«Aucun pays n'est à l'abri de la menace terroriste»    Deux frères écrasés par un train    L'incontournable accompagnement de l'Etat    Une aubaine pour Sonatrach    Le Maroc veut-il la guerre?    L'issue des négociations semble proche    Le Kenya se réveille avec des interrogations    Triplé pour le judo    Aouar et Adli disent «oui»    Deux joueurs suspendus pour dopage    «j'irai me promener aux sablettes»    Situation maîtrisée    Les engagements de Belabed    FFS et RCD se préparent    Ecarts d'un charlatan inféodé    Hommage au comédien Sirat Boumediene    Accompagner le projet d'amélioration de la production et de la commercialisation du lait de chamelle    15 pays y prennent part    Vingt médailles pour les Algériens à 24h de la clôture    Inondations au Soudan: L'Algérie présente ses condoléances    Conférence d'Alger en prévision des assises nationales d'octobre    Enième attaque contre la mosquée Al Aqsa    Six morts et quinze blessés dans un accident de la route    Saisie de 250 quintaux de son destinés à la spéculation illicite    24 Palestiniens arrêtés par l'entité sioniste    Le Président Poutine accuse les élites occidentales    Skikda Un incendie maîtrisé    Le ministère la culture la célèbre en août    L'artisan du succès de nombreuses stars de la chanson chaâbi    Feux de forêts: le directeur général de la Protection civile s'enquiert de la situation à Tipaza    Lancement d'un programme d'appui spécifique au cinéma au théâtre et à la musique    Saïd Chanegriha prend part par visioconférence à la 10e Conférence internationale sur la sécurité    Maroc: trois morts par asphyxie dans un puits d'extraction de charbon au nord-est du pays    Judo / Jeux de la solidarité islamique 2022 : l'argent pour Asselah, le bronze pour Ouallal    Jeux de la Solidarité Islamique / Football (match pour le bronze) : défaite de l'Algérie face à l'Azerbaïdjan    La canicule continuera d'affecter l'Est du pays jusqu'à mercredi    Rentrée 2022-2023 : le ministère de l'Education publie la liste officielle des fournitures scolaires    Retour sur le rôle actif du martyr Mokhtar Kritli dans les préparatifs de la Révolution (TEMOIGNAGES)    Tlemcen - Cadastre, conservation foncière : un nouveau responsable pour voir plus clair    Classement annuel de la CAF: Le football algérien mieux considéré    JS Bordj Menaiel: Azzedine Ait Djoudi, nouveau président    La faim plus menaçante    La Communauté internationale appelée à réagir: Le Maroc continue de piller le phosphate du Sahara Occidental    Le verdict sans appel du DG de la PCH: Magasins quasiment vides, médicaments en rupture, impayés...    Le vieux de mon village    Agrément pour trois ambassadeurs algériens    Le FLN envisage des sanctions rigoureuses    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Trump attise les tensions internationales
FRAPPANT TOUS AZIMUTS
Publié dans L'Expression le 04 - 02 - 2017

Donald Trump semble vouloir entrer dans le vif du sujet en désignant ses cibles prioritaires
Alors que le président Donald Trump attise les foyers de tensions internationales, notamment avec l'Iran et la Russie, son secrétaire à la Défense a ouvert un autre front hier en mettant en garde la Corée du Nord contre toute velléité d'attaque nucléaire.
