Oran: la perturbation dans l'alimentation en eau potable bientôt réglée    Environnement: Boudjemaa se félicite du lancement de l'Initiative nationale de restauration du barrage vert    Les Iraniens aux urnes vendredi pour élire un successeur à Hassan Rohani    Euro 2020 : la Belgique renverse le Danemark    L'Algérie se dirige vers l'accession à l'OMC    Bac 2021: 5.084 détenus attendus dimanche prochain    Signature d'un mémorandum d'entente entre trois établissements touristiques publics pour une saison estivale 2021 réussie    Coronavirus: 382 nouveaux cas, 245 guérisons et 7 décès    Real Madrid: Benzema salue son "frère" Ramos    Euro 2020 : Une triste première dans l'histoire de la sélection allemande    Le Wali de Bechar limogé    Sahara occidental: "la position de Madrid n'a pas changé et ne changera pas"    «Le RND est une partie de l'Alliance présidentielle»    La surprenante révélation de Kaïs Saïed    Les Verts pour leur résurrection    Le Graët ne désespère pas pour une revanche Algérie-France !    L'ESS face à l'écueil Bordjien, derby indécis à Alger    Coudées franches pour Tebboune    Baadji: "le peuple algérien a barré la route à ceux qui voulaient faire échouer les élections"    Plus de 900 kg de produits avariés saisis et détruits    Vers le pass sanitaire    Journée mondiale de l'enfant africain: le ministère de la Culture trace un programme artistique riche    Première édition des Journées nationales du cinéma amateur    Mounia Meddour membre du jury d'«Un certain regard» du Festival de Cannes    Le festival national culturel des musique et danse diwane délocalisé à Aïn Sefra    Le Britannique Karim Khan élu procureur général    Le MSP pose ses conditions    Une production de près de 165 000 quintaux de céréales prévue    Lancement de la campagne de vaccination    Le procès de l'affaire Sonatrach 1 renvoyé sine die    Une subvention de Mobilis    Ultime chance de reprise    La Palestine de nouveau sous les bombardements    HISTOIRE D'UN HOMME D'EXCEPTION    Vibrant hommage à Josette et à Maurice Audin    Monologue de l'Algérien irreprésentable    Acheter la rumeur et vendre la nouvelle !    L'Onplc s'unit à la Gendarmerie nationale    Alger «nettoyée» de Daesh    Plusieurs opérations menées par l'ANP    Plus de 13.000 bénéficiaires convoqués    Le Makhzen sombre dans l'agonie    Un soldat nigérien tué, deux soldats français blessés    Dégel furtif au bord du lac Léman    Ça traîne!    "Notre victoire, c'est celle de l'Algérie nouvelle"    Cabale médiatique contre l'Algérie    L'APN fait tomber les peaux mortes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Louisa Hanoune : «Les résultats de l'élection sont une provocation politique grave»
Affirmant que son score réel est de 30%
Publié dans La Tribune le 12 - 04 - 2009


Photo : Sahel
Par Hasna Yacoub
«Honteux, inadmissible, ce taux est celui des républiques bananières […].» C'est en ces termes que Louisa Hanoune a qualifié les résultats du scrutin du 9 avril dernier, affirmant les rejeter dans le fond et la forme. A l'adresse du président de la République, réélu à plus de 90% des suffrages exprimés, elle dira : «Un président élu grâce à une élection entachée de fraude est un président
fragile. Bouteflika est aujourd'hui otage de cette fraude et ne pourra pas opérer librement pour solutionner les problèmes de l'Algérie.» Dans une conférence de presse qu'elle a animée hier au Centre international de presse (CIP), la secrétaire générale du PT, classée deuxième lors de cette élection avec 4,22%, a affiché son regret que l'Algérie n'a toujours pas réussi sa rupture avec les pratiques du parti unique : «J'avais déclaré que le 9 avril sera un rendez-vous avec l'histoire pour le peuple, mais il est clair aujourd'hui que ce rendez-vous a été différé.» «En 1997, lorsqu'on a participé, le sang coulait, en 2002, la République était visée, en 2004, il y avait un danger de guerre civile, en 2007, nous avons soutenu la réconciliation, mais, aujourd'hui, nous nous sommes dit que les conditions sont réunies pour une ère nouvelle. Aujourd'hui, nous ne pouvons pas accepter ces pratiques, il n'y a aucune raison qui le justifie, et si je ne dis rien, je serai complice», déclare Louisa Hanoune, avant d'affirmer que son parti avait délégué un nombre considérable
