Tebboune installe la Commission chargée du projet de révision du code électoral    Contrat entre Haddad et un lobbyiste américain: Information judiciaire sur l'affaire des 10 millions de dollars    Automobile: Une plate-forme numérique pour les concessionnaires et les constructeurs    Il avait intenté une autre action contre l'Algérie: Sawiris de nouveau débouté dans l'affaire Djezzy    Offres et avantages de la CNAS: Une caravane de sensibilisation dans les zones d'ombre    En amical: Algérie-Cameroun, le 12 octobre aux Pays-Bas    Paradou AC: Le meilleur est à venir    IRB Sougueur: Mohamed Benhalima nouveau président    Sidi Bel Abbès: Un nouveau chef de daïra et un lourd dossier du logement social    Doutes et politique    Cinq enfants d'une même famille parmi les victimes: Huit morts et deux disparus après le renversement d'une barque    BRAVADE AVEUGLE    LE «KOURSI» FANTASME    Kalida Toumi bientôt devant le tribunal de Sidi M'hamed    CORONAVIRUS EN ALGERIE : Benbouzid confirme la véracité des chiffres    LE PHENOMENE EST DE RETOUR : 92 harraga dont 30 Marocains interceptés au large d'Oran    Après la Constitution, une autre mission pour Laraba    POUR FAIRE REUSSIR LE REFERENDUM SUR LA CONSTITUTION : L'ANP fournira tous les efforts    De nouveaux produits interdits a l,importation    Information judiciaire sur le transfert de 10 millions de dollars    "Nous n'importerons aucun vaccin qui ne soit pas pré-qualifié OMS"    Les contaminations poursuivent leur baisse    Mystérieuse disparition de deux fillettes    Une "étape cruciale" pour Chanegriha    250 millions de dollars perdus annuellement    Révision de la Constitution: début dimanche de la révision des listes électorales    «L'algérianisation», priorité de Belhimer    Plus de 747 000 dossiers régularisés    Tebboune bannit les lettres de dénonciation anonymes    Belatoui nommé adjoint de Casoni    Seuls 13 joueurs maintenus    Oukal (MCA) 12e recrue estivale    L'ONU salue la décision de Fayez al-Sarraj de démissionner    Genèse d'un rebondissement des contaminations    Abdelmadjid Merdaci n'est plus    3 animateurs des cafés littéraires interpellés puis relâchés    Epidémie : annulation de la Fiac 2020, principal rendez-vous du monde de l'art à Paris    Le recrutement d'Abdelhafid fait jaser    3300 habitations démolies en six ans par Israël    Erdogan prêt à rencontrer le Premier ministre grec    Niger : L'EI revendique l'assassinat de 8 personnes    Somalie : Accord pour des élections en 2021    Sept morts dans deux attaques    Ce que prévoit le projet de rénovation    Pour la solidarité avec le peuple algérien et la libération des détenus du Hirak    L'auteur Youcef Laichi Mimoun grand lauréat    "Confilmés", la résistance par l'image    Israël : le «pacte d'Abraham» et la trahison des émirs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vers l'introduction des entreprises publiques industrielles en Bourse
Réforme du marché financier
Publié dans La Tribune le 17 - 12 - 2011


Photo : S. Zoheïr
Synthèse de Smaïl Boughazi
Afin de ranimer le marché financier national, la Commission d'organisation et de surveillance des opérations de Bourse (Cosob) a proposé d'ouvrir le capital des entreprises publiques industrielles (EPE) organisées en sociétés par actions (SPA). Cette piste découle du travail réalisé par des experts internationaux et financé en partie par le Pnud dans le cadre de la réforme du marché financier. Selon les explications du président de la Cosob, Noureddine Smaïl, lors d'une rencontre organisée jeudi dernier, ce plan de développement du marché financier comprend une autre piste consistant à consolider par la Bourse les opérations de partenariat réalisées entre l'Etat et le public, afin de céder au public, via la Bourse, une partie des actions détenues par l'Etat ou par son partenaire stratégique. Le deuxième axe de cette réforme, selon le même responsable, est de favoriser l'émergence de partenaires stratégiques pour l'Etat en cédant des actions en Bourse à des partenaires privés mais aussi au grand public. La troisième recommandation suggérée est d'introduire en Bourse les entreprises disposant de projets de croissance dans des secteurs concurrentiels. Le plan en question a toutefois recommandé à ce que l'actionnariat soit détenu à hauteur de 60% par l'Etat et 20 à 30% seront cédés au public. Selon Noureddine Smaïl, le privé a déjà manifesté son intérêt pour ce genre d'opérations et des projets concrets, cependant, pour les entreprises constituées de capitaux étrangers, certaines contraintes doivent être revues ou levées. Il cite notamment le droit de préemption de l'Etat concernant la cession des participations des entreprises étrangères. Pour lui, il faut autoriser ces entreprises à céder à la Bourse une partie de leur capital sans demander à l'Etat s'il désirait les reprendre lui-même dans le cadre de cette mesure. Une mesure qui devrait, à ses yeux, inciter davantage ces entreprises à s'introduire en Bourse. «Il est proposé d'examiner l'exercice de ce droit de préemption dans le cadre d'une cession de participations étrangères à la Bourse d'Alger. C'est une piste très importante qui va ouvrir la voie à ces entreprises pour s'introduire en Bourse», a-t-il dit, selon l'APS. Quant à la cession des actions des établissements financiers et des banques, la Cosob recommande au Conseil de la monnaie et du crédit (CMC) d'autoriser ce type d'ouverture de capital. Selon le président de la Cosob, «le CMC doit donner son autorisation pour tout changement d'actionnariat dans les banques et les établissements financiers, ce n'est pas propre à l'Algérie, ça existe partout dans le monde mais ce que nous proposons, c'est de définir un seuil significatif de cession de participation qui requiert l'autorisation du CMC». Les résultats de la première phase de l'exécution de ce plan de développement ont fait ressortir, par ailleurs, la nécessité de recourir à l'épargne publique dans le financement des projets réalisés avec des partenaires étrangers. «La règle de 51/49% est une réalité, mais nous voulons à travers cette réforme que les 51% du capital revenant aux nationaux soient mobilisés par appel public à l'épargne via la Bourse, c'est une pratique internationale qu'on peut appliquer en Algérie», a assuré le président de la Cosob. Enfin, ce dernier a constaté que les entreprises nationales ont plus recouru au marché obligataire qu'au marché des actions pour financer leurs plans de croissance. Les fonds levés sur le marché obligataire par les entreprises publiques et privées a atteint un montant global de 216 milliards de dinars entre 2004 et 2009. L'encours actuel des emprunts obligataires est de l'ordre de 90 mds de dinars, dont 32 mds de dinars sont encore négociés à la Bourse d'Alger, selon les chiffres fournis par M. Smaïl.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.