A-t-on les moyens de bâtir une Algérie nouvelle et forte ?    Conférence de Berlin: mobiliser les efforts internationaux pour régler la crise en Libye    MONOXYDE DE CARBONE : 30 morts depuis début janvier    Air Algérie menacée par des compagnies françaises !    Vers un mouvement dans le corps des walis ?    GRANDE MOSQUEE DE PARIS : Le nouveau recteur n'est pas candidat au CFCM    Ould Abbès plaide la folie    NAAMA : Saisie de 3,5 kg de kif traité à Moghrar    EN L'ESPACE DE 3 JOURS : Plus d'une centaine de harraga interceptés    ARCHIVES NATIONALES : Colloque national sur la procédure de communication    L'ancien journaliste de l'APS, Abdelkrim Hamada, inhumé au cimetière d'El-Kettar    Discours haineux et régionalistes sur les réseaux sociaux: Mise en garde des spécialistes    Hand-CAN 2020 (2e j): six pays dont l'Algérie passent à la seconde phase    La troupe de danse de Chengdu (Chine) séduit le public de l'Opéra d'Alger    Ligue1 (mise à jour): l'USMA pour confirmer à Chlef, duel de mal classés à Magra    Large vague d'indignation    Réaménagement du calendrier des éliminatoires    Almas négocie avec Taoussi    L'Algérie se qualifie dans la douleur !    Yaïche tire la sonnette d'alarme    Les explications sur le cas Belkaroui    JSK : Velud s'en va    FFS : la réconciliation compromise ?    Début du procès de Donald Trump au Sénat    Washington et Pékin ont encore beaucoup à faire pour «soigner leurs fractures»    Séminaire de formation médicale continue sur le cancer du sein    L'interdiction pour les citoyens de travailler au Koweït réimposée    Le directeur du Sheraton d'Alger en détention à El-Harrach    Le Président Tebboune préside une réunion du Conseil des ministres    Conférence de Mohamed Arezki sur le patrimoine algérien    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Difficultés financières de l'Eniem : Les discussions avec le CPE «sur la bonne voie»    Plusieurs dizaines de détenus en prison et sans procès : Quelles sont les arrière-pensées des autorités ?    48e vendredi du mouvement populaire : «Non à l'état policier !»    La cotation du Sahara Blend algérien perd près de 7 dollars    Chlef, Mostaganem: 33 harraga interceptés, des passeurs arrêtés    El-Bayadh: Plus de 2 quintaux de viande blanche saisis    Tebboune recevra mardi des responsables de médias publics et privés    Constantine: 11 personnes, dont des cadres de la BNA, arrêtées    Transport maritime: Un navire de la CNAN bloqué au port d'Anvers pour créance impayée    La guerre des «boutons»    Fichier des demandeurs de logements : une nouvelle application électronique    Arrestation de 7 individus    Le Président Ghali annonce la composition du nouveau gouvernement de la RASD    Découverte d'une sépulture et d'objets en poterie    L'écrivain et traducteur Abderrahmane Meziane n'est plus    Souk-Ahras accueille la première édition    «La nécessité d'accompagner l'ADE pour offrir un meilleur service au citoyen»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trump attise les tensions internationales
FRAPPANT TOUS AZIMUTS
Publié dans L'Expression le 04 - 02 - 2017

Donald Trump semble vouloir entrer dans le vif du sujet en désignant ses cibles prioritaires
Alors que le président Donald Trump attise les foyers de tensions internationales, notamment avec l'Iran et la Russie, son secrétaire à la Défense a ouvert un autre front hier en mettant en garde la Corée du Nord contre toute velléité d'attaque nucléaire.
