Belaid appelle à une participation massive au référendum sur le projet d'amendement de la Constitution    Campagne référendaire: jeter les bases "d'une nouvelle ère" pour une "Algérie nouvelle"    Le paiement des droits de raccordement des projets agricoles et micro-entreprises reporté    Sahara Occidental: une association africaine dénonce les violations flagrantes des droits de l'homme par le Maroc    Narimane Sadat Cherfaoui expose ses œuvres à Alger    Bayern : La stat monstrueuse de Lewandowski    Oran: démantèlement d'un réseau de trafic international de drogue    Libye/accord de cessez-le-feu: appels à la mise en œuvre d'"un acquis majeur"    Ligue 1 (amical): le match USM Alger-US Biskra annulé pour des raisons sanitaires    L'agression féodale et le Hirak.    Covid-19: 250 nouveaux cas, 144 guérisons et 10 décès    AG élective de la FASSAS: Samir Karim Chaouche élu nouveau président    La révision de la Constitution une priorité pour l'Algérie qui vit une "phase cruciale"    Clasico: encore un record pour Fati !    Le PT réagit à la condamnation de Djelloul Djoudi    INCENDIE AU CHAMP D'EL MERK (HASSI MESAOUD) : Le ministre Attar en inspection des lieux    TISSEMSILT : La rentrée scolaire perturbée dans plusieurs écoles    PLAN NATIONAL DE REBOISEMENT : Un milliard de plants mis en terre    GHARDAIA : Deux morts dans un accident de la circulation    SKIKDA : Déraillement d'un wagon de train chargé de phosphate    Accidents de la route: 9 morts et 359 blessés ces dernières 48 heures    Un dernier débat Trump-Biden plus calme, malgré l'échange d'accusations    On vous le dit    Signature du premier accord majeur post-Brexit entre Londres et Tokyo    Résiliation du contrat de Toufik Zerara    Billel Bensaha mouloudéen à titre de prêt    Les créances de la Sadeg s'élèvent à 1 850 millions de dinars    Défection du Sila et souvenirs du «Parnasse» algérien    Le chanteur populaire M'hamed Zighem n'est plus    Commémoration du 116e anniversaire de la mort d'Isabelle Eberhardt    Saad Hariri de retour aux commandes au Liban    "L'Algérie coopérait déjà peu..."    Ali Haddad, le grand casse    Baâdji Abou El-Fadhl persona non grata ?    Le RCD accuse le pouvoir de "s'acheter une nouvelle clientèle"    Les travailleurs sans salaire depuis dix mois    Djerad désavoue le wali d'Oran    Des logements et des aides pour les sinistrés    En attendant une décision officielle...    Erdogan confirme un test de missiles russes    Après l'AGO : Les présidents en fin de mandat doivent quitter la ligue    MO Béjaïa : Un directoire pour gérer les affaires du club    Je suis contre cette Algérie majoritaire !    La représentation des minorités progresse mais reste limitée    Ali Boudarène, un comédien prometteur    En raison d'un cas suspect de Covid-19: Le Consulat turc à Alger fermé    Le FMI inévitable?    Les salles obscures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le droit de préemption n'est pas un handicap
Entrée en bourse des entreprises étrangères
Publié dans Le Midi Libre le 17 - 12 - 2011

Le droit de préemption dont dispose l'Etat algérien pour la cession des participations des actionnaires étrangers n'empêche pas l'entrée en Bourse des entreprises étrangères, a estimé jeudi George Broché, un expert français qui a participé à l'élaboration du plan de développement du marché financier. "Le droit de préemption va retarder le processus, un étranger qui veut ouvrir son capital via la bourse doit attendre quelque mois pour demander à l'Etat s'il va ou non exercer son droit de préemption, mais ne va pas empêcher son entrée en bourse", a déclaré à la presse M. Broché, expert en bourses internationales, en marge de la présentation des premiers résultats de ce plan, commandé par le gouvernement, rapporte l'APS. L'Etat dispose en vertu d'une mesure instituée en 2009, d'un droit de préemption sur toutes les cessions de participations des actionnaires étrangers ou au profit d'actionnaires étrangers. Plusieurs entreprises privées à capitaux étrangers ont formellement affiché leurs intentions de s'introduire à la bourse d'Alger, mais ont manifesté leurs craintes par rapport à cette mesure, selon Nouredine Smail, président de la Cosob. "Il est proposé d'examiner l'exercice de ce droit de préemption dans le cadre d'une cession de participations étrangères à la Bourse d'Alger. C'est une piste très importante qui va ouvrir la voie à ces entreprises pour s'introduire en bourse", a indiqué M. Smail. L'Algérie doit développer sa bourse pour diversifier les moyens de financement de son économie, estime le même expert. La préparation de la bourse pour prendre le relais de financement de l'investissement est rendu nécessaire par le besoin de mobiliser des financements en cas de baisse des recettes pétrolières du pays. "Le plus important dans cette préparation est d'ouvrir le capital des entreprises publiques via la bourse et laisser participer le public dans la reprise de leurs actions", a préconisé M. Broché.
