Belaid: toute manipulation des voix des citoyens est une manipulation du devenir du pays    Hadj: les inscriptions pour le tirage au sort débuteront mercredi 11 décembre    APN: examen des amendements proposés au projet de loi relatif au Conseil national de la Recherche scientifique    Vote de la communauté nationale à l'étranger: taux de participation "acceptable"    OPEP: l'application des baisses supplémentaires sans incidence sur les ressources de l'Algérie    OGC Nice : grosse blessure et opération pour Youcef Atal    Présidentielle: clôture de la campagne électorale des candidats dimanche à minuit    AFFAIRE BAIRI : 10 ans de prison requis contre l'ancien wali, Nouria Zerhouni    Poursuite du procès d'anciens responsables et hommes d'affaires impliqués dans des affaires de corruption    Ligue des champions (Groupe D). ES Tunis 1 – JS Kabylie 0 : Victoire difficile pour le tenant du titre    EN VISITE AU COMMANDEMENT DES FORCES TERRESTRES : Gaid Salah valorise la relation entre peuple et son Armée    POUR LA DEUXIEME FOIS : Des Mostaganémois marchent pour la présidentielle    3EME CONFERENCE INTERNATIONALE DE BIOSCIENCES : Les raisons du cancer en débat à Oran    EN RAISON DES TRAVAUX LANCES DANS LA STATION D'EPURATION : Mostaganem sans eau potable depuis des jours    SIDI BEL ABBES : Louable stratégie adoptée aux handicapés par la CNAS    Le Polisario proteste contre "France2" pour un "documentaire de propagande" sur l'occupation du Sahara occidental    Barça : Messi dépasse Ronaldo    Archaïsme et mauvaise gouvernance    Les opérateurs affichent leur inquiétude    Nouvelle domiciliation au stade de Ras El-Oued    La rue divisée à Constantine    Le Congrès américain désavoue Trump    30 000 enfants migrants disparus en Europe    Human Rights Watch dénonce    «Aux entreprises de s'adapter !»    Gâteau au yaourt, sirop au citron    Crème au concombre    Un nouvel essai en ligne d'Ahmed Cheniki    Le prix Mohia d'Or lancé à Tizi Ouzou    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Le Grand Prix Assia-Djebar, une opportunité de promouvoir le roman algérien à l'international    Mise en exploitation de la bibliothèque de lecture publique dans la commune d'El Mahmal    L'hagiographie dans la poésie melhoun, une ethnographie des grands saints de l'islam    Zerouati : "l'Algérie déterminée à adopter un modèle économique durable"    Serie A : La Juventus perd des points face à la Lazio    Sérieux test pour les Pacistes    Groupe C. Pétro Atlético 1- USM Alger 1 : Les Algérois n'arrivent pas à gagner    Financement du 5ème mandat: Ali Haddad enfonce Saïd Bouteflika    Skikda: 19 harraga secourus    Débat télévisé: Dans les coulisses du «face-à-face»    Football - Ligue 1: Le CRB creuse l'écart, des bleus pour le NAHD    Syrie : Erdogan annonce un nouveau sommet Turquie-France-Allemagne-Grande-Bretagne en février    En réplique à la taxation des GAFA : "L'attaque de Trump est en dessous de la ceinture"    Chine : l'achat d'un téléphone conditionné au scan du visage    LPA: Les communes d'Alger procéderont à la convocation des souscripteurs fin décembre    France : Plus de 800 000 manifestants contre la réforme des retraites selon l'Intérieur    Cinéma : Trois films algériens primés au festival d'Al Qods    Théâtre : La pièce "Ez'Zaouèche" présentée à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le droit de préemption n'est pas un handicap
Entrée en bourse des entreprises étrangères
Publié dans Le Midi Libre le 17 - 12 - 2011

Le droit de préemption dont dispose l'Etat algérien pour la cession des participations des actionnaires étrangers n'empêche pas l'entrée en Bourse des entreprises étrangères, a estimé jeudi George Broché, un expert français qui a participé à l'élaboration du plan de développement du marché financier. "Le droit de préemption va retarder le processus, un étranger qui veut ouvrir son capital via la bourse doit attendre quelque mois pour demander à l'Etat s'il va ou non exercer son droit de préemption, mais ne va pas empêcher son entrée en bourse", a déclaré à la presse M. Broché, expert en bourses internationales, en marge de la présentation des premiers résultats de ce plan, commandé par le gouvernement, rapporte l'APS. L'Etat dispose en vertu d'une mesure instituée en 2009, d'un droit de préemption sur toutes les cessions de participations des actionnaires étrangers ou au profit d'actionnaires étrangers. Plusieurs entreprises privées à capitaux étrangers ont formellement affiché leurs intentions de s'introduire à la bourse d'Alger, mais ont manifesté leurs craintes par rapport à cette mesure, selon Nouredine Smail, président de la Cosob. "Il est proposé d'examiner l'exercice de ce droit de préemption dans le cadre d'une cession de participations étrangères à la Bourse d'Alger. C'est une piste très importante qui va ouvrir la voie à ces entreprises pour s'introduire en bourse", a indiqué M. Smail. L'Algérie doit développer sa bourse pour diversifier les moyens de financement de son économie, estime le même expert. La préparation de la bourse pour prendre le relais de financement de l'investissement est rendu nécessaire par le besoin de mobiliser des financements en cas de baisse des recettes pétrolières du pays. "Le plus important dans cette préparation est d'ouvrir le capital des entreprises publiques via la bourse et laisser participer le public dans la reprise de leurs actions", a préconisé M. Broché.
