Une secousse tellurique de 3,2 enregistrée à Mostaganem    Renforcer la coopération entre les secteurs de la culture et la micro-entreprise    "Je n'ai pas peur de la mort"    Les journalistes interdits de couvrir un procès    Comment communiquer au mieux ?    Le général-major Tlemsani installé dans ses nouvelles fonctions    Les pistes de relance    Nouveau calendrier pour les pensions de retraite    «L'Etat soutient les industries de transformation»    Air Algérie frôle le crash    Critères pour faire valoir vos droits à la retraite    Où en est la réflexion pour l'examen d'une proposition de création d'une caisse des retraites ?    Douanes: mouvement partiel ciblant 27 inspections divisionnaires au niveau national    Tebboune et Poutine échangent sur la Libye et l'Opep    Des lobbies anti-algériens parasitent les relations algéro-françaises    Ennahdha appelle au départ de Fakhfakh    Les états-Unis haussent le ton contre Khalifa Haftar    La ville de Tanger reconfinée    Pékin sanctionne un diplomate et trois parlementaires américains    Ghacha suivi par Malines    L'UEFA prend note de la décision    "J'ai transféré 11,3 milliards de centimes du CSA à la SSPA"    Tebboune : "Je ne compte pas m'éterniser au pouvoir"    Le personnel soignant appelle à la prévention    Distribution de 1 183 logements sociaux locatifs (LSL)    Pourquoi le sacrifice du mouton est dangereux    De nouvelles structures sanitaires réquisitionnées    Repêchage d'un corps à Sidi-Djelloul    Le Premier ministre achève sa visite de travail dans la wilaya de Sidi Bel-Abbès    Camus, une enfance pauvre au 17, rue de Lyon, à Alger    Le prénom amazigh Mastan inscrit à l'APC d'El-Biar    Publication inédite de "Printemps d'Alger" d'Emmanuel Roblès    Quand l'art se réfugie dans le monde virtuel    Mon Hebdo est né    Belkhir Mohand-Akli, le chanteur folk kabyle    Ligues 1 et 2: 23 clubs endettés, 14 interdits de recrutement    Migration clandestine: l'approche algérienne dans le traitement du phénomène présentée    Oran: installation du nouveau chef de la sûreté de wilaya    Championnat d'Italie : La Juventus s'approche de son 9e titre d'affilée    Paraguay : La justice rejette une nouvelle demande de libération de Ronaldinho    Foot der des verts    Abderrahmane Benkhalfa: Plaidoyer pour l'ouverture du capital des entreprises publiques    FAF - Reprise du championnat: La réunion de toutes les incertitudes    Le temps de la normalisation    Le confinement durci dans 9 communes    Ouargla : le commissaire divisionnaire Bouziane Bendaida installé au poste de chef de sûreté de wilaya    Concours du meilleur design de timbre-poste: les délais de participations prolongés    Artiste-peintre et professeur de dessin: Vibrant hommage à El Hachemi Mohamed    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





RELANCE DE LA BOURSE D�ALGER
Des dispositions de la LFC 2009 pourraient �tre contourn�es
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 12 - 2011

Des dispositions de la loi de finances compl�mentaire de 2009, le droit de pr�emption de l�Etat en cas de cession de participations des soci�t�s �trang�res et la r�gle 49/51 r�gissant l�investissement �tranger pourraient �tre contourn�es en vue de relancer la Bourse d�Alger.
Ch�rif Bennaceur - Alger (Le Soir) - Un projet de r�forme du march� financier national a �t� lanc�, en mai dernier, sous l��gide du minist�re des Finances, de la Commission d�organisation et de surveillance des op�rations en bourse (Cosob) et l�assistance du Programme des Nations unies pour le d�veloppement (Pnud). Dans ce cadre, et suite � une mission de dix semaines, quatre experts �trangers et un expert alg�rien ont proc�d� � une �valuation globale du march� financier national qui a �t� pr�sent�e jeudi dernier.
