La société civile en question    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    Oran n'aura plus soif    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    Les dernières retouches    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    «Il y a le feu au lac!»    Les directeurs des CEM se rebellent    Sonatrach se diversifie    Lala Aïni tire sa révérence    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Accession en Ligue 1: le Président Tebboune félicite l'USM Khenchela et le MC El Bayadh    La loi portant régime général des forêts bientôt sur la table du gouvernement    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    Real Madrid : Trois noms pour renforcer l'attaque    L'Emir Abdelkader, un homme, une foi, un engagement...    Mémoires de Sadek Hadjeres. Tome 2    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Migration internationale: l'approche algérienne exposée devant l'AG de l'ONU    Naftal: des projets d'investissement de plus de 250 Mds Da pour les 5 prochaines années    JM-2022 : le complexe de tennis d'Oran aux normes internationales    Sahara occidental: l'activiste américaine McDonough déterminée à dénoncer les pratiques répressives du Maroc    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    Raison politique ou économique ?    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    L'armée s'engage    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Miracle
Publié dans La Tribune le 29 - 07 - 2017

Il y a moins d'une semaine ils étaient à couteaux tirés, battant chacun le rappel de leurs troupes, se préparant à sonner l'hallali de l'«empêcheur de tourner en rond». Au stade où ils en étaient, pourtant, nulle partie n'était dans une position de bête blessée en attente du coup de grâce. L'un n'avait pas encore bouclé son deuxième mois comme Premier ministre alors que l'autre, puissamment porté par un courant fort et influent des patrons algériens, continuait d'engranger sans restriction des marchés publics volumineux. Même la crise économique et financière, consécutive au dévissement sans précédent du prix du baril, semble n'avoir eu que peu d'effet contraignant sur le groupe d'entreprises de Ali Haddad. Ce n'est pas une vue de l'esprit, ce dernier a un carnet d'adresses aussi volumineux et pesant que son carnet de commandes épaissi par les ODS de l'administration. C'est-à-dire la commande… publique.
Puis subitement, alors que le ciel des affaires et des marchés publics était gros de nuages de mauvais augure, les communiqués peu amènes et les déclarations aux lourds sous-entendus, de part et d'autre, cessèrent. On sort le calumet de la paix faisant office de narguilé de la réconciliation et on s'invite à une grand-messe entre partenaires d'un même pacte économique et social conclu sous la férule du président de la République. Evidemment qu'un Deus Ex Machina est descendu du ciel avec sa machine faiseuse de miracles. Vous avez compris ou on doit aussi vous le nommer ? Regardez bien, les trois protagonistes du clash ne sont pas nés de la dernière pluie. Tebboune, c'est plus de quarante ans d'exercice du pouvoir, de l'administratif à la tête de wilayas aux maroquins dans des ministères importants. Sidi Saïd, indétrônable successeur de Abdelhak Benhamouda à la tête de la centrale syndicale doit sa survie comme patron de l'Ugta à quelques coups de pouce redoutables d'efficacité. Plusieurs fois, des syndicalistes comme lui ont pu réunir les majorités nécessaires pour le descendre de son piédestal. Ce fut en vain. C'est dire…Quant au troisième protagoniste, il pèse ce que pèsent ses marchés. Tebboune les estime à 450 milliards de dinars. C'est comparable à une puissance de voiture bélier capable d'ouvrir bien des portes. Non, il est impossible, ou du moins difficilement imaginable, que ces trois gros caractères aient pu décider de leur seul propre chef qu'ils vont se réunir demain dimanche. Et même plus, qu'ils vont fixer la date de la prochaine Tripartite et arrêter son ordre du jour. Finies les «amabilités» échangées via la presse, oubliées les menaces à peine voilées susurrées, on remise tout cela dans le placard des mauvais souvenirs tout et on continue à faire comme avant.
Ce n'est peut-être pas la plus mauvaise des solutions à un différend entre «partenaires» qui, s'il devait s'installer dans la durée, ne manquerait pas d'impacter une conjoncture politique, économique et sociale déjà branlante. Et qui a surtout besoin de moins d'incertitudes et de plus de visibilité et de clarté.
A. S.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.