En dépit de ses revenus importants et de son PIB par habitant très élevé, "l'Algérie se classe en fin de peloton par rapport à ses voisins dans le domaine boursier", a constaté le même expert qui s'est dit convaincu de la réussite du plan de développement de la bourse d'Alger. Selon des experts, l'état des lieux du marché financier algérien présenté jeudi par la Cosob montre une faiblesse du nombre d'entreprises introduites en bourse, et aussi de celui des intervenants sur ce marché financier, ainsi qu'une complexité des formalités d'introduction. Une entreprise en Algérie doit attendre plusieurs mois pour se voir introduire en bourse, un délai qui ne peut dépasser deux semaines dans les pays voisins, selon M. Broché. "Nous avons demandé aux experts internationaux de se pencher sur l'état de la bourse et du marché financier en général pour nous conforter dans notre analyse", a déclaré M. Smail à la presse en marge de cette présentation. Le président de la Cosob a précisé à ce propos que le gouvernement connaissait globalement l'état des lieux de ce marché, mais avait besoin d'un "œil externe et expert" pour plus de détails et de précisions. Quatre grands experts internationaux en marchés boursiers, dont George Broché, participent, depuis le mois de septembre dernier, à l'élaboration d'un plan de modernisation et de développement du marché financier algérien. La première phase du projet portant sur l'évaluation du marché financier actuel, dont les premiers résultats ont été présentés jeudi par la Cosob, lors d'une session de restitution, devrait aboutir à une conception du modèle du marché financier à développer en Algérie, selon M. Smail. Refusant de tirer la sonnette d'alarme, le président de la Cosob a précisé que "le dispositif boursier fonctionne et ne présente aucune défaillance et les opérations réalisées par la bourse sont des opérations de succès que ce soit sur le marché primaire ou secondaire". Mais il a reconnu toutefois que "ce dispositif boursier est un peu dépassé car c'était un dispositif de démarrage. Nous sommes aujourd'hui en droit de dire que ce dispositif doit être revu, modernisé et mis au service du développement". Le plan prévu par la Cosob arrête un schéma de fonctionnement qui définit les responsabilités des parties prenantes dans le développement du marché financier, comme les banques, les entreprises, les chambres de commerce et le patronat. La Cosob a aussi préparé un programme national d'émission d'actions pour permettre à un grand nombre d'entreprises publiques et privées d'entrer en bourse dans des conditions beaucoup plus favorables. La Bourse d'Alger compte trois titres : Aurassi, Saidal et Alliance Assurance. Actuellement, le financement de l'économie est supporté essentiellement par les banques, le budget de l'Etat ainsi que par le recours aux avoirs du Fonds de régulation des recettes (FRR), alimenté par les recettes supplémentaires de pétrole. Les investissements publics de l'ordre de 286 milliards de dollars, qui seront alloués sur cinq ans au titre du programme quinquennal 2010-2014 seront la principale source de la croissance du pays en attendant la relance du marché financier, estiment des experts.
