Le journaliste Tarek Aït Seddik n'est plus    L'information locale au centre des préoccupations    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Forte hausse des exportations algériennes en 2021    Une politique difficile à mettre en œuvre    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Les personnels de l'éducation boudent le vaccin    Un casse-tête chinois    Quand les plans de l'AEP font défaut    Ali Ghediri de nouveau devant le juge aujourd'hui    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants    Pas de président à l'issue du deuxième tour de vote    Participation algérienne à la 53e édition    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Jungle/Pub sur Internet ?    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Les APC sans majorité absolue débloquées    «Le pays est toujours ciblé»    Le temps de l'efficacité    La Sadeg améliore sa desserte    9 Tonnes de sucre stockées illicitement    Cinq éléments de soutien arrêtés    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Messi penserait à un retour au Barça    Un challenge au sommet de l'UA    Les preuves du complot    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Qatar tente d'alléger la pression de ses voisins
L'accord avec Washington est qualifié «d'insuffisant» par ses détracteurs
Publié dans La Tribune le 13 - 07 - 2017

Le Qatar et les Etats-Unis ont annoncé un accord bilatéral pour lutter contre le financement du terrorisme. Une avancée qui n'a pas semblé convaincre les détracteurs de Doha. Les quatre pays arabes qui lui ont imposé des sanctions ont qualifié «d'insuffisant» l'accord de lutte antiterroriste signé par Doha et Washington, dans un communiqué commun de l'Arabie saoudite, du Bahreïn, de l'Egypte et des Emirats arabes unis
Mis sous pression par ses voisins du Golfe, le Qatar continue de négocier de son côté avec les Etats-Unis pour tenter de se sortir de cette situation de tension. Le Qatar et les Etats-Unis ont annoncé un accord bilatéral pour lutter contre le financement du terrorisme, au moment où Doha est mis à l'index par quatre pays voisins pour son soutien présumé aux groupes extrémistes. L'annonce a été faite par le ministre des Affaires étrangères du Qatar et le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson qui effectue une visite à Doha dans le cadre d'une médiation dans la crise qui oppose le Qatar à l'Arabie saoudite et ses alliés. «Aujourd'hui, le Qatar est le premier pays à signer avec les Etats-Unis un programme pour la lutte contre le financement du terrorisme», a déclaré le chef de la diplomatie qatarie, cheikh Mohammed ben Abderrahmane Al-Thani. «Nous invitons les pays qui nous imposent un blocus à s'y joindre», a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse avec Rex Tillerson, qui devrait se rendre à Jeddah, en Arabie saoudite, dans le cadre de sa tournée dans la région. Cette avancée n'a pas semblé convaincre les détracteurs de Doha. Les quatre pays arabes qui ont imposé des sanctions au Qatar ont qualifié «d'insuffisant» l'accord de lutte antiterroriste signé par Doha et Washington, dans un communiqué commun de l'Arabie saoudite, du Bahreïn, de l'Egypte et des Emirats arabes unis. «Ce pas est insuffisant», ont déclaré ces pays dans un texte cité par l'agence de presse saoudienne SPA. Ne changeant rien à leur positon initial ces pays ajoutent qu'ils «surveilleront de près le sérieux des autorités qataries dans leur combat contre toutes formes de financement et de soutien du terrorisme». L'accord annoncé mardi pendant la visite du secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson est «le résultat de pressions et d'appels répétés durant ces dernières années des quatre pays arabes et de leurs partenaires à l'encontre du Qatar pour qu'il cesse de soutenir le terrorisme», selon ces pays. Ils estiment que les engagements des autorités qataries «ne sont pas fiables», affirmant que de précédents engagements n'ont pas été tenus. Ils appellent donc à «des contrôles stricts pour s'assurer de leur sérieux dans un retour sur le bon chemin». Tillerson a entamé lundi à Koweït une tournée dans le Golfe pour aider à trouver une issue à la crise entre le Qatar et ses voisins, dont la l'Arabie saoudite, à propos du soutien présumé de Doha aux groupes extrémistes et de ses liens avec l'Iran. Le Qatar rejette les accusations de «soutien au terrorisme» et refuse que lui soit dictée sa politique étrangère, la considérant comme une question de souveraineté. Le 5 juin, l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l'Egypte ont décidé de rompre avec le Qatar et lui ont imposé des sanctions économiques. Pour revenir sur leurs sanctions, les quatre pays ont exigé le 22 juin la satisfaction de 13 demandes, dont la fermeture de la télévision Al-Jazeera et d'une base turque, ainsi qu'une révision des liens avec l'Iran.
R. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.