Deux semaines après son investiture, le président nationaliste et isolationniste et son administration multiplient les déclarations diplomatiques incendiaires contre des pays rivaux ou adversaires des Etats-Unis, mais aussi contre des alliés ou partenaires, comme Israël, l'Australie ou le Mexique. Lors d'une visite à Séoul, le nouveau secrétaire à la Défense, James Mattis, a ainsi averti hier qu'une attaque nucléaire de la Corée du Nord contre les Etats-Unis ou un de ses alliés entraînerait une réponse «efficace et écrasante». Mais l'Iran est aussi visé. Après une «mise en garde» de la Maison Blanche à la suite d'un test de missile balistique, l'administration Trump envisage de prendre de nouvelles sanctions contre Téhéran, ont indiqué des sources proches du dossier. Ces mesures de rétorsion contre des personnes ou des entités liées au programme iranien de missiles balistiques seraient la première traduction du durcissement annoncé par Washington face à la République islamique, et ce malgré l'accord historique sur le nucléaire iranien scellé en juillet 2015 entre Téhéran et les grandes puissances. Cet accord a été la grande percée diplomatique du prédécesseur de Donald Trump, Barack Obama, qui s'était efforcé d'apaiser les tensions avec l'Iran. Au contraire, le président républicain a pris un ton belliqueux contre la puissance chiite: «Rien n'est exclu», a-t-il répondu à la presse à propos d'une action militaire. Téhéran a dénoncé des menaces «sans fondement, répétitives et provocatrices». Beaucoup plus surprenant, Washington s'en est aussi pris à Moscou. Alors que le rapprochement avec le président russe Vladimir Poutine est une priorité de Donald Trump, sa nouvelle ambassadrice à l'ONU Nikki Haley a «condamné les actions agressives de la Russie» en Ukraine. Devant le Conseil de sécurité, elle a affirmé que les sanctions contre Moscou seraient maintenues «jusqu'à ce que la Russie redonne le contrôle de la péninsule (de Crimée) à l'Ukraine». L'administration Trump a aussi pris ses distances avec Israël, l'allié historique, que le nouveau président américain n'avait cessé de couvrir de louanges après les tensions de l'ère Obama. La Maison Blanche a ainsi jugé que «la construction de nouvelles colonies» dans les Territoires palestiniens occupés pourrait «ne pas aider» à résoudre le conflit israélo-palestinien. Tout juste installé au Département d'Etat, le chef de la diplomatie américaine, Rex Tillerson, s'est cependant entretenu dans la soirée au téléphone avec le Premier ministre israélien Benyamin Netanyanu pour l'assurer «de l'engagement sans faille» de Washington auprès de «ses alliés clés», selon son porte-parole, Mark Toner. Donald Trump a aussi tapé sur l'Australie, l'un des plus proches alliés militaires de Washington. Il a dénoncé un accord «stupide» forgé en novembre entre Canberra et le gouvernement Obama sur l'accueil aux Etats-Unis d'un millier d'immigrés légaux parqués par l'Australie dans des camps offshore. Le 45e président américain, au programme économique protectionniste, a aussi tapé sur l'une de ses cibles favorites, l'Accord de libre-échange nord-américain (Aléna) entre les Etats-Unis, le Mexique et le Canada, qu'il a qualifié de «catastrophe». Donald Trump a toutefois pris la peine d'adouber son nouveau chef de la diplomatie, Rex Tillerson, qui va devoir gérer immédiatement une multitude de tensions internationales. «Certains n'aimaient pas Rex parce qu'il s'entendait bien avec des dirigeants de la planète (...) C'est une bonne chose, pas une mauvaise chose», a lancé le président, en allusion à la proximité de longue date entre l'ancien patron du géant pétrolier ExxonMobil et le président Poutine, dont M. Trump veut justement se rapprocher. Le 69e secrétaire d'Etat a reconnu que la victoire du milliardaire Donald Trump n'était pas du goût de tous au sein de l'appareil d'Etat.
Allusion à l'«insurrection» bureaucratique, selon le mot d'un diplomate, qui secoue un département d'Etat réputé progressiste. Un millier de diplomates et fonctionnaires contestataires ont signé un mémorandum interne «dissident» qui dénonce le décret anti-immigration qu'a pris Donald Trump vendredi dernier et qui gèle l'entrée de ressortissants de sept pays musulmans et de réfugiés. Pour son premier entretien de ministre, Rex Tillerson a reçu son homologue allemand Sigmar Gabriel, lequel lui a rappelé «à quel point le partenariat transatlantique était indispensable en ces temps de turbulences».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.