La fierté du Hirak!    Sidi Saïd sévit contre ses adversaires    Le professeur Chems Eddine Chitour : "Le spectre de l'année blanche universitaire peut encore être écarté"    Chacha TV pourra-t-il concurrencer Netflix en Algérie?    Après les voitures moins de 3 ans, les crédits sans intérêts    Le peuple algérien se classe premier de l'Afrique    Mohammed VI désavoue    Le drapeau palestinien flotte sur l'Eurovision    Le dernier coup de maître de Ribéry    Kanté à nouveau dans le viseur du PSG?    L'ES Tadjenanet dernier qualifié pour les demis    Importations Opérations de contrôle drastique durant le premier trimestre    La semaine de Dame justice    19 mai 1956-2019 : Les étudiants toujours à l'avant-garde    La nouvelle scène de la chanson chaâbie au rendez-vous    Almodovar ne tourne pas rond, tant mieux!    Un quartier "chic" sans eau    Wilaya d'Alger : La dernière opération de relogement à la Casbah "entachée de plusieurs dépassements"    G5 Sahel : Washington s'oppose à la proposition de conférer un mandat onusien    Sit-in pour exiger la libération de Louisa Hanoune    Les scorpions redoublent de férocité    Il y a 38 ans, les lycéens manifestaient    Actions et rendements baissent : L'actualité commerciale domine les bourses    Japon : Probable contraction de l'économie au premier trimestre    Gaïd Salah reprend les inspections    Coupe d'Angleterre: Troisième trophée domestique pour Mahrez et Manchester City    Championnat d'Angleterre de Rugby : Northampton miraculeusement en demi-finales    Sahara Occidental-Maroc : Une loi instrumentalisée contre la liberté de la presse    En 11 ans : Nissan s'attend à son plus mauvais résultat    Des législatives sur fond d'enjeu climatique    Saisie de 16,5 quintaux de kif traité,    La force tranquille du Hirak    La classe politique et les personnalités nationales réagissent    Frifer se rapproche du CS Sfax    L'Algérie 8e en garçons et 13e en filles aux Mondiaux d'athlétisme    El Bahia prépare la saison estivale    «Apprenons à gagner et à perdre en toute sportivité»    Concert en hommage à la diva Fayrouz    Rabah Asma : "J'adore faire la fête dans mon pays !"    Témoin de plusieurs siècles d'histoire    Nouvelle attaque de Daech en Libye    Rassemblement pour la libération de Louisa Hanoune    Le RCD dénonce une «chasse aux sorcières»    Ali-Yahia, Taleb Ibrahimi et Benyelles appellent l'armée à dialoguer    Le FFS rejette le scrutin du 4 juillet    Nomination de 4 nouveaux cadres    Flan de poulet    Détournement de 32,3 milliards de centimes et 100 000 euros au CPA de Bouira : Trois cadres du CPA placés sous mandat de dépôt    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Face à l'indifférence, la volonté
Publié dans La Tribune le 06 - 12 - 2010

Sa célébration dans le monde est passée sous silence dans notre pays. La Journée mondiale des handicapés n'a pas suscité une commémoration officielle, ne serait-ce que pour marquer cette date et se dédouaner d'une omission permanente. Mais il est vrai qu'il n'est pas besoin de faire semblant si le motif n'est pas d'essayer d'améliorer le quotidien de cette frange de la population. Mis à part le travail d'associations vouées aux personnes atteintes d'un handicap (généralement composées de handicapés) qui œuvrent sur le terrain et se manifestent de manière particulière à cette occasion, aucune activité n'a attiré l'attention du côté officiel. Les pouvoirs publics sont pourtant interpellés en permanence sur les souffrances de ces citoyens que la vie n'a pas gâtés et sur les obstacles qu'ils rencontrent chaque jour. Le 14 mars et le 3 décembre, les deux dates qui ressortent chaque année, constituent un appel à notre conscience pour penser à eux et à tous leurs problèmes. Les associations qui mènent leur combat tout au long de l'année pour arracher le droit à une meilleure existence y marquent une halte pour dire à tous, et surtout aux décideurs, qu'il ne faut pas mettre des œillères pour ne pas voir ces personnes au sort malheureux, mais qu'il faut agir pour les aider à mieux vivre. En œuvrant dans ce sens, c'est leur rendre justice, et non leur rendre service. Ces journées - nationales et mondiales - se suivent sans que l'on s'y attarde, et une fois passées, on n'y pense plus. Le calvaire des personnes handicapées et leur marginalisation peuvent alors se poursuivre dans l'indifférence de ceux qui s'estiment mieux lotis par le sort. Quand le seul fait d'accéder dans un bus devient problématique pour un handicapé, on ne peut qu'imaginer ce que peut être chaque geste qu'il doit accomplir durant la journée, tout au long de sa vie. Pour effectuer un déplacement, pour réaliser son travail, pour mener à bien ses études… Tout relève de l'exploit en l'absence de moyens et de mesures censés les aider à suivre leur voie. Heureusement qu'à toutes les lacunes qui sont autant d'embûches pour elles, les personnes handicapées répondent par une volonté de fer et un désir de soulever des montagnes, par des défis qu'elles se font un honneur de relever. Les exemples de prouesses sont nombreux, et pour peu que les moyens leur soient favorables, elles peuvent aller au-delà des capacités d'une personne valide. Mais il ne faut pas oublier tous ceux dont le taux d'invalidité est important et dont les besoins sont tout aussi importants, à la mesure de leur handicap. Ceux qui ne peuvent bouger sans l'aide d'autrui et qui constituent une charge pour leur entourage à défaut d'une aide extérieure, celle des pouvoirs publics.
R. M.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.