En dépit de ses revenus importants et de son PIB par habitant très élevé, "l'Algérie se classe en fin de peloton par rapport à ses voisins dans le domaine boursier", a constaté le même expert qui s'est dit convaincu de la réussite du plan de développement de la bourse d'Alger. Selon des experts, l'état des lieux du marché financier algérien présenté jeudi par la Cosob montre une faiblesse du nombre d'entreprises introduites en bourse, et aussi de celui des intervenants sur ce marché financier, ainsi qu'une complexité des formalités d'introduction. Une entreprise en Algérie doit attendre plusieurs mois pour se voir introduire en bourse, un délai qui ne peut dépasser deux semaines dans les pays voisins, selon M. Broché. "Nous avons demandé aux experts internationaux de se pencher sur l'état de la bourse et du marché financier en général pour nous conforter dans notre analyse", a déclaré M. Smail à la presse en marge de cette présentation. Le président de la Cosob a précisé à ce propos que le gouvernement connaissait globalement l'état des lieux de ce marché, mais avait besoin d'un "œil externe et expert" pour plus de détails et de précisions. Quatre grands experts internationaux en marchés boursiers, dont George Broché, participent, depuis le mois de septembre dernier, à l'élaboration d'un plan de modernisation et de développement du marché financier algérien. La première phase du projet portant sur l'évaluation du marché financier actuel, dont les premiers résultats ont été présentés jeudi par la Cosob, lors d'une session de restitution, devrait aboutir à une conception du modèle du marché financier à développer en Algérie, selon M. Smail. Refusant de tirer la sonnette d'alarme, le président de la Cosob a précisé que "le dispositif boursier fonctionne et ne présente aucune défaillance et les opérations réalisées par la bourse sont des opérations de succès que ce soit sur le marché primaire ou secondaire". Mais il a reconnu toutefois que "ce dispositif boursier est un peu dépassé car c'était un dispositif de démarrage. Nous sommes aujourd'hui en droit de dire que ce dispositif doit être revu, modernisé et mis au service du développement". Le plan prévu par la Cosob arrête un schéma de fonctionnement qui définit les responsabilités des parties prenantes dans le développement du marché financier, comme les banques, les entreprises, les chambres de commerce et le patronat. La Cosob a aussi préparé un programme national d'émission d'actions pour permettre à un grand nombre d'entreprises publiques et privées d'entrer en bourse dans des conditions beaucoup plus favorables. La Bourse d'Alger compte trois titres : Aurassi, Saidal et Alliance Assurance. Actuellement, le financement de l'économie est supporté essentiellement par les banques, le budget de l'Etat ainsi que par le recours aux avoirs du Fonds de régulation des recettes (FRR), alimenté par les recettes supplémentaires de pétrole. Les investissements publics de l'ordre de 286 milliards de dollars, qui seront alloués sur cinq ans au titre du programme quinquennal 2010-2014 seront la principale source de la croissance du pays en attendant la relance du marché financier, estiment des experts.
