Mise en garde    Tlemcen: L'ex-député Tahar Missoum condamné à 2 ans de prison    Les marches du vendredi se poursuivent    Décret sur les psychotropes: Le SNAPO réclame la publication de la liste des produits concernés    La CNAS d'Oran organise une campagne d'information: Du nouveau pour les demandes de congé de maternité à distance    El-Bayadh: Les agriculteurs soulagés    CFA - Grade fédéral: Une liste des arbitres admis gelée    FAF - Coupe de la Ligue: USMA - MCA, une finale avant la lettre    Eradication prochaine de trois grands bidonvilles: Préparatifs pour le relogement de plus de 4.000 familles    MONNAIE COURANTE    Prise en charge des revendications socioprofessionnelles: Djerad pour une «approche progressive»    LES «BONS MOTS» : «LIMOGEAGE», «LYNCHAGE», «COMPLOT»...    Guelma: L'évocation douloureuse du 8 mai 1945    La police attaquée, une dizaine de morts et des kidnappings    Une politique du mensonge et du chantage    Des ex-magistrats saisissent Tebboune    Un lourd dossier contre Rachad    Mahrez refait le match    Villarreal – Man United, une finale inédite    Tottenham cible Conte    Les slogans sortis de laboratoires    Les mises en garde du gouvernement    Le gaspillage atteint son apogée    De l'importance des structures de proximité    L'unité d'urgences médicales opérationnelle    L'Algérie dans le «Top Ten»    À la veille du grand jour à Béjaïa    La Tunisie, aux abois, se tourne de nouveau vers le FMI    La pasionaria Djamila Boupacha    Une idée sur la barbarie coloniale    Le fabuleux destin d'un héros oublié    Vers un congrès national sur la réconciliation en Libye    Ouverture d'une nouvelle agence à Reghaïa    Renvoi du verdict au 27 mai    Le résistant intrépide    Limogeage du directeur régional des douanes d'Annaba    Le manque de vaccins accroît le risque d'une nouvelle vague    La mercuriale se stabilise pour les légumes, pas pour les fruits    15 personnes arrêtées à El-Qods occupée    Un report qui n'arrange pas les Verts    Les nouvelles recrues de la JSK, de l'ESS, du NCM, de l'USMH et du WAT qualifiées    USMA-MCA, le choc    Percée des conservateurs dans un bastion travailliste    Sansal récipiendaire du prix Méditerranée du roman 2021    Quid de la coopération technique ?    L'histoire de Mowgli traduite en kabyle    UA: échange de vues entre Boukadoum et Faki au sujet des travaux du CPS    L'opération Barkhane ne devrait pas durer plus que quelques années    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dangers omniprésents dans de nombreuses localités à Béjaïa
Noyades dans les puits, les barrages et les retenues collinaires
Publié dans La Tribune le 05 - 08 - 2009


De notre correspondant à Béjaïa
Kamel Amghar
Un peu partout à travers le pays, près de 80 jeunes personnes –des enfants, pour l'essentiel- se sont déjà noyées dans les puits, les barrages, les retenues collinaires et les rivières depuis le début de la saison estivale. Ce bilan macabre, dressé par la direction générale de la Protection civile, place la wilaya de Béjaïa en tête des régions touchées par ce phénomène. La canicule qui sévit cet été dans l'ensemble du territoire national a évidemment poussé de nombreux innocents, issus de familles démunies, à se baigner et à se rafraîchir dans toutes les réserves d'eau disponibles sans se soucier des dangers encourus. Il va sans dire que l'éloignement des points d'eau en question, souvent difficiles d'accès, complique sérieusement toute opération de sauvetage. Les maîtres nageurs de la Protection civile arrivent, presque toujours, en retard sur les lieux du sinistre. Le temps d'alerter les pompiers et la durée que ces derniers mettent pour s'y rendre, la personne en danger serait déjà morte asphyxiée par les eaux. Il y a quelques jours, un village éloigné de la commune de Barbacha a été, encore une fois, le théâtre d'un accident similaire. Une adolescente de 14 printemps a effectivement péri suite à une chute accidentelle dans un puits abandonné et couvert par la végétation. Cette collégienne en vacances scolaires, qui cueillait des fruits des bois, avait, sans faire attention, marché dans le vide pour se retrouver au fond de ce trou plein d'eau boueuse. A défaut de margelle ou d'une quelconque signalisation de ce «piège» posé à ciel ouvert, l'enfant a rendu l'âme avant même l'arrivée des secours. Les citoyens du village, qui savaient l'existence de ce puits, portent quelque part une lourde responsabilité dans ce drame. Comme cette source d'eau est hors d'usage, on aurait dû naturellement l'enterrer ou, à la limite, en clôturer l'accès. Précédemment, trois autres corps inertes ont été repêchés à travers d'autres localités de la wilaya. au début du mois de juillet, deux adolescents s'étaient noyés simultanément dans un puits au chef-lieu de la daïra Seddouk. Des mésaventures de même nature ont été signalées dans d'autres localités. Par le passé, des communes comme Tazmalt, El Kseur, Akbou ou Draa El Gaïd ont enregistré des décès de même nature. A Darguina, au moins trois collégiens se sont noyés, au cours de ces dernières dix années, dans les fameuses cascades de Kefrida. Les barrages de Kherrata, Tichy-Haff (Bouhamza) et Ighzer Ouftis (Darguina) ont également fait de nombreuses victimes à travers le temps. L'absence de personnels de sécurité et de gardiennage en nombre suffisant au
niveau de ces ouvrages expose les enfants – et même les adultes- à des dangers certains. La fréquentation des plages non autorisées à la baignade a aussi fait au moins cinq morts cette année. En gros, le manque de vigilance des parents, et des citoyens de manière générale, doit être fortement souligné à ce sujet. Les pouvoirs publics (propriétaires ou gérants des barrages et autres retenues collinaires) assument aussi une lourde responsabilité pour leur défaillance manifeste en matière de prévention et de sécurisation des ouvrages en question. Les deux parties sont, aujourd'hui, interpellées pour s'acquitter correctement de leurs devoirs respectifs à ce sujet. C'est la vie de beaucoup d'innocents qui en dépend.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.