Accession en Ligue 1: le Président Tebboune félicite l'USM Khenchela et le MC El Bayadh    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Real Madrid : Trois noms pour renforcer l'attaque    La loi portant régime général des forêts bientôt sur la table du gouvernement    L'Emir Abdelkader, un homme, une foi, un engagement...    Mémoires de Sadek Hadjeres. Tome 2    Migration internationale: l'approche algérienne exposée devant l'AG de l'ONU    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Naftal: des projets d'investissement de plus de 250 Mds Da pour les 5 prochaines années    JM-2022 : le complexe de tennis d'Oran aux normes internationales    Sahara occidental: l'activiste américaine McDonough déterminée à dénoncer les pratiques répressives du Maroc    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    Raison politique ou économique ?    De Bruyne «player of the year»    Les Canaris ne lâchent pas la LDC    Paroles d'experts    Une famille italienne et un Togolais enlevés par des hommes armés    35 terroristes neutralisés dans le Nord L'armée burkinabè a neutralisé    Le déficit mondial risque d'être brutal    Combien au premier trimestre 2022?    L'exemple de Constantine    11 décès en 48 heures    Bouira déploie les grands moyens    Youcef Cherfa ausculte son secteur    L'oeuvre salvatrice du Président    L'armée s'engage    Le RND affiche son total soutien    Mbappé : La Liga va déposer plainte    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Colloque national sur Anouar Benmalek    «Nassim Essabah» chauffe la salle Ibn Khaldoun    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Remettre à plat
Publié dans La Tribune le 10 - 06 - 2017

Remise à plat : c'est ce à quoi il faut s'atteler en urgence, méthodiquement et rigoureusement. Ce serait un tort de mésestimer la gravité de ce qu'on appelle désormais : «L'affaire Boudjedra». Pas de banalisation, pas de capitulation face aux tenants de la sous-culture avilissante et leurs méthodes populo-fascistes pour terroriser et attenter à la dignité des personnes, quelles qu'elles soient. La fumisterie présentée comme une caméra cachée distractive de veillée de Ramadhan doit continuer à faire du bruit et dénoncée pour ce qu'elle est : une attaque en règle contre la tranche éclairée de la société, qui indique le chemin aux citoyens et porte la contradiction au pouvoir et, par-delà, à ce qu'il est désormais permis d'appeler la société politique.
Ce n'est pas un hasard si le vecteur de cette agression contre l'écrivain est un média audiovisuel. Mais ce qui est produit dans certains titres de la presse écrite est à l'avenant et n'a rien à envier à la brutalité du discours diffamatoire porté par des chaînes de télévision privées. La différence, c'est que pour les sites d'information électronique traitant de l'Algérie, la saisine de la justice est difficile du fait de la non identification d'un directeur de la publication à ester devant un tribunal, alors qu'ailleurs c'est une obligation imposée.
Quoi qu'il en soit, l'opprobre jeté sur sa personne s'est accompagné d'un regain de sympathie et de popularité pour l'écrivain. En témoigne le rassemblement organisé le 3 juin pour dénoncer le média qui a tendu un traquenard à l'auteur de la Répudiation, L'escargot entêté, Lettres algériennes, le Vainqueur de coupe… Fait très significatif, le conseiller à la présidence de la République, Saïd Bouteflika, était parmi les participants à la manifestation. Une présence qui n'a pas besoin d'être commentée tant elle incarne de fait une position claire : soutien à l'écrivain et condamnation des pratiques de la chaîne de télévision incriminée. Signe annonciateur ? Ça devrait l'être, à tout le moins.
Une question se pose dans le sillage de l'agression contre l'auteur et féru des arts. Pour un Rachid Boudjedra brillant intellectuel mondialement reconnu et étudié, combien d'autres, simples citoyens ou cadres tétanisés par la terreur que veut inspirer la chaîne se font descendre en flammes dans le silence des élites et de l'autorité… de l'Etat. N'est-ce pas que la loi et l'Etat s'honorent, en principe, de défendre tout un chacun ?
Si c'est le cas, alors il appartient aux pouvoirs publics de compléter le dispositif juridique encadrant en particulier les télévisions privées, mais aussi les sites d'information en ligne. Les premières doivent être organisées en tant qu'entités de droit algérien devant répondre dans tous les cas aux dispositions des lois algériennes. Les seconds doivent se conformer à la loi sur l'information, afficher leurs «mentions légales» de sorte qu'ils répondent de leurs écrits devant la justice quand des personnes sont mises en cause.
A. S.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.