Le droit de préemption dont dispose l'Etat algérien pour la cession des participations des actionnaires étrangers n'empêche pas l'entrée en Bourse des entreprises étrangères, a estimé jeudi George Broché, un expert français qui a participé à l'élaboration du plan de développement du marché financier. "Le droit de préemption va retarder le processus, un étranger qui veut ouvrir son capital via la bourse doit attendre quelque mois pour demander à l'Etat s'il va ou non exercer son droit de préemption, mais ne va pas empêcher son entrée en bourse", a déclaré à la presse M. Broché, expert en bourses internationales, en marge de la présentation des premiers résultats de ce plan, commandé par le gouvernement, rapporte l'APS. L'Etat dispose en vertu d'une mesure instituée en 2009, d'un droit de préemption sur toutes les cessions de participations des actionnaires étrangers ou au profit d'actionnaires étrangers. Plusieurs entreprises privées à capitaux étrangers ont formellement affiché leurs intentions de s'introduire à la bourse d'Alger, mais ont manifesté leurs craintes par rapport à cette mesure, selon Nouredine Smail, président de la Cosob. "Il est proposé d'examiner l'exercice de ce droit de préemption dans le cadre d'une cession de participations étrangères à la Bourse d'Alger. C'est une piste très importante qui va ouvrir la voie à ces entreprises pour s'introduire en bourse", a indiqué M. Smail. L'Algérie doit développer sa bourse pour diversifier les moyens de financement de son économie, estime le même expert. La préparation de la bourse pour prendre le relais de financement de l'investissement est rendu nécessaire par le besoin de mobiliser des financements en cas de baisse des recettes pétrolières du pays. "Le plus important dans cette préparation est d'ouvrir le capital des entreprises publiques via la bourse et laisser participer le public dans la reprise de leurs actions", a préconisé M. Broché.
En dépit de ses revenus importants et de son PIB par habitant très élevé, "l'Algérie se classe en fin de peloton par rapport à ses voisins dans le domaine boursier", a constaté le même expert qui s'est dit convaincu de la réussite du plan de développement de la bourse d'Alger. Selon des experts, l'état des lieux du marché financier algérien présenté jeudi par la Cosob montre une faiblesse du nombre d'entreprises introduites en bourse, et aussi de celui des intervenants sur ce marché financier, ainsi qu'une complexité des formalités d'introduction. Une entreprise en Algérie doit attendre plusieurs mois pour se voir introduire en bourse, un délai qui ne peut dépasser deux semaines dans les pays voisins, selon M. Broché. "Nous avons demandé aux experts internationaux de se pencher sur l'état de la bourse et du marché financier en général pour nous conforter dans notre analyse", a déclaré M. Smail à la presse en marge de cette présentation. Le président de la Cosob a précisé à ce propos que le gouvernement connaissait globalement l'état des lieux de ce marché, mais avait besoin d'un "œil externe et expert" pour plus de détails et de précisions. Quatre grands experts internationaux en marchés boursiers, dont George Broché, participent, depuis le mois de septembre dernier, à l'élaboration d'un plan de modernisation et de développement du marché financier algérien. La première phase du projet portant sur l'évaluation du marché financier actuel, dont les premiers résultats ont été présentés jeudi par la Cosob, lors d'une session de restitution, devrait aboutir à une conception du modèle du marché financier à développer en Algérie, selon M. Smail. Refusant de tirer la sonnette d'alarme, le président de la Cosob a précisé que "le dispositif boursier fonctionne et ne présente aucune défaillance et les opérations réalisées par la bourse sont des opérations de succès que ce soit sur le marché primaire ou secondaire". Mais il a reconnu toutefois que "ce dispositif boursier est un peu dépassé car c'était un dispositif de démarrage. Nous sommes aujourd'hui en droit de dire que ce dispositif doit être revu, modernisé et mis au service du développement". Le plan prévu par la Cosob arrête un schéma de fonctionnement qui définit les responsabilités des parties prenantes dans le développement du marché financier, comme les banques, les entreprises, les chambres de commerce et le patronat. La Cosob a aussi préparé un programme national d'émission d'actions pour permettre à un grand nombre d'entreprises publiques et privées d'entrer en bourse dans des conditions beaucoup plus favorables. La Bourse d'Alger compte trois titres : Aurassi, Saidal et Alliance Assurance. Actuellement, le financement de l'économie est supporté essentiellement par les banques, le budget de l'Etat ainsi que par le recours aux avoirs du Fonds de régulation des recettes (FRR), alimenté par les recettes supplémentaires de pétrole. Les investissements publics de l'ordre de 286 milliards de dollars, qui seront alloués sur cinq ans au titre du programme quinquennal 2010-2014 seront la principale source de la croissance du pays en attendant la relance du marché financier, estiment des experts.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.