Accession en Ligue 1: le Président Tebboune félicite l'USM Khenchela et le MC El Bayadh    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Real Madrid : Trois noms pour renforcer l'attaque    La loi portant régime général des forêts bientôt sur la table du gouvernement    L'Emir Abdelkader, un homme, une foi, un engagement...    Mémoires de Sadek Hadjeres. Tome 2    Migration internationale: l'approche algérienne exposée devant l'AG de l'ONU    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Naftal: des projets d'investissement de plus de 250 Mds Da pour les 5 prochaines années    JM-2022 : le complexe de tennis d'Oran aux normes internationales    Sahara occidental: l'activiste américaine McDonough déterminée à dénoncer les pratiques répressives du Maroc    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    Raison politique ou économique ?    De Bruyne «player of the year»    Les Canaris ne lâchent pas la LDC    Paroles d'experts    Une famille italienne et un Togolais enlevés par des hommes armés    35 terroristes neutralisés dans le Nord L'armée burkinabè a neutralisé    Le déficit mondial risque d'être brutal    Combien au premier trimestre 2022?    L'exemple de Constantine    11 décès en 48 heures    Bouira déploie les grands moyens    Youcef Cherfa ausculte son secteur    L'oeuvre salvatrice du Président    L'armée s'engage    Le RND affiche son total soutien    Mbappé : La Liga va déposer plainte    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Colloque national sur Anouar Benmalek    «Nassim Essabah» chauffe la salle Ibn Khaldoun    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Algérie africaine
Publié dans La Tribune le 15 - 07 - 2017

La langue d'Ahmed Ouyahia venait-elle de fourcher quand il cita comme source de fléaux et dangers l'afflux vers l'Algérie de migrants subsahariens ? Difficile de croire que, venant du chef du deuxième parti de la majorité, de surcroit directeur de cabinet du chef de l'Etat, l'homme n'émettait qu'un avis personnel. D'ailleurs, une semaine ne s'était pas écoulée que l'ancien chef de gouvernement et diplomate de carrière se vit conforté par deux autres hauts-responsables. Abdelkader Messahel, ministre des Affaires étrangères, abonda dans le même sens dans une déclaration quasiment similaire et documentée. Il sera suivi du chef de l'appareil du FLN, Djamel Ould Abbès, qui exprima un soutien inattendu, dans cette affaire, à Ahmed Ouyahia.
Il se peut bien que la charge de l'homme fort du système contre le fléau migratoire de nos voisins subsahariens s'inscrive dans un jeu politique (flou et imprécis) dans la perspective de certaines échéances électorales. Ceci dit sans certitude. Mais les différentes réactions, très peu amènes pour la plupart, qui ont suivi le tir d'Ahmed Ouyahia, pourraient être la traduction de divergences, au sein des structures et appareils du pouvoir, sur la politique migratoire des autorités. L'aspect sécuritaire, dans le contexte régional et sécuritaire actuel, met bien en exergue les dangers potentiels qui s'attachent aux flux incontrôlés des personnes le long des frontières de l'Algérie.
L'Europe elle-même, comme on l'a vu en 2015 et 2016, n'a pas pu empêcher que dans les flots de réfugiés qu'elle a laissés franchir ses frontières se mêlent de vrais terroristes venus de Syrie. Paris et Bruxelles se souviendront longtemps de la terreur que ces derniers ont semée dans les aéroports et les grands quartiers touristiques. En ce qui concerne l'Algérie, et à en juger par les seuls communiqués du ministère de la Défense, il parait indéniable que les frontières méridionales et orientales de notre pays, lesquelles s'étendent sur des milliers de kilomètres, servent de transit à des terroristes et des contrebandiers qui ne répugnent pas à faire commerce des armes, de la drogue et d'autres produits prohibés. Sans oublier cette autre abomination qu'est la traite des êtres humains, ceux-là mêmes qui peuplent les quartiers mal famés des villes algériennes et se débrouillent comme ils peuvent.
Si la langue d'Ahmed Ouyahia n'a pas fourché, dès lors qu'il a parlé d'un problème réel, ses choix sémantiques pour le dire ont cependant fait qu'ils ne pouvaient que soulever un tollé entre réprobation et condamnation. Tout cela a un sens : l'Algérie a besoin de redéfinir sa politique migratoire. Et c'est ce qui est en train d'être fait, selon les propos du Premier ministre, M. Abdelmadjid Tebboune. A la lumière des données objectives des constats livrés par la situation aux frontières et des prémices observables au-delà de celles-ci, le risque sécuritaire constituera probablement l'essentiel de l'exposé des motifs des lois et règlements à venir.
L'Algérie, on l'a compris, s'apprête à légiférer et réglementer dans ce domaine plus que sensible. Il est à espérer qu'elle le fasse sans se couper de sa profondeur africaine et tout en faisant revivre l'héritage - plus qu'un simple souvenir- des liens puissants qui l'unissaient à un continent pour qui elle était l'exemple à suivre. Ces liens, qu'on le veuille ou non, se sont distendus au fil des années et «l'Algérie, Mecque des révolutionnaires», n'est plus qu'un slogan tombé en désuétude. A quand une «Année de l'Afrique en Algérie», ne serait-ce que pour raviver l'esprit du Festival panafricain qu'elle abrita en 1969 et qui fut un succès grandiose, notamment en révélant une de ses dimensions consubstantielles : l'Africaine ? L'Afrique avait répondu présent, à l'Algérie, désormais, d'y aller.
A. S.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.