REMPLAÇANT AHMED OUYAHIA INCARCERE A LA PRISON D'EL-HARRACH : Azzedine Mihoubi, nouveau SG par intérim du RND    LOGEMENTS PROMOTIONNELS AIDES (LPA) : Premiers quotas livrés à partir d'août    CELEBRATIONS DE LA VICTOIRE DES VERTS : Nuit blanche à Mostaganem    CADETS DE LA NATION : 99.46% de taux de réussite au Bac    COMMERCE : Plus de 2800 infractions enregistrées depuis début juin    Un pétrolier de Sonatrach contraint de se diriger vers les eaux territoriales iraniennes    Les héros sont de retour au pays    EN - Mahrez : "Fier d'avoir été le capitaine de cette équipe"    Quand Mobilis "évince" Ooredoo    Bientôt un nouveau cahier des charges    Une application pour la location de véhicules    La présidence dit oui    Ankara lance une riposte contre le PKK après l'attaque à Erbil    Téhéran dément des «allégations délirantes» de Trump    Un soldat tué et deux blessés    Peine de mort contre trois hommes    Enlèvement d'une députée anti-Haftar    L'ex-wali de Skikda, Benhassine Faouzi, sous contrôle judiciaire    Les partisans d'une alternative démocratique contre-attaquent    L'Alliance présidentielle décapitée    La cérémonie en Egypte    Les réserves de l'ETRHB pour la vente de ses actions    Deux vieilles connaissances sur la route des Verts    Le ministre du Commerce rassure les boulangers    1 000 kilomètres pour en faire la demande    Arrestation des voleurs de portables en série    5 ans de prison pour l'ex-directeur des Domaines    ACTUCULT    Yazid Atout, nouveau DG de la radio Chaîne III    La gestion administrative cédée aux travailleurs    Lorsque la solidarité villageoise fait des merveilles    Hommage au grand maître Benaïssa    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Frenda: Un guichet unique pour les fellahs    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Un forum qui a fait bouger les lignes    On ne construit pas un pays en bâclant, en trichant    Face au diktat de ses clients «publics»: L'aveu d'impuissance de la Sonelgaz    Circulation routière: 568 permis de conduire retirés en juin    Les Guerriers du Désert sur le toit de l'Afrique    Edition du 20/07/2019    Le peuple tient le cap    L'Ensemble «Safar» de musique andalouse en concert    Le Hirak toujours en marche    Le casse-tête des médecins spécialistes    Une 2e étoile pour les verts !    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    Mesures légales pour relancer la production    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Rohingyas : non assistance à peuple en danger
Un génocide à huis clos se déroule en Birmanie
Publié dans La Tribune le 27 - 04 - 2017

Depuis plus d'un demi siècle, les Rohingyas sont traités comme apatrides dans leur propre pays, où ils font l'objet de brimades et d'exactions multiples de la part du pouvoir central de Rangoon, et de celle qui a toujours lutté pour la démocratie la prix Nobel de la paix, Aung San Suu kyi, l'ONU les considère comme l'une des minorités les plus persécutées de la planète
La Birmanie est décrite comme un pays en voie de démocratisation, après avoir été pendant de longues décennies sous le joug des régimes militaires successifs, toujours en place du reste, on est très loin de la carte postale, où bonzes et religion bouddhiste, vivant en parfaite harmonie et baignant entre non-violence et tolérance, la réalité est malheureusement tout autre, il n'est pas rare de croiser de nos jours, sur les routes, des moines fondamentalistes du Myanmar, avec des armes d'assaut en bandoulière, très loin du moine zen en pleine méditation…
Parmi la multitude de minorités qui composent le pays, 135 selon la liste répertoriée par le gouvernement, la seule à subir constamment les assauts des moines bouddhistes et des autorités est celle des Rohingyas, une ethnie de confession musulmane qui représente moins de 5% de la population, du nord-ouest sur la côte occidentale, dans un pays à majorité bouddhiste, ils seraient eux-mêmes les descendants de commerçants et soldats arabes mongols turcs, voire portugais qui ont transité vers ce pays, par une des Routes de la soie et se seraient convertis par leur intermédiaire, une présence qui remonte au XVe siècle et dont les autorités de Rangoon ont toujours nié l'existence
Pour la majorité des Birmans et du pouvoir central, les Rohingyas ne sont pas considérés comme des compatriotes à part entière, mais comme des migrants venant du Bengladesh, des apatrides, héritage de l'empire britannique, vivant comme des parias, ne bénéficiant d'aucune protection ou de statut social car non reconnue comme minorité appartenant à la nation birmane, faisant d'eux des citoyens de seconde zone, ils sont des centaines de milliers à avoir fui le pays des griffes de l'armée birmane, 50 000 musulmans Rohingyas ont trouvé refuge au Bangladesh depuis octobre dernier, par voies terrestre ou maritime pour d'autres contrées plus clémentes, comme la Malaisie, l'Indonésie ou la Thaïlande.