Le droit de préemption dont dispose l'Etat algérien pour la cession des participations des actionnaires étrangers n'empêche pas l'entrée en Bourse des entreprises étrangères, a estimé jeudi George Broché, un expert français qui a participé à l'élaboration du plan de développement du marché financier. "Le droit de préemption va retarder le processus, un étranger qui veut ouvrir son capital via la bourse doit attendre quelque mois pour demander à l'Etat s'il va ou non exercer son droit de préemption, mais ne va pas empêcher son entrée en bourse", a déclaré à la presse M. Broché, expert en bourses internationales, en marge de la présentation des premiers résultats de ce plan, commandé par le gouvernement, rapporte l'APS. L'Etat dispose en vertu d'une mesure instituée en 2009, d'un droit de préemption sur toutes les cessions de participations des actionnaires étrangers ou au profit d'actionnaires étrangers. Plusieurs entreprises privées à capitaux étrangers ont formellement affiché leurs intentions de s'introduire à la bourse d'Alger, mais ont manifesté leurs craintes par rapport à cette mesure, selon Nouredine Smail, président de la Cosob. "Il est proposé d'examiner l'exercice de ce droit de préemption dans le cadre d'une cession de participations étrangères à la Bourse d'Alger. C'est une piste très importante qui va ouvrir la voie à ces entreprises pour s'introduire en bourse", a indiqué M. Smail. L'Algérie doit développer sa bourse pour diversifier les moyens de financement de son économie, estime le même expert. La préparation de la bourse pour prendre le relais de financement de l'investissement est rendu nécessaire par le besoin de mobiliser des financements en cas de baisse des recettes pétrolières du pays. "Le plus important dans cette préparation est d'ouvrir le capital des entreprises publiques via la bourse et laisser participer le public dans la reprise de leurs actions", a préconisé M. Broché.
En dépit de ses revenus importants et de son PIB par habitant très élevé, "l'Algérie se classe en fin de peloton par rapport à ses voisins dans le domaine boursier", a constaté le même expert qui s'est dit convaincu de la réussite du plan de développement de la bourse d'Alger. Selon des experts, l'état des lieux du marché financier algérien présenté jeudi par la Cosob montre une faiblesse du nombre d'entreprises introduites en bourse, et aussi de celui des intervenants sur ce marché financier, ainsi qu'une complexité des formalités d'introduction. Une entreprise en Algérie doit attendre plusieurs mois pour se voir introduire en bourse, un délai qui ne peut dépasser deux semaines dans les pays voisins, selon M. Broché. "Nous avons demandé aux experts internationaux de se pencher sur l'état de la bourse et du marché financier en général pour nous conforter dans notre analyse", a déclaré M. Smail à la presse en marge de cette présentation. Le président de la Cosob a précisé à ce propos que le gouvernement connaissait globalement l'état des lieux de ce marché, mais avait besoin d'un "œil externe et expert" pour plus de détails et de précisions. Quatre grands experts internationaux en marchés boursiers, dont George Broché, participent, depuis le mois de septembre dernier, à l'élaboration d'un plan de modernisation et de développement du marché financier algérien. La première phase du projet portant sur l'évaluation du marché financier actuel, dont les premiers résultats ont été présentés jeudi par la Cosob, lors d'une session de restitution, devrait aboutir à une conception du modèle du marché financier à développer en Algérie, selon M. Smail. Refusant de tirer la sonnette d'alarme, le président de la Cosob a précisé que "le dispositif boursier fonctionne et ne présente aucune défaillance et les opérations réalisées par la bourse sont des opérations de succès que ce soit sur le marché primaire ou secondaire". Mais il a reconnu toutefois que "ce dispositif boursier est un peu dépassé car c'était un dispositif de démarrage. Nous sommes aujourd'hui en droit de dire que ce dispositif doit être revu, modernisé et mis au service du développement". Le plan prévu par la Cosob arrête un schéma de fonctionnement qui définit les responsabilités des parties prenantes dans le développement du marché financier, comme les banques, les entreprises, les chambres de commerce et le patronat. La Cosob a aussi préparé un programme national d'émission d'actions pour permettre à un grand nombre d'entreprises publiques et privées d'entrer en bourse dans des conditions beaucoup plus favorables. La Bourse d'Alger compte trois titres : Aurassi, Saidal et Alliance Assurance. Actuellement, le financement de l'économie est supporté essentiellement par les banques, le budget de l'Etat ainsi que par le recours aux avoirs du Fonds de régulation des recettes (FRR), alimenté par les recettes supplémentaires de pétrole. Les investissements publics de l'ordre de 286 milliards de dollars, qui seront alloués sur cinq ans au titre du programme quinquennal 2010-2014 seront la principale source de la croissance du pays en attendant la relance du marché financier, estiment des experts.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.