Deux semaines après son investiture, le président nationaliste et isolationniste et son administration multiplient les déclarations diplomatiques incendiaires contre des pays rivaux ou adversaires des Etats-Unis, mais aussi contre des alliés ou partenaires, comme Israël, l'Australie ou le Mexique. Lors d'une visite à Séoul, le nouveau secrétaire à la Défense, James Mattis, a ainsi averti hier qu'une attaque nucléaire de la Corée du Nord contre les Etats-Unis ou un de ses alliés entraînerait une réponse «efficace et écrasante». Mais l'Iran est aussi visé. Après une «mise en garde» de la Maison Blanche à la suite d'un test de missile balistique, l'administration Trump envisage de prendre de nouvelles sanctions contre Téhéran, ont indiqué des sources proches du dossier. Ces mesures de rétorsion contre des personnes ou des entités liées au programme iranien de missiles balistiques seraient la première traduction du durcissement annoncé par Washington face à la République islamique, et ce malgré l'accord historique sur le nucléaire iranien scellé en juillet 2015 entre Téhéran et les grandes puissances. Cet accord a été la grande percée diplomatique du prédécesseur de Donald Trump, Barack Obama, qui s'était efforcé d'apaiser les tensions avec l'Iran. Au contraire, le président républicain a pris un ton belliqueux contre la puissance chiite: «Rien n'est exclu», a-t-il répondu à la presse à propos d'une action militaire. Téhéran a dénoncé des menaces «sans fondement, répétitives et provocatrices». Beaucoup plus surprenant, Washington s'en est aussi pris à Moscou. Alors que le rapprochement avec le président russe Vladimir Poutine est une priorité de Donald Trump, sa nouvelle ambassadrice à l'ONU Nikki Haley a «condamné les actions agressives de la Russie» en Ukraine. Devant le Conseil de sécurité, elle a affirmé que les sanctions contre Moscou seraient maintenues «jusqu'à ce que la Russie redonne le contrôle de la péninsule (de Crimée) à l'Ukraine». L'administration Trump a aussi pris ses distances avec Israël, l'allié historique, que le nouveau président américain n'avait cessé de couvrir de louanges après les tensions de l'ère Obama. La Maison Blanche a ainsi jugé que «la construction de nouvelles colonies» dans les Territoires palestiniens occupés pourrait «ne pas aider» à résoudre le conflit israélo-palestinien. Tout juste installé au Département d'Etat, le chef de la diplomatie américaine, Rex Tillerson, s'est cependant entretenu dans la soirée au téléphone avec le Premier ministre israélien Benyamin Netanyanu pour l'assurer «de l'engagement sans faille» de Washington auprès de «ses alliés clés», selon son porte-parole, Mark Toner. Donald Trump a aussi tapé sur l'Australie, l'un des plus proches alliés militaires de Washington. Il a dénoncé un accord «stupide» forgé en novembre entre Canberra et le gouvernement Obama sur l'accueil aux Etats-Unis d'un millier d'immigrés légaux parqués par l'Australie dans des camps offshore. Le 45e président américain, au programme économique protectionniste, a aussi tapé sur l'une de ses cibles favorites, l'Accord de libre-échange nord-américain (Aléna) entre les Etats-Unis, le Mexique et le Canada, qu'il a qualifié de «catastrophe». Donald Trump a toutefois pris la peine d'adouber son nouveau chef de la diplomatie, Rex Tillerson, qui va devoir gérer immédiatement une multitude de tensions internationales. «Certains n'aimaient pas Rex parce qu'il s'entendait bien avec des dirigeants de la planète (...) C'est une bonne chose, pas une mauvaise chose», a lancé le président, en allusion à la proximité de longue date entre l'ancien patron du géant pétrolier ExxonMobil et le président Poutine, dont M. Trump veut justement se rapprocher. Le 69e secrétaire d'Etat a reconnu que la victoire du milliardaire Donald Trump n'était pas du goût de tous au sein de l'appareil d'Etat.
Allusion à l'«insurrection» bureaucratique, selon le mot d'un diplomate, qui secoue un département d'Etat réputé progressiste. Un millier de diplomates et fonctionnaires contestataires ont signé un mémorandum interne «dissident» qui dénonce le décret anti-immigration qu'a pris Donald Trump vendredi dernier et qui gèle l'entrée de ressortissants de sept pays musulmans et de réfugiés. Pour son premier entretien de ministre, Rex Tillerson a reçu son homologue allemand Sigmar Gabriel, lequel lui a rappelé «à quel point le partenariat transatlantique était indispensable en ces temps de turbulences».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.