La chute de la maison Bouteflika    Real Madrid: l'agent d'Hakimi dément un accord    80 nouveaux cas confirmés et 25 nouveaux décès en Algérie    Pétrole : les pays de l'Opep+ décidés à agir pour stabiliser les cours de l'or noir    JM d'Oran: vers l'organisation d'un maximum de manifestations sportives pour tester les infrastructures    Covid-19 : l'utilisation du numéro vert 3030 élargie aux 48 wilayas    Décret présidentiel: la valeur des présents dans le cadre protocolaire arrêtée    Arrivée à Alger du premier groupe d'Algériens bloqués en Turquie    Covid-19: des aides financières au profit des artistes dont les activités sont suspendues    Boumerdès : Les agriculteurs se distinguent    Le chef de file de l'opposition malienne toujours introuvable    Convention reportée, candidats confinés et vote à distance : L'inédite course à la Maison-Blanche    Un million de signatures pour un cessez-le-feu mondial    Hirak : la machine judiciaire toujours fonctionnelle    Trois journalistes placés sous contrôle judiciaire    Le MJS, la FAF et la LFP ne veulent pas d'un championnat à blanc    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    USM Alger : Le groupe Serport engagé contre le Covid-19    JSM Béjaïa : Hammouche plaide pour une meilleure reprise    L'Unep mobilise les entreprises publiques    Premier prototype de respirateur artificiel 100% algérien    Douanes : entrée en vigueur des mesures exceptionnelles    Wilaya de Tizi Ouzou : Les actions citoyennes solidaires se multiplient    Au péril de leur vie    Boudouaou : Distribution défaillante du lait en sachet    "Nous avons encore une vision très normative de la création théâtrale"    Le geste fort d'Aït Menguellet en faveur des détenus d'opinion    Cela s'est passé le 29 mars 1956 à Constantine : L'assassinat du commissaire principal Jean Sammarcelli    Théâtre régional Azzeddine Medjoubi d'Annaba : Riche programme virtuel pour le public confiné    Hommage à la «princesse rouge» : Son Altesse populaire    LFP: La Ligue fait un don d'un milliard de centimes    Une nouvelle carte du monde serait-elle possible ?    Fonction publique: Toucher son salaire sans se déplacer    Pour faire face à la suspension des cours: Un «plan d'urgence» pour l'Education    Traitement à la chloroquine: L'optimisme du ministre de la santé    Pour avoir publié une vidéo «alarmiste visant à tromper l'opinion publique»: Une femme arrêtée à Oran    La lutte contre le Covid-19 va-t-elle autoriser de nouvelles dérives éthiques ?    L'ex-directeur de l'éducation: Tahar Brahmi n'est plus    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés en mars    Trois journalistes du quotidien Sawt El Akher sous contrôle judiciaire !    Bengrina dénonce l'attaque d'une chaîne tv française contre l'Algérie    Mines antipersonnel: l'Algérie marque le journée internationale de sensibilisation au problème    Décès de Kheddad: l'Organisation américaine des juristes rend hommage à un défenseur incontestable et un négociateur assidu    Mines antipersonnel: Tahar Salhi, une des victimes de la barbarie du colonisateur français    Hamel écope de 15 ans de prison ferme    Appel à la libération des détenus d'opinion    Sahara occidental : Décès du diplomate M'hamed Kheddad    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Transport public : ETUSA, un modèle d'efficacité
Publié dans La Tribune le 20 - 07 - 2017

«La stratégie de l'Etusa pour le développement du transport public dans la capitale vise à améliorer les prestations fournies aux citoyens à travers le renforcement de son parc d'autobus soit par affrètement de bus auprès du secteur privé ou l'acquisition de nouveaux bus au profit de l'établissement.» Cette déclaration du premier responsable de l'entreprise publique de transport la plus importante du pays, prêterait sans doute à rire parmi des personnes versées dans le sarcasme, pourtant c'est là une vérité vraie. Autant l'Etusa fait partie du décor de la capitale, autant elle fait également partie des murs auprès des Algériens notamment ceux résidants à dans la capitale et sa périphérie. Demeurer «au diapason d'une demande accrue», est et a, d'ailleurs, toujours été le credo de l'entreprise et, pour ce faire, six milliards de centimes vont être consentis dans un proche avenir. En fait cette démarche n'est pas que commerciale dans la mesure où la moitié du pactole évoqué précédemment devrait aller à une société nationale de production, en l'occurrence la Snvi. C'est dire donc l'assurance dans le temps d'un plan de charge pour ladite production, mais aussi la garantie d'un emploi à plein temps pour des centaines, voire au moins un millier de personnes en emplois directs et autant indirectement. Preuve en est la création de 700 emplois grâce à une opération de sous-traitance en la matière avec un opérateur du secteur privé. L'autre aspect essentiel, si ce n'est le plus important, c'est la prestation fournie aux citoyens non pas en termes quantitatifs seulement mais en qualité également. Cette qualité ne peut être évidemment que par la disponibilité desdits moyens, à même de répondre à une demande de plus en plus forte, compte tenu de l'atomisation urbaine des grandes villes et, en contrepartie, la multiplication des centres de vie épars qui ne sauraient être sans fournir un cadre de vie serein, sinon dans le meilleur des cas sans trop d'aspérités. Or, la question du transport est essentielle pour des milliers de personnes déplacées à cause ou grâce, c'est selon, aux différentes opérations de logement et relogement et en même temps du transfert ou de la création de pôles administratifs d'accompagnement. C'est d'ailleurs ce que précise à l'APS le responsable de l'Etusa. «La mise en service progressive des nouveaux bus intervient pour renforcer et desservir le réseau et les lignes de transport notamment dans les nouvelles cités d'habitation», dira-t-il. Une démarche qui n'a pas fait que des heureux sachant que, de leur côté, les transporteurs privés y ont trouvé motif à dénoncer «une concurrence déloyale sur des trajets déjà saturés et ne supportant plus de renforcement». Ces derniers, même s'ils ont quelque part été favorablement entendus par les pouvoirs publics, occultant superbement le principe même de service public que s'efforce de remplir assez bien l'Etusa à Alger et auquel, eux, n'ont jamais souscrit. En réalité, la question du transport et qu'il s'agisse de voyageurs, travailleurs ou de produits, équipements, matériaux, a de tout temps, été l'une des préoccupations des pouvoirs publics nationaux. En effet, est-il besoin de rappeler qu'à la fin des années 1970 une mesure interministérielle du gouvernement de l'époque avait permis l'utilisation très rationnelle des moyens de transport disponibles au sein des entreprises publiques économiques, en mettant au point un programme qui consistait à mettre à la disposition des entreprises publiques de transport les bus en dehors des heures de travail. Autrement dit, au lieu qu'ils restent inutilisés, en stationnement au sein des unités de production, ces moyens servaient à réduire la tension prévalant dans le transport des étudiants, des écoliers habitant les zones enclavées et, bien entendu, la demande publique quotidienne. En fait, avec une diversification appréciable des moyens de transport, terrestre (métro, tramway, bus), maritime et aérien, le pays est effectivement au diapason.
A. L.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.