Une pseudo démocratie de façade est érigée à destination de l'opinion internationale, car c'est bien l'appareil militaire qui dirige les ministères-clé et contrôle au moins un quart du Parlement, car derrière l'égérie Aung San Suu Kyi, ancienne chef de l'opposition et opposante farouche aux militaires, c'est bien eux qui exercent l'autorité en gardant la mainmise sur les affaires du pays, lui laissant la diplomatie birmane, en signe d'ouverture, mais reste silencieuse, sur la question de la situation catastrophique de la minorité Rohingyas, un silence coupable, voire complice, pour celle qui a passé plus de 15 en résidence surveillée, selon elle, «il n'y a jamais eu de nettoyage ethnique» et d'ajouter «inapproprié», l'envoi d'une commission d'enquête de l'ONU, même la communauté musulmane se détache de celle qui devait incarner selon eux, une nouvelle ère en Birmanie, on lui reproche son mutisme face aux nombreuses exactions commises par l'armée. Selon un dernier rapport de l'ONU, les extrémistes bouddhistes et l'armée birmane sont responsables de crimes contre l'humanité et de graves violations contre cette minorité, allant du viol des femmes au meurtre barbare de civils dont des enfants, usant d'hélicoptères de combat pour tirer sur la population civile tout en détruisant toute trace de villages poussant ainsi les Rohingyas à un exode massif vers l'inconnue.
L'Union Européenne et les Etats-Unis ont levé les sanctions économiques qui frappaient la Birmanie afin de soutenir la jeune démocratie que mène Aung San Suu kyi, lui donnant accès ainsi au FMI et à la Banque mondiale, par contre, concernant les Rohingyas, aucune sanction n'est prise pour faire cesser les massacres
Lors du dernier sommet de l'OCI qui s'est tenu en janvier dernier dans la capitale malaisienne, une session extraordinaire consacrée entre autre à la situation des Rohingyas, a appelé la junte de Rangoon à faire cesser au plus vite les exactions contre la minorité musulmane de Birmanie et à permettre l'acheminement de l'aide aux réfugies
L'apparition d'un mouvement armé Rohingyas financé sous couvert par l'Arabie saoudite fait planer une plus grande menace sur l'ethnie déjà meurtrie, plusieurs centaines de réfugiés implantés dans les camps au Bengladesh voisin, déclarent avoir pris les armes pour venir en aide et protéger leurs coreligionnaires, de l'autre côté de la frontièr. «Si nous n'obtenons pas la reconnaissance de nos droits, si 1,5 million de Rohingyas doivent mourir pour cela, nous mourrons», a déclaré le chef autoproclamé de l'Asra, lors de sa première interview. «Nous allons lutter pour nos droits, et combattre ce cruel gouvernement militaire», a-t-il ajouté.
L'implantation voilà deux ans dans le sous continent indien de groupes radicaux tels Al Qaïda et Daech font craindre le pire avec une possible interconnexion entre ces groupes et l'Armée du Salut des Rohingyas de l'Arakan.
S. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.