Crise politique et dialogue national: Une liste et des couacs     22ème vendredi de protestation: «Pas de dialogue sans la libération des détenus d'opinion»    Affaires Haddad et Tahkout: Ghoul en prison, Zoukh sous contrôle judiciaire    Frenda: Un guichet unique pour les fellahs    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Sénégal 0 - Algérie 1: Héroïques jusqu'au bout    Analyse - Un cocktail à l'algérienne    Comment ils ont joué    Bac: un taux de réussite de 49,06%    On ne construit pas un pays en bâclant, en trichant    Face au diktat de ses clients «publics»: L'aveu d'impuissance de la Sonelgaz    Edition du 20/07/2019    Les Guerriers du Désert sur le toit de l'Afrique    Le «Hirak» se hisse au sommet de l'Afrique des peuples !    6.800 agents et 25 laboratoires en alerte    Position