Les conditions existent�
Selon ces consultants, le march� des capitaux en Alg�rie peine � �merger r�ellement, depuis pr�s de deux d�cades apr�s le lancement de la Bourse d�Alger. Certes, �les conditions existent�, dira le consultant international Yann Christin, pour le d�veloppement dudit march�. Cela en termes d�infrastructures et d�organismes de r�gulation, d�un certain volontarisme des acteurs institutionnels et entrepreneuriaux, d�un cadre r�glementaire et technique existant, ainsi que des conditions d�activit� boursi�re, obligataire et de services relativement incitatives.
Les tares du march� financier
N�anmoins, et les experts sollicit�s s�accordant l�-dessus, un march� financier qui p�tit d�un d�s�quilibre entre l�offre r�duite en titres et produits financiers et une forte demande en titres et produits, une activit� boursi�re (titres et obligations) tr�s limit�e, un nombre insuffisant d�interm�diaires en op�rations boursi�res et financi�res, avec une approche administrative des m�tiers financiers, l�absence de front-office dans certaines banques. Mais aussi d�un cadre r�glementaire complexe quoique encore inachev�, un rapport � l�international assez ambigu, voire une omnipr�sence de l�Etat organisateur sans �tre investisseur.
Une r�forme est lanc�e
Des difficult�s, des tares av�r�es et qui ne permettent pas de r�pondre aux besoins croissants de financement et de mobilisation de l��pargne financi�re nationale. Or, c�est dans ce sens qu�un projet de r�forme visant notamment l�am�lioration de l�alimentation de la Bourse, la professionnalisation des intervenants, l�augmentation du nombre des interm�diaires en op�rations de Bourse (IOB) et le d�veloppement des m�tiers et services d�investissements a �t� agr�� par les pouvoirs publics et impuls� par la Cosob, selon son directeur g�n�ral, Noureddine Sma�l. Dans ce sens, et gr�ce � cette �valuation, des pistes susceptibles d��tre affin�es ont �t� identifi�es, notamment l�ouverture du capital d�entreprises publiques du secteur industriel.
Elargir l�alimentation de la Bourse
Il s�agit d�envisager, dans le cadre des n�gociations de partenariat en cours, d�introduire � la cotation une partie des actions d�tenues par l�Etat ou son partenaire strat�gique, ou de c�der au partenaire priv� et au grand public une partie des actions. Dans ce contexte, une cinquantaine d�entreprises nationales seraient �ligibles � la cotation, tant du secteur public que priv�. Cela m�me si des contraintes se posent pour le secteur priv�, notamment les soci�t�s �trang�res.
Des dispositions l�gales contournables
Dans ce sens, des dispositions de la loi de finances compl�mentaire de 2009, le droit de pr�emption de l�Etat en cas de cession de ses participations et la r�gle 49/51 r�gissant l�investissement �tranger pourraient �tre contourn�es. Outre la r�vision du r�gime fiscal en vigueur et la fixation d�un seuil minimum pour l�autorisation du Conseil de la monnaie et du cr�dit aupr�s de la Banque d�Alg�rie, des op�rations de cession d�actions des banques et �tablissements financiers, il est question selon la Cosob de �la renonciation� au droit de pr�emption de l�Etat au profit d�investisseurs nationaux �et ce lorsque la partie �trang�re d�cide de r�aliser la cession de ses participations via la Bourse d�Alger�. Mais aussi de �dispenser les soci�t�s � capitaux �trangers, cr��es ant�rieurement � la promulgation de la loi de finances compl�mentaire de 2009, voulant ouvrir leurs capitaux � moins de 50% via le march� financier, de la disposition des 49/51 �dict�e par LFC susmentionn�e �.
Des options possibles ?
En d�autres termes, la soci�t� �trang�re pourrait c�der une partie de ses actions au grand public, via la Bourse, sans avoir � demander l�aval de l�Etat, comme elle pourrait obtenir que les 51% des actions majoritaires soient acquises par des �pargnants du grand public. D�autant que le droit de pr�emption de l�Etat retarde quelque peu le processus de cotation des soci�t�s �trang�res m�me s�il ne le bride pas dans l�absolu, comme le rel�ve l�expert fran�ais Georges Broch� qui d�plore l�impossibilit� pour les op�rateurs �trangers d�acc�der � la Bourse. Et cela m�me si les experts sollicit�s, � l�instar de Yann Christin, refusent d��interf�rer � dans les choix de politique �conomique fix�e par le gouvernement. Toutefois, cette option ne constituerait qu�une mesure d��ajustement�, selon l�expert en ing�nierie financi�re, Lies Kerrar.
