Deux clubs espagnols se disputent Isco    Pièces de rechange automobiles: «Pas de rupture d'approvisionnement»    Nombreux forages et exploitations agricoles raccordés à l'électricité    Sahara occidental: L'émissaire de l'ONU en tournée dans la région    Libye : des manifestants investissent le siège du Parlement    Feuille de route admissible ?    Fête de l'indépendance: 160.000 logements à distribuer    JM-Oran 2022: La boxe et l'athlétisme enrichissent la moisson algérienne    Tiaret - Match gala pour Tahar Benferhat: Dans l'attente d'un Mémorial    «Les attributions de logements ne vont pas s'arrêter»    Le partage du mouton et du repas    La tenue des gymnastes olympiques et le délire collectif    Sidi Bel Abbès: Le festival de danse populaire tient ses promesses    La plaidoirie de Lamamra    Deux repentis de Boko Haram se rendent à l'armée    Le Hamas salue un rapport de l'ONU    Les clés de l'indépendance    L'Algérie se dote d'une unité d'insuline    Le directeur de l'Anad placé en garde à vue    Bilal Afer crée la sensation    Les pros ou les charlatans?    Le bout du tunnel    M. Diafat lance le programme national de développement des micro-entreprises    Le sens et les messages d'un défilé    Makri avance sa proposition    Béjaïa en fête    Les déchets ménagers inquiètent    Le 60ème anniversaire de l'indépendance, "une opportunité pour mettre en relief les réalisations de l'Algérie indépendante"    De quoi le 5 Juillet est-il le nom?    Comme un certain 5 Juillet 1962...    Le «Train de la Mémoire» sur les rails    "L'Algérie est une nation ancienne dont l'authenticité ne peut être mise en doute"    Des milliers de logements attribués à leurs bénéficiaires dans l'Ouest du pays    Lancement de la distribution de 160.000 logements à l'échelle nationale    Le renforcement du front interne, un message de fidélité aux martyrs    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Algérie-Unesco: volonté de renforcer la coopération dans le domaine éducatif    Migrants tués par la police marocaine: la CADHP déplore le recours excessif à la force    Appel à la levée de l'embargo sioniste sur Ghaza: le Hamas salue un rapport de l'ONU    JM: programme des finales prévues dimanche    JM/Judo: l'Algérie renoue avec l'or 13 ans après    Zeroual: l'Algérie a besoin de tous ses enfants pour parachever l'édification d'un Etat moderne    Message de l'ancien Président Liamine Zeroual à l'occasion de la Fête de l'indépendance    Le DG du journal «Echaab» limogé    Grand Prix Assia Djebar du Roman: Les lauréats distingués    El-Bayadh: Le célèbre «Rakb Sid Cheikh» de retour    «C'est un écrin de l'esprit de Novembre»    Oran sous psychotropes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Astana : un cinquième round pour consolider les évolutions en Syrie
Vers un redéploiement des Russes dans les zones de sécurité
Publié dans La Tribune le 06 - 07 - 2017

Après avoir récupéré en grande partie des territoires tombés entre les mains des groupes armés avec l'aide de ses alliés russe et iranien, Damas semble confronté à la volonté des Américains de ne point accepter un retour à une Syrie unie
Deux mois jour pour jour après la signature d'un accord prévoyant la création de «zones de désescalade» en Syrie, adopté par Moscou et Téhéran, alliés de Damas, ainsi qu'Ankara, soutien des groupes armés une nouvelle session de pourparlers s'est ouverte à Astana. L'objectif pour les trois parrains, russe, turque et iranien, est de s'accorder sur la mise en place des quatre futures ceintures en question, sorte de zones tampon qui devraient être créées dans certains territoires à Idleb, dans la province centrale de Homs, dans l'enclave de la Ghouta et dans la partie méridionale du pays. Les territoires concernés, dans lesquels vivent au total plus de 2,5 millions d'habitants, doivent être doublés de zones d'exclusion aérienne. Même si l'intensité des combats a quelque peu diminué dans ces zones-là ces derniers mois, des affrontements se sont poursuivis sur les principaux secteurs du front. Le projet, ambitieux, signé le 4 mai dernier, visant à instaurer un cessez-le-feu durable dans plusieurs régions, n'avait pas été signé ni par les émissaires de Damas ni par les représentants des groupes armés présents dans la capitale kazakhe. Le gouvernement syrien a déclaré, fin juin, qu'il ne permettra pas aux groupes armés de bénéficier de la création de zones de «désescalade» dans l'ouest de la Syrie. Afin de parvenir à dessiner les contours de ces zones, les négociations devaient déterminer lequel des trois parrains fera la «police» afin d'assurer la sécurité autour d'elles. Un rôle joué par les Russes puisqu'ils ont fait savoir par le biais de leur négociateur Alexandre Lavrentyev, qu'ils étaient prêts à déployer leurs militaires autour des zones de désescalade, dans les prochaines semaines, s'ils parvenaient à obtenir le feu vert des deux autres acteurs. Ces nouvelles négociations interviennent au moment où toutes les parties au conflit sont activement engagées sur le terrain et tentent de tirer leur épingle du jeu. L'armée syrienne a annoncé lundi la suspension de ses opérations de combat dans le sud du pays jusqu'à jeudi, mais les groupes armés tentent de rompre ce cessez-le-feu. La situation dans le Sud-est syrien reste au cœur d'un bras de fer stratégique tenace pour le contrôle de la frontière irakienne et de la province de Deir ez-Zor, riche en ressources. Après avoir récupéré en grande partie des territoires tombés entre les mains des groupes armés avec l'aide de ses alliés russe et iranien, Damas semble confronté à la volonté des Américains de ne point accepter un retour à une Syrie unie. Washington semble vouloir chercher à conclure un accord bilatéral avec la Russie sur la création d'une zone dans le Sud-ouest de la Syrie. Ce qui n'augure rien de rassurant pour l'avenir de la Syrie.
R. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.