Ecole nationale supérieure d'Agronomie: sortie de la 57e promotion d'étudiants    Migrants tués par la police marocaine: "le Maroc essaie d'effacer les preuves de la tragédie"    JM / haltérophilie : l'Algérien Fardjalla au pied du podium à l'épaulé-jeté    JM / Athlétisme (2e journée): résultats techniques des finales    JM /Handball dames/ Gr.A : le point après la 3e et dernière journée    Célébration du 60e anniversaire de l'Indépendance : Un grand concert de musique andalouse à Alger    Deux clubs espagnols se disputent Isco    Feuille de route admissible ?    Nombreux forages et exploitations agricoles raccordés à l'électricité    El Tarf: Renforcement du réseau d'électricité    Pièces de rechange automobiles: «Pas de rupture d'approvisionnement»    Sahara occidental: L'émissaire de l'ONU en tournée dans la région    Tiaret - Match gala pour Tahar Benferhat: Dans l'attente d'un Mémorial    «Les attributions de logements ne vont pas s'arrêter»    Le partage du mouton et du repas    La tenue des gymnastes olympiques et le délire collectif    Libye : des manifestants investissent le siège du Parlement    Sidi Bel Abbès: Le festival de danse populaire tient ses promesses    Le directeur de l'Anad placé en garde à vue    Le sens et les messages d'un défilé    Le 60ème anniversaire de l'indépendance, "une opportunité pour mettre en relief les réalisations de l'Algérie indépendante"    Makri avance sa proposition    Bilal Afer crée la sensation    Les pros ou les charlatans?    Le bout du tunnel    «La jeunesse algérienne sait bâtir»    La plaidoirie de Lamamra    Deux repentis de Boko Haram se rendent à l'armée    Béjaïa en fête    Les déchets ménagers inquiètent    Le Hamas salue un rapport de l'ONU    L'Algérie se dote d'une unité d'insuline    «C'est un superbe cadeau!»    Oran vibre au rythme de la mode algérienne    Il était une fois le rai d'antan!    "L'Algérie est une nation ancienne dont l'authenticité ne peut être mise en doute"    Le renforcement du front interne, un message de fidélité aux martyrs    Lancement de la distribution de 160.000 logements à l'échelle nationale    Des milliers de logements attribués à leurs bénéficiaires dans l'Ouest du pays    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Algérie-Unesco: volonté de renforcer la coopération dans le domaine éducatif    Migrants tués par la police marocaine: la CADHP déplore le recours excessif à la force    Zeroual: l'Algérie a besoin de tous ses enfants pour parachever l'édification d'un Etat moderne    Le DG du journal «Echaab» limogé    Grand Prix Assia Djebar du Roman: Les lauréats distingués    El-Bayadh: Le célèbre «Rakb Sid Cheikh» de retour    «C'est un écrin de l'esprit de Novembre»    Oran sous psychotropes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Crise du Golfe : Riyad inflexible
L'Arabie saoudite affirme que ses exigences à Doha sont non négociables
Publié dans La Tribune le 29 - 06 - 2017

Alors que le Qatar, soutenu par la Turquie, a jugé les demandes de l'Arabie saoudite et ses complices déraisonnables et relevant de la pure souveraineté interne, le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel Al-Jubeir, a confirmé que ces exigences n'étaient «pas négociables». Une inflexibilité qui pourrait mener au clash
La crise des pays du Golfe tend à se durcir au fil des semaines les deux camps en présence s'échangeant des accusations mutuelles qui ne font que compliquer toute tentative de médiation. Le chef de la diplomatie américaine Rex Tillerson a appelé les pays impliqués dans la crise à rester «ouverts à la négociation», après que Riyad eut affirmé que ses demandes à Doha étaient «non négociables». L'Arabie saoudite reste inflexible envers le Qatar qui tente de se sortir de l'étouffement par l'effort diplomatique. Washington, dont les relations avec les riches pays du Golfe restent particulières, continue de tirer sur plusieurs fils en même temps. Le secrétaire d'Etat américain a reçu plusieurs représentants du Golfe dans la perspective de la résolution de la crise. Le 5 juin dernier l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l'Egypte ont décidé d'isoler le Qatar économiquement et diplomatiquement, accusant le riche émirat de soutenir le terrorisme. Les détracteurs du Qatar se sont dit disposés à lever leur blocus si Doha répond à 13 demandes, parmi lesquelles figurent la fermeture de la chaîne de télévision satellitaire Al-Jazeera, la fermeture de sa base turque et la rupture de ses relations avec l'Iran. Le Qatar, soutenu par la Turquie, juge ces demandes déraisonnables et relevant de la pure souveraineté interne. Présent à Washington mardi, le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel Al-Jubeir, a confirmé que ces exigences n'étaient «pas négociables». «C'est maintenant au Qatar de cesser de soutenir l'extrémisme et le terrorisme», a déclaré le ministre. Une inflexibilité qui pourrait mener au clash. Peu après les déclarations de Jubeir, Rex Tillerson a reçu le ministre qatari des Affaires étrangères, cheikh Mohammad Ben Abdel Rahman Al Thani. Il a ensuite rencontré le ministre d'Etat koweïtien pour les affaires gouvernementales, cheikh Mohammad Abdullah Al-Sabah, qui s'était rendu en Arabie saoudite pour la médiation. Avant cette rencontre, Tillerson a affirmé qu'il «espérait que toutes les parties continueraient à se parler de bonne foi». Les ministres américain et koweïtien ont, après leur entretien, «réaffirmé la nécessité pour toutes les parties de faire preuve de retenue afin de permettre des discussions diplomatiques productives. Rex Tillerson a exhorté pour sa part «les parties à rester ouvertes à la négociation, qui est le meilleur moyen de résoudre le différend». Le chef de la diplomatie américaine devait aussi prendre attache avec le Secrétaire général de l'ONU, qui a proposé son aide pour résoudre la crise. Les Etats-Unis ont mis en garde sur le fait que le Qatar aurait du mal à satisfaire certaines demandes et réclamé à Riyad de réduire sa liste. Les Etats-Unis ont des liens particuliers avec les pays en crise : le Qatar abrite la plus grande base aérienne américaine de la région. Le Bahreïn abrite une base navale de la Cinquième flotte américaine. Et les armées américaines et saoudiennes travaillent étroitement ensemble. Le système sécuritaire de ces pays reste fortement lié à la puissance américaine.
R. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.