D�autres conditions s�imposent
Comme la r�forme n�cessite la r�vision du cadre juridique et r�glementaire m�me �s�il n�est pas dans l�intention (des promoteurs de cette r�forme) de cr�er une p�riode d�attente�, dira Noureddine Sma�l, en r�ponse � une remarque du d�l�gu� g�n�ral de l�Association professionnelle des banques et �tablissements financiers (Abef), Abderrahmane Benkhalfa. Pour autant, la mise en �uvre de cette r�forme, dont l�affinement se poursuivra durant les prochains mois sous la supervision du gouvernement, n�cessite de r�unir d�autres conditions. Outre la n�cessit� de bien associer les agents institutionnels et �conomiques � capacit� d��pargne positive et de bien am�liorer la gouvernance des divers intervenants, les experts sollicit�s pr�nent davantage d��ouverture� et de �transparence�, voire d�assurer, comme exhort� par une repr�sentante du Pnud, la �volont� politique de tout un chacun�.
C. B.
POINTS DE VUE :
ABDERRAHMANE BENKHALFA (D�L�GU� G�N�RAL DE L�ABEF) :
�Un signal � la sph�re r�elle�
Le lancement d�une r�forme du march� financier est un �pas important�, un signal adress� � la sph�re r�elle pour le d�l�gu� g�n�ral de l�Association professionnelle des banques et �tablissements financiers (Abef), Abderrahmane Benkhalfa. Selon le repr�sentant de la place bancaire, �il ne suffit pas de fignoler� les textes en vigueur et d�atermoyer, mais de bouger en direction de la sph�re r�elle. D�autant que le potentiel existe, dira le d�l�gu� g�n�ral, en d�pit de l�absence invoqu�e de capacit�s et intentions d��mission et du fait que les entreprises sont surendett�es et sous-capitalis�es.
C. B.
LIES KERRAR (CABINET CONSEIL D�ING�NIERIE FINANCI�RE HUMILIS) :
�Focaliser sur l��pargne et offrir des produits adapt�s�
L��pargne financi�re est importante et les besoins en financement et en placements sont �galement importants, selon le sp�cialiste en ing�nierie financi�re et manager du cabinet conseil Humilis, Lies Kerrar. Dans la mesure o� l��pargne est fortement disponible et que les besoins doivent trouver r�pondants, ce sp�cialiste appelle � focaliser sur l��pargne et la canaliser. Soit, �uvrer � offrir des produits et moyens de placements ad�quats, � bien servir l��pargnant, rel�ve Lies Kerrar qui estime primordial d�insuffler une dynamique de mouvement�.
C. B.
ADEL SI BOUAKKAZ (CABINET D�ING�NIERIE FINANCI�RE ET GESTION DE FONDS NOMAD) :
�Une question de confiance�
Le d�veloppement du march� financier est �une question de confiance�, selon Adel Si Bouakkaz du cabinet d�ing�nierie financi�re et gestion de fonds Nomad. Selon ce sp�cialiste financier, le potentiel d�entreprises �ligibles existe m�me si l�enjeu reste de �convaincre, rassurer� ces acteurs.
C. B.
YANN CHRISTIN (CONSULTANT INTERNATIONAL EN CAPITAL MARKET, CORPORATE FINANCE ET CONSEIL JURIDIQUE) :
�L�ouverture est primordiale�
L�ouverture en mati�re de d�veloppement du march� financier est primordiale, selon le consultant international en capital market, corporate finance et conseil juridique, Yann Christin. Pour cet expert, le march� alg�rien se caract�rise par un d�ficit d�offres et d��normes besoins de financements et placements. D�o� un enjeu crucial de rediriger l��pargne vers la satisfaction desdits besoins, rel�vera-t-il, et asseoir une d�marche d�ouverture, en mettant en avant la n�cessit� de ne pas attendre dans la r�alisation de ce plan de d�veloppement, optimiser l�utilisation des infrastructures actuelles, multiplier le nombre d�intervenants et d��missions, d�velopper la participation des secteurs marchands notamment publics.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.