Belaid: toute manipulation des voix des citoyens est une manipulation du devenir du pays    Hadj: les inscriptions pour le tirage au sort débuteront mercredi 11 décembre    APN: examen des amendements proposés au projet de loi relatif au Conseil national de la Recherche scientifique    Vote de la communauté nationale à l'étranger: taux de participation "acceptable"    OPEP: l'application des baisses supplémentaires sans incidence sur les ressources de l'Algérie    OGC Nice : grosse blessure et opération pour Youcef Atal    Présidentielle: clôture de la campagne électorale des candidats dimanche à minuit    AFFAIRE BAIRI : 10 ans de prison requis contre l'ancien wali, Nouria Zerhouni    Poursuite du procès d'anciens responsables et hommes d'affaires impliqués dans des affaires de corruption    Ligue des champions (Groupe D). ES Tunis 1 – JS Kabylie 0 : Victoire difficile pour le tenant du titre    EN VISITE AU COMMANDEMENT DES FORCES TERRESTRES : Gaid Salah valorise la relation entre peuple et son Armée    POUR LA DEUXIEME FOIS : Des Mostaganémois marchent pour la présidentielle    3EME CONFERENCE INTERNATIONALE DE BIOSCIENCES : Les raisons du cancer en débat à Oran    EN RAISON DES TRAVAUX LANCES DANS LA STATION D'EPURATION : Mostaganem sans eau potable depuis des jours    SIDI BEL ABBES : Louable stratégie adoptée aux handicapés par la CNAS    Le Polisario proteste contre "France2" pour un "documentaire de propagande" sur l'occupation du Sahara occidental    Barça : Messi dépasse Ronaldo    Archaïsme et mauvaise gouvernance    Les opérateurs affichent leur inquiétude    Nouvelle domiciliation au stade de Ras El-Oued    La rue divisée à Constantine    Le Congrès américain désavoue Trump    30 000 enfants migrants disparus en Europe    Human Rights Watch dénonce    «Aux entreprises de s'adapter !»    Gâteau au yaourt, sirop au citron    Crème au concombre    Un nouvel essai en ligne d'Ahmed Cheniki    Le prix Mohia d'Or lancé à Tizi Ouzou    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Le Grand Prix Assia-Djebar, une opportunité de promouvoir le roman algérien à l'international    Mise en exploitation de la bibliothèque de lecture publique dans la commune d'El Mahmal    L'hagiographie dans la poésie melhoun, une ethnographie des grands saints de l'islam    Zerouati : "l'Algérie déterminée à adopter un modèle économique durable"    Serie A : La Juventus perd des points face à la Lazio    Sérieux test pour les Pacistes    Groupe C. Pétro Atlético 1- USM Alger 1 : Les Algérois n'arrivent pas à gagner    Financement du 5ème mandat: Ali Haddad enfonce Saïd Bouteflika    Skikda: 19 harraga secourus    Débat télévisé: Dans les coulisses du «face-à-face»    Football - Ligue 1: Le CRB creuse l'écart, des bleus pour le NAHD    Syrie : Erdogan annonce un nouveau sommet Turquie-France-Allemagne-Grande-Bretagne en février    En réplique à la taxation des GAFA : "L'attaque de Trump est en dessous de la ceinture"    Chine : l'achat d'un téléphone conditionné au scan du visage    LPA: Les communes d'Alger procéderont à la convocation des souscripteurs fin décembre    France : Plus de 800 000 manifestants contre la réforme des retraites selon l'Intérieur    Cinéma : Trois films algériens primés au festival d'Al Qods    Théâtre : La pièce "Ez'Zaouèche" présentée à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Face à l'indifférence, la volonté
Publié dans La Tribune le 06 - 12 - 2010

Sa célébration dans le monde est passée sous silence dans notre pays. La Journée mondiale des handicapés n'a pas suscité une commémoration officielle, ne serait-ce que pour marquer cette date et se dédouaner d'une omission permanente. Mais il est vrai qu'il n'est pas besoin de faire semblant si le motif n'est pas d'essayer d'améliorer le quotidien de cette frange de la population. Mis à part le travail d'associations vouées aux personnes atteintes d'un handicap (généralement composées de handicapés) qui œuvrent sur le terrain et se manifestent de manière particulière à cette occasion, aucune activité n'a attiré l'attention du côté officiel. Les pouvoirs publics sont pourtant interpellés en permanence sur les souffrances de ces citoyens que la vie n'a pas gâtés et sur les obstacles qu'ils rencontrent chaque jour. Le 14 mars et le 3 décembre, les deux dates qui ressortent chaque année, constituent un appel à notre conscience pour penser à eux et à tous leurs problèmes. Les associations qui mènent leur combat tout au long de l'année pour arracher le droit à une meilleure existence y marquent une halte pour dire à tous, et surtout aux décideurs, qu'il ne faut pas mettre des œillères pour ne pas voir ces personnes au sort malheureux, mais qu'il faut agir pour les aider à mieux vivre. En œuvrant dans ce sens, c'est leur rendre justice, et non leur rendre service. Ces journées - nationales et mondiales - se suivent sans que l'on s'y attarde, et une fois passées, on n'y pense plus. Le calvaire des personnes handicapées et leur marginalisation peuvent alors se poursuivre dans l'indifférence de ceux qui s'estiment mieux lotis par le sort. Quand le seul fait d'accéder dans un bus devient problématique pour un handicapé, on ne peut qu'imaginer ce que peut être chaque geste qu'il doit accomplir durant la journée, tout au long de sa vie. Pour effectuer un déplacement, pour réaliser son travail, pour mener à bien ses études… Tout relève de l'exploit en l'absence de moyens et de mesures censés les aider à suivre leur voie. Heureusement qu'à toutes les lacunes qui sont autant d'embûches pour elles, les personnes handicapées répondent par une volonté de fer et un désir de soulever des montagnes, par des défis qu'elles se font un honneur de relever. Les exemples de prouesses sont nombreux, et pour peu que les moyens leur soient favorables, elles peuvent aller au-delà des capacités d'une personne valide. Mais il ne faut pas oublier tous ceux dont le taux d'invalidité est important et dont les besoins sont tout aussi importants, à la mesure de leur handicap. Ceux qui ne peuvent bouger sans l'aide d'autrui et qui constituent une charge pour leur entourage à défaut d'une aide extérieure, celle des pouvoirs publics.
R. M.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.