AFFAIRE SOVAC : Ouyahia face à une nouvelle affaire de corruption    17e manifestation des étudiants: La mort de Morsi renforce la conviction d'un Etat civil    SOLUTION CONSTITUTIONNELLE : Gaïd Salah présente les arguments de l'armée    L'ONM : « La période de transition instituée par l'article 102 a engendré un échec total »    Rien que la présidentielle...    Le Conseil de la concurrence revendique une autonomie    «La corruption n'est pas un phénomène, c'est un système qu'il faudrait changer»    Ali Haddad écope de 6 mois de prison    Courrier des lecteurs    Serraj refuse tout dialogue avec Haftar    «Piratage de l'esprit»    Belmadi : "Il y a encore des choses à parfaire"    Cherif El-Ouazzani s'interroge ...    Salah Assad honoré pour l'ensemble de sa carrière à Doha    L'arrivée au Caire avancée de 24 heures    «Il est parti sans raison particulière»    Jean-Christophe Hourcade, nouveau préparateur physique    Nouvelles de l'Ouest    Trois candidats exclus pour fraude    102 élèves ont obtenu 10/10    Un candidat devant la justice    60 participants à Sidi M'hamed-Benaouda    Manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011» : Le chapiteau de tous les scandales    Le sujet de lettres arabes fait polémique    sortir ...sortir ...sortir ...    La judicieuse combinaison entre mémoire et histoire    Les deux faces d'un même dollar    Sant' Egidio bis?    Baccalauréat 2019 à Médéa : L'heure de vérité pour les 12 566 candidats    Une bonne nouvelle enregistrée lors du dernier entrainement des Verts à Doha    RC Relizane: Le président Hamri jette l'éponge    DES DIPLOMES COMME ORNEMENT    Sa gestion sera confiée à une EPIC de wilaya: La plage artificielle des Genêts officiellement ouverte l'été prochain    Une attitude pour le moins équivoque    Requête pour un réarmement moral de l'Algérie    Avionneur : Boeing veut réduire la portée et la durée de certains essais    Prévarication, concussion, corruption, dilapidation    Ecole supérieure d'infanterie de Cherchell : Sortie de neuf (9) nouvelles promotions d'officiers et de sous-officiers    Sénégal : Le "dialogue national" engagé, "nécessaire" ou "jeu de dupes"?    Après une pique à l'Iran : La Royal Navy a-t-elle déployé des troupes en mer d'Oman ?    Guerre commerciale : Tarifs douaniers, le "Guerre et Paix" de Donald Trump    Foire internationale d'Alger : Ouverture de la 52e édition ce mardi avec la participation de 15 pays    Seat algérie : main-d'oeuvre gratuite pour la première vidange    Rajoelina obtient la majorité absoluedes députés    Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    Mohamed Morsi meurt pendant son procès    L'ex-P.-dg du CPA placé sous mandat de dépôt    130 millions DA pour l'aménagement de lazaouia de Sidi Cheikh    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vers l'introduction des entreprises publiques industrielles en Bourse
Réforme du marché financier
Publié dans La Tribune le 17 - 12 - 2011


Photo : S. Zoheïr
Synthèse de Smaïl Boughazi
Afin de ranimer le marché financier national, la Commission d'organisation et de surveillance des opérations de Bourse (Cosob) a proposé d'ouvrir le capital des entreprises publiques industrielles (EPE) organisées en sociétés par actions (SPA). Cette piste découle du travail réalisé par des experts internationaux et financé en partie par le Pnud dans le cadre de la réforme du marché financier. Selon les explications du président de la Cosob, Noureddine Smaïl, lors d'une rencontre organisée jeudi dernier, ce plan de développement du marché financier comprend une autre piste consistant à consolider par la Bourse les opérations de partenariat réalisées entre l'Etat et le public, afin de céder au public, via la Bourse, une partie des actions détenues par l'Etat ou par son partenaire stratégique. Le deuxième axe de cette réforme, selon le même responsable, est de favoriser l'émergence de partenaires stratégiques pour l'Etat en cédant des actions en Bourse à des partenaires privés mais aussi au grand public. La troisième recommandation suggérée est d'introduire en Bourse les entreprises disposant de projets de croissance dans des secteurs concurrentiels. Le plan en question a toutefois recommandé à ce que l'actionnariat soit détenu à hauteur de 60% par l'Etat et 20 à 30% seront cédés au public. Selon Noureddine Smaïl, le privé a déjà manifesté son intérêt pour ce genre d'opérations et des projets concrets, cependant, pour les entreprises constituées de capitaux étrangers, certaines contraintes doivent être revues ou levées. Il cite notamment le droit de préemption de l'Etat concernant la cession des participations des entreprises étrangères. Pour lui, il faut autoriser ces entreprises à céder à la Bourse une partie de leur capital sans demander à l'Etat s'il désirait les reprendre lui-même dans le cadre de cette mesure. Une mesure qui devrait, à ses yeux, inciter davantage ces entreprises à s'introduire en Bourse. «Il est proposé d'examiner l'exercice de ce droit de préemption dans le cadre d'une cession de participations étrangères à la Bourse d'Alger. C'est une piste très importante qui va ouvrir la voie à ces entreprises pour s'introduire en Bourse», a-t-il dit, selon l'APS. Quant à la cession des actions des établissements financiers et des banques, la Cosob recommande au Conseil de la monnaie et du crédit (CMC) d'autoriser ce type d'ouverture de capital. Selon le président de la Cosob, «le CMC doit donner son autorisation pour tout changement d'actionnariat dans les banques et les établissements financiers, ce n'est pas propre à l'Algérie, ça existe partout dans le monde mais ce que nous proposons, c'est de définir un seuil significatif de cession de participation qui requiert l'autorisation du CMC». Les résultats de la première phase de l'exécution de ce plan de développement ont fait ressortir, par ailleurs, la nécessité de recourir à l'épargne publique dans le financement des projets réalisés avec des partenaires étrangers. «La règle de 51/49% est une réalité, mais nous voulons à travers cette réforme que les 51% du capital revenant aux nationaux soient mobilisés par appel public à l'épargne via la Bourse, c'est une pratique internationale qu'on peut appliquer en Algérie», a assuré le président de la Cosob. Enfin, ce dernier a constaté que les entreprises nationales ont plus recouru au marché obligataire qu'au marché des actions pour financer leurs plans de croissance. Les fonds levés sur le marché obligataire par les entreprises publiques et privées a atteint un montant global de 216 milliards de dinars entre 2004 et 2009. L'encours actuel des emprunts obligataires est de l'ordre de 90 mds de dinars, dont 32 mds de dinars sont encore négociés à la Bourse d'Alger, selon les chiffres fournis par M. Smaïl.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.