Ecole nationale supérieure d'Agronomie: sortie de la 57e promotion d'étudiants    Migrants tués par la police marocaine: "le Maroc essaie d'effacer les preuves de la tragédie"    JM / haltérophilie : l'Algérien Fardjalla au pied du podium à l'épaulé-jeté    JM / Athlétisme (2e journée): résultats techniques des finales    JM /Handball dames/ Gr.A : le point après la 3e et dernière journée    Célébration du 60e anniversaire de l'Indépendance : Un grand concert de musique andalouse à Alger    Deux clubs espagnols se disputent Isco    Feuille de route admissible ?    Nombreux forages et exploitations agricoles raccordés à l'électricité    El Tarf: Renforcement du réseau d'électricité    Pièces de rechange automobiles: «Pas de rupture d'approvisionnement»    Sahara occidental: L'émissaire de l'ONU en tournée dans la région    Tiaret - Match gala pour Tahar Benferhat: Dans l'attente d'un Mémorial    «Les attributions de logements ne vont pas s'arrêter»    Le partage du mouton et du repas    La tenue des gymnastes olympiques et le délire collectif    Libye : des manifestants investissent le siège du Parlement    Sidi Bel Abbès: Le festival de danse populaire tient ses promesses    Le directeur de l'Anad placé en garde à vue    Le sens et les messages d'un défilé    Le 60ème anniversaire de l'indépendance, "une opportunité pour mettre en relief les réalisations de l'Algérie indépendante"    Makri avance sa proposition    Bilal Afer crée la sensation    Les pros ou les charlatans?    Le bout du tunnel    «La jeunesse algérienne sait bâtir»    La plaidoirie de Lamamra    Deux repentis de Boko Haram se rendent à l'armée    Béjaïa en fête    Les déchets ménagers inquiètent    Le Hamas salue un rapport de l'ONU    L'Algérie se dote d'une unité d'insuline    «C'est un superbe cadeau!»    Oran vibre au rythme de la mode algérienne    Il était une fois le rai d'antan!    "L'Algérie est une nation ancienne dont l'authenticité ne peut être mise en doute"    Le renforcement du front interne, un message de fidélité aux martyrs    Lancement de la distribution de 160.000 logements à l'échelle nationale    Des milliers de logements attribués à leurs bénéficiaires dans l'Ouest du pays    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Algérie-Unesco: volonté de renforcer la coopération dans le domaine éducatif    Migrants tués par la police marocaine: la CADHP déplore le recours excessif à la force    Zeroual: l'Algérie a besoin de tous ses enfants pour parachever l'édification d'un Etat moderne    Le DG du journal «Echaab» limogé    Grand Prix Assia Djebar du Roman: Les lauréats distingués    El-Bayadh: Le célèbre «Rakb Sid Cheikh» de retour    «C'est un écrin de l'esprit de Novembre»    Oran sous psychotropes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Qatar tente d'alléger la pression de ses voisins
L'accord avec Washington est qualifié «d'insuffisant» par ses détracteurs
Publié dans La Tribune le 13 - 07 - 2017

Le Qatar et les Etats-Unis ont annoncé un accord bilatéral pour lutter contre le financement du terrorisme. Une avancée qui n'a pas semblé convaincre les détracteurs de Doha. Les quatre pays arabes qui lui ont imposé des sanctions ont qualifié «d'insuffisant» l'accord de lutte antiterroriste signé par Doha et Washington, dans un communiqué commun de l'Arabie saoudite, du Bahreïn, de l'Egypte et des Emirats arabes unis
Mis sous pression par ses voisins du Golfe, le Qatar continue de négocier de son côté avec les Etats-Unis pour tenter de se sortir de cette situation de tension. Le Qatar et les Etats-Unis ont annoncé un accord bilatéral pour lutter contre le financement du terrorisme, au moment où Doha est mis à l'index par quatre pays voisins pour son soutien présumé aux groupes extrémistes. L'annonce a été faite par le ministre des Affaires étrangères du Qatar et le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson qui effectue une visite à Doha dans le cadre d'une médiation dans la crise qui oppose le Qatar à l'Arabie saoudite et ses alliés. «Aujourd'hui, le Qatar est le premier pays à signer avec les Etats-Unis un programme pour la lutte contre le financement du terrorisme», a déclaré le chef de la diplomatie qatarie, cheikh Mohammed ben Abderrahmane Al-Thani. «Nous invitons les pays qui nous imposent un blocus à s'y joindre», a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse avec Rex Tillerson, qui devrait se rendre à Jeddah, en Arabie saoudite, dans le cadre de sa tournée dans la région. Cette avancée n'a pas semblé convaincre les détracteurs de Doha. Les quatre pays arabes qui ont imposé des sanctions au Qatar ont qualifié «d'insuffisant» l'accord de lutte antiterroriste signé par Doha et Washington, dans un communiqué commun de l'Arabie saoudite, du Bahreïn, de l'Egypte et des Emirats arabes unis. «Ce pas est insuffisant», ont déclaré ces pays dans un texte cité par l'agence de presse saoudienne SPA. Ne changeant rien à leur positon initial ces pays ajoutent qu'ils «surveilleront de près le sérieux des autorités qataries dans leur combat contre toutes formes de financement et de soutien du terrorisme». L'accord annoncé mardi pendant la visite du secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson est «le résultat de pressions et d'appels répétés durant ces dernières années des quatre pays arabes et de leurs partenaires à l'encontre du Qatar pour qu'il cesse de soutenir le terrorisme», selon ces pays. Ils estiment que les engagements des autorités qataries «ne sont pas fiables», affirmant que de précédents engagements n'ont pas été tenus. Ils appellent donc à «des contrôles stricts pour s'assurer de leur sérieux dans un retour sur le bon chemin». Tillerson a entamé lundi à Koweït une tournée dans le Golfe pour aider à trouver une issue à la crise entre le Qatar et ses voisins, dont la l'Arabie saoudite, à propos du soutien présumé de Doha aux groupes extrémistes et de ses liens avec l'Iran. Le Qatar rejette les accusations de «soutien au terrorisme» et refuse que lui soit dictée sa politique étrangère, la considérant comme une question de souveraineté. Le 5 juin, l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l'Egypte ont décidé de rompre avec le Qatar et lui ont imposé des sanctions économiques. Pour revenir sur leurs sanctions, les quatre pays ont exigé le 22 juin la satisfaction de 13 demandes, dont la fermeture de la télévision Al-Jazeera et d'une base turque, ainsi qu'une révision des liens avec l'Iran.
R. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.