de contrôleurs dans les centres et bureaux de vote, ce qui lui permet d'avancer des statistiques proches de la réalité et de crier à la fraude. «Nous reconnaissons que le taux de participation a été considérable, mais il n'a pas atteint les 74% annoncés. Des chefs de centre et des responsables d'APC ont manipulé les chiffres dans l'ensemble du pays. Cela a concerné également le nombre des bulletins nuls» a-t-elle expliqué. «On n'avait pas besoin de gonfler le taux de participation», dit-elle. Et d'ajouter : «90% de voix pour un candidat, c'est du jamais-vu !! Ce taux n'est encore pratiqué que dans le seul pays stalinien qui existe encore dans le monde. Même chez nous, à l'époque du parti unique, ce n'était pas comme ça.» Revenant sur une déclaration du chef de l'Etat lors de sa campagne, Louisa Hanoune déclare : «‘‘Je veux la majorité absolue'', avait déclaré le Président et je ne sais pas si c'était un vœu ou une instruction mais ceux qui l'ont écouté, se sont exécutés», avant de se rattraper et dire : «Je ne peux pas dire qu'il s'agit là d'une instruction de la centrale. Je respecte énormément le ministre de l'Intérieur pour ses positions mais il se peut que ses subalternes ne l'ont pas informé.» Elle citera quelques exemples où le bourrage des urnes a été pratiqué, affirmant que, selon les contrôleurs du PT, «le candidat Bouteflika nous devançait mais pas de beaucoup. Je le talonnais dans de nombreuses wilayas. Selon nos statistiques, le score du PT est d'au moins 30%». Soutenant encore une fois que le clientélisme et le parasitisme sont source de cette situation, Louisa Hanoune regrette «qu'un président d'APC, en réponse à notre représentant qui dénonçait le bourrage, déclare : ‘‘moi, je préserve ma place''». Sans prendre de gants, elle s'adressera ensuite à tous ceux qui lui ont signifié que son classement est honorable : «L'obtention du second score lors de ce scrutin ne m'intéresse pas. Je n'ai jamais cherché une place. On a toutes les preuves de la fraude et nous sommes prêts à témoigner parce que cela relève de la crédibilité de l'Etat. C'est une honte vis-à-vis du monde qui nous regarde. Les résultats annoncés sont une provocation politique grave.» Et, par rapport au monde justement, Mme Hanoune considère que les félicitations adressées par le président de l'UE au chef de l'Etat «font peur. Nous avons payé cher la fraude de 2004 : libéralisation des hydrocarbures, accords de l'UE et négociations avec l'OMC». Quant aux «préoccupations» de Washington par les
accusations de la fraude, Louisa Hanoune dira : «Ce pays devrait être plutôt préoccupé par ce qui se passe en Irak et en Afghanistan.» Louisa Hanoune qui promet ne pas laisser passer cette fraude affirme cependant que son parti n'est pas partisan «des révolutions orange. Nous protégeons notre patrie». Elle conclura en s'interrogeant sur les raisons qui ont poussé «cette machine de la fraude à bourrer les urnes. Bouteflika aurait peut-être gagné dès le 1er tour sans fraude. Possible qu'un second tour se soit déroulé. Mais, ce qu'il faut retenir, c'est que ceux qui ont fraudé ont placé le pays dans une situation difficile. Je ne peux pas accuser le Président ou son ministre de l'Intérieur, car M. Bouteflika est un fin diplomate et sait que de tels résultats le fragilisent. Nous ne connaîtrons jamais combien d'Algériens ont voté et même le président de la République ne saura pas combien d'Algériens ont voté par conviction pour sa personne».
H. Y.
Quelques exemples de fraude et de bourrage des urnes cités par Mme Hanoune
- «A Sidi Moussa, notre contrôleur courrait derrière le président d'APC qui avait fui avec les PV en lui disant : ‘‘Ne vous inquiétez pas vous êtes classé deuxième''».
- Le directeur de campagne de Louisa Hanoune a découvert, en se présentant pour voter, qu'une personne avait déjà voté à sa place.
- A Khenchela, dans le bureau de vote où sont inscrits un membre du comité central du PT et sa famille, Louisa Hanoune n'a obtenu aucune voix !
- Des PV de dépouillement n'ont pas été communiqués aux
contrôleurs du PT.
- Louisa Hanoune a en sa possession des PV vierges et signés.
- Des PV ont été établis sans l'ouverture des urnes, ni dépouillement.
- Des bureaux de vote ont affiché un taux de participation de 100% à 16 h. Les suffrages exprimés sont à 100% en faveur de Bouteflika.
- Les résultats sur des PV des contrôleurs diffèrent de ceux établis au niveau des wilayas.
- Des contrôleurs du PT ont été agressés physiquement, menacés pour avoir insisté à suivre les urnes. Certains ont assisté,
impuissants à l'opération de bourrage et des urnes ont été remplacées dans la wilaya de Khenchela.
- Le coordinateur de la Commission nationale de surveillance des élections «a disparu avec le cachet» afin de ne pas permettre aux membres d'établir leurs recours.
La SG du PT dénonce une manipulation contre sa personne
Louisa Hanoune a dénoncé hier avec vigueur une manipulation contre sa personne. Elle affirme qu'au niveau du bureau de vote où elle a l'habitude d'accomplir son devoir électoral, une file de jeunes filles faisait la queue devant la porte. «J'ai pensé que c'était une nouvelle dynamique dans un premier temps et cela m'a réjoui. J'ai appris par la suite qu'il s'agit de jeunes stagiaires de l'Ecole de police de Aïn Benian. Il s'agit donc d'une manipulation pour donner l'illusion d'une forte participation sachant que ma présence pour accomplir mon devoir allait être accompagnée par celle
de la presse. Je n'ai pas l'intention de me taire et le chef de cabinet du ministre de l'Intérieur a promis que le coupable de cette
manipulation sera puni.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.