9 décembre 1960 : l'étincelle qui a démontré l'attachement du peuple algérien à l'indépendance    Ali Haddad risque 3 ans de prison ferme    Des partis politiques dénoncent l'«instrumentalisation de l'argent sale»    Vers un terrain d'entente    Le premier pas    L'ère Merkel se referme en Allemagne    Le Premier ministre quitte le front et revient à Addis Abeba    Algérie-Maroc, la grande explication !    Le CRB vise la victoire face au RCA    La Gambie et le Ghana au menu des Verts    Session extraordinaire du conseil national du Cnapeste    N'oublions pas les droits des femmes !    76 cas enregistrés chez des enfants depuis le 1er novembre dernier    Début d'installation des assemblées locales à Tizi Ouzou    Célébration de la "magie de l'humanité"    La femme, le signe et l'africanité    Démantèlement d'une cellule terroriste de Rachad à Oran    Le flou persiste à J-30 !    Un nouveau visage à la tête de l'APW    Des souscripteurs AADL protestent devant le ministère de l'Habitat    «Pas de paix avec le terrorisme de l'occupant dans les territoires sahraouis»    Crêpes au miel    7 dealers arrêtés    Fin de la 4e édition de la foire de la figue    Unanimité des factions pour une réunion à Alger    Serguei Lavrov bientôt à Alger    La Cour des comptes relève la faiblesse du recouvrement fiscal    Pour la promotion du korandjé    Qui se souvient des deux martyrs exécutés en plein centre-ville ?    Le président du CNESE: Des réformes dans les plus brefs délais    Mbappé veut mettre Messi en confiance    La touche du Président    La Clémentine revient de loin    Sept Casques bleus tués par un engin explosif    Le quitte ou double    Alger-Paris : la décrispation    Et maintenant?    40 milliards de dinars pour l'assainissement    Les sillons de l'Algérie nouvelle    «Un point d'orgue pour l'édifice des institutions»    Les islamistes en grands perdants    Le miracle n'a pas eu lieu    Kanté manque beaucoup à Tuchel    Tizi Ouzou rend hommage à Mohia    L'infatigable défenseur de la Terre    «Une histoire d'exil, de silence et de transmission»    La Faf introduit un recours    27 éléments arrêtés par l'ANP en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Russie-USA : parfum de guerre froide
Trump qualifie l'affaire de «chasse aux sorcières»
Publié dans La Tribune le 05 - 08 - 2017

Le président américain a toujours catégoriquement démenti toute collusion avec la Russie dans le cadre de la campagne présidentielle de 2016 qualifiant l'affaire, qui empoisonne sa présidence, de «chasse aux sorcières».
Le président américain Donald Trump a exprimé son mécontentement face à l'enquête sur l'ingérence présumée russe dans la présidentielle US de 2016. Cette enquête semble avoir franchi une étape vers de possibles poursuites pénales avec la constitution d'un grand jury. «L'histoire russe est une fabrication totale», a affirmé Trump. «La raison pour laquelle les démocrates ne parlent que de cette histoire russe totalement inventée est qu'ils n'ont pas de message, pas d'agenda et pas de vision.» Selon le Wall Street Journal, ainsi que le Washington Post et le New York Times, le procureur spécial Robert Mueller, qui enquête sur cette affaire a constitué un grand jury, ce qui pourrait déboucher sur des poursuites pénales à Washington. Cependant à la Maison Blanche l'on tente d'atténuer l'affaire. «L'ancien directeur du FBI James Comey a dit trois fois que le Président n'est pas visé par l'enquête et nous n'avons aucune raison de croire que cela a changé», a affirmé la porte-parole de la Maison Blanche, Sarah Sanders. Le président américain a toujours catégoriquement démenti toute collusion avec la Russie dans le cadre de la campagne présidentielle de 2016 et a qualifié l'affaire, qui empoisonne sa présidence, de «chasse aux sorcières». Mais il a été forcé de reconnaître que son fils aîné Donald Jr, son beau-fils Jared Kushner et son directeur de campagne Paul Manafort avaient rencontré une avocate russe liée au Kremlin pour obtenir des informations potentiellement compromettantes sur la démocrate Hillary Clinton. Parallèlement, Mueller enquêterait sur les finances de Trump et ses associés, selon la chaîne CNN. Le Président a publiquement prévenu le procureur spécial que cela constituerait le franchissement d'une ligne rouge, faisant craindre à nombre d'observateurs qu'il ne tente d'écarter Robert Mueller de cette enquête tentaculaire. S'il était appelé à témoigner devant un grand jury, Trump ne serait pas le premier Président à l'être. Bill Clinton avait ainsi dû fournir des détails de sa relation avec Monica Lewinsky. Les accusations d'ingérence russe dans l'élection présidentielle ont figuré parmi les principales motivations des nouvelles sanctions contre Moscou, adoptées à une majorité écrasante par les parlementaires américains. Promulguées mercredi par Trump, elles ont suscité la colère de Moscou. «Nos relations avec la Russie sont à un plus bas historique et très dangereux», a affirmé Donald Trump. Il a blâmé les parlementaires, lançant. «Vous pouvez dire merci au Congrès, ces mêmes gens qui s'avèrent incapables de nous donner une couverture santé», a-t-il lancé. Washington a toutefois estimé qu'une accalmie restait possible alors que le secrétaire d'Etat, Rex Tillerson, doit rencontrer aux Philippines son homologue russe, Sergueï Lavrov.
R. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.