politique syrien basé à Berlin, samedi à Obejvák à Prague. Obejvák, artiste collectif et communautaire, présente une exposition d'artistes internationaux et locaux, alliant des perspectives documentaires et artistiques sur la révolution syrienne et le conflit actuel. Nous présenterons également des faits visuels, basés sur la documentation de la Syrie Campaign».
Il est à noter que tous les bénéfices de l'événement seront remis aux «White Helmets» (Les casque blanc), un groupe de défense civile de volontaires non armés qui aident dans des crises indépendamment de la religion et de la politique.
Pour rappel, «Al-Tiba9» est une exposition artistique d'art contemporain organisée, annuellement quatre années par le Collectif «Asswad», cofondée par Mo' Mohamed Benhadj et Mazia Djab et qui réunit, des artistes contemporains, algériens et internationaux de pays différents, qu'il soit plasticiens, performers, chorégraphes, danseurs, photographes et peintres. En fait le collectif se distingue par un nouveau souffle rafraîchissant et revigorant dans la pratique de l'art contemporain en Algérie. Le collectif Asswad souligne que leur démarche consiste à «s'emparer d'une manière particulière et intuitive de la réalité sociale. Notre méthode consiste à créer une interface entre l'art et la société. Pour cette raison, le collectif a créé une dialectique urbaine, cela a été créé par des actions artistiques qui ont eu lieu dans les espaces publics».
S. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.