Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    MCA -USMA J-4 : Bendebka «Pour ne pas décevoir les Chnaoua, toute défaite est interdite contre l'USMA»    MCA -USMA J-4 : Casoni «J'ai une idée précise sur l'équipe de l'USMA, mais... »    Migrants en Libye: les conclusions de l'enquête "ne sauraient tarder"    La Russie va réduire sa présence militaire en Syrie    Elections locales: 16 cas de saisine soumises à la justice    Le pétrole en ordre dispersé en Asie    Zimbabwe : le nouveau président appelle à éviter la vengeance    Méditerranée: 1.500 migrants secourus en 3 jours    Algérie : DZ Joker bombarde la chaine TV Ennahar dans une nouvelle vidéo    Mnangagwa attendu au Zimbabwe pour lui succéder    Le Parlement de Tobrouk donne son quitus    Un nouveau projet de loi adopté par le Conseil des ministres    Des téléphones mobiles LG produits en Algérie    2 600 agents de police mobilisés    "Je ne pouvais pas dire non !"    Séminaire d'arbitres d'élite ce samedi à Sidi-Moussa    Zetchi : "C'est un petit dérapage"    Bouteflika s'implique    Une nouvelle campagne de vaccination du "RR" du 26 décembre au 2 janvier    L'opération d'indemnisation lancée    Bedoui annonce la prorogation du scrutin jusqu'à 20h00 dans 44 wilayas    Saïd Boukhari n'est plus    Sur les traces des héros de la Révolution algérienne à El-Eulma    Maroc - Les autorités monétaires rappellent que les monnaies virtuelles sont interdites    Locales 2017: affluence appréciable des électeurs à Alger-Centre durant la matinée    Sahara Occidental: la Namibie déplore la teneur du discours du Souverain marocain qui "mine tous les efforts d'une solution pacifique" (MAE)    Sahara Occidental: le Conseil de sécurité exprime son soutien aux efforts de Kohler    Vers une nouvelle tendance baissière ?    Graves révélations du syndicat des techniciens de la maintenance    Un mandat dans un contexte de crise    Effondrement d'un immeuble en plein centre-ville    L'Etat veut renforcer la protection des consommateurs    Elections locales : Les gens outrés par l'affichage anarchique    Un déficit fiscal de 4 milliards de dollars    Brèves....    Les Bourses européennes en ordre dispersé en l'absence de Wall Street    Tlemcen - Protection de l'enfant : tous concernés    Rendez-vous de la paix pour la Syrie à Sotchi    «Une étape historique dans la coopération éducative franco-algérienne»: Inauguration officielle de l'école française à Oran le 3 décembre    La cartographie politique confortée    "Je ne peux pas promettre le titre pour plaire aux fans"    Le ministère de l'Education annonce le calendrier    Il a été effectué hier    Une pièce retraçant les souffrances des Algériens lors de la Guerre de libération    400 chiites arrêtés en une semaine    Le Miptv et Canneseries au secours de l'audiovisuel    Le chant traditionnel sarde s'invite à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trump-Poutine : le test ukrainien
Le nouveau président américain suscite les tensions internationales
Publié dans La Tribune le 04 - 02 - 2017

Alors que les relations entre Donald Trump et le président russe Vladimir Poutine semblaient conviviales, sa nouvelle ambassadrice à l'ONU, Nikki Haley, vient de mettre quelques «fritures sur la ligne». Elle a «condamné les actions de la Russie» en Ukraine les considérant comme «agressives». Devant le Conseil de sécurité, elle a affirmé que les sanctions contre Moscou seraient maintenues «jusqu'à ce que la Russie redonne le contrôle de la péninsule (de Crimée) à l'Ukraine». Le dossier ukrainien s'annonce comme le véritable test des relations futures entre Moscou et Washington
Alors que le président des Etats-Unis Donald Trump continue de susciter les tensions dans les relations internationales, notamment avec l'Iran, son secrétaire à la Défense a ouvert un autre front vendredi en s'en prenant à la Corée du Nord. Lors d'une visite à Séoul, le nouveau secrétaire à la Défense, James Mattis, a ainsi averti qu'une attaque nucléaire de la Corée du Nord contre les Etats-Unis ou un de ses alliés entraînerait une réponse «efficace et écrasante». Le chef du Pentagone est le premier responsable de l'administration Trump à se déplacer en voyage officiel à l'étranger. Deux semaines après son investiture, l'imprévisible président américain et son administration multiplient les déclarations diplomatiques incendiaires contre d'autres pays déclarés rivaux. Après plusieurs avertissements de la Maison Blanche suite à un test usuel de missile balistique, l'administration Trump envisage de prendre de nouvelles sanctions contre Téhéran. Une attitude qui va à l'encontre des engagements de Washington durant l'ancienne administration. Ces mesures seraient la première traduction du durcissement annoncé par Washington envers l'Iran, et ce malgré l'accord historique sur le nucléaire scellé en juillet 2015 entre Téhéran et les grandes puissances. Cet accord a été le grand succès diplomatique de son prédécesseur Barack Obama, qui s'était efforcé d'apaiser les tensions. Au contraire, le nouveau Président use d'un ton belliqueux contre Téhéran. L'Iran a dénoncé des menaces «sans fondement, répétitives et provocatrices». Alors que les relations entre Donald Trump et le président russe Vladimir Poutine semblaient conviviales, sa nouvelle ambassadrice à l'ONU, Nikki Haley, vient d'installer quelques parasites. Elle a «condamné les actions de la Russie» en Ukraine les considérant comme «agressives». Devant le Conseil de sécurité, elle a affirmé que les sanctions contre Moscou seraient maintenues «jusqu'à ce que la Russie redonne le contrôle de la péninsule (de Crimée) à l'Ukraine». Le dossier ukrainien serait le test des relations futures entre Moscou et Washington. Autres déclarations empreintes d'ambiguïtés : l'administration Trump a jugé que «la construction de nouvelles colonies» dans les Territoires palestiniens occupés pourrait «ne pas aider» à résoudre le conflit israélo-palestinien. Trump qui avait promis durant sa campagne d'installer son ambassade dans la ville d'Al-Qods contre toute légalité internationale semble opter pour un discours plus «diplomatique». Seulement le discours. Tout juste installé au Département d'Etat, le chef de la diplomatie américaine, Rex Tillerson, s'est empressé de s'entretenir avec le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu, l'assurant «de l'engagement sans faille» de l'Amérique. Donald Trump a aussi tiré sur l'Australie, l'un des plus proches alliés militaires de Washington, dénonçant un accord «stupide» forgé en novembre entre Canberra et le gouvernement Obama sur l'accueil aux Etats-Unis d'un millier d'immigrés parqués par l'Australie dans des camps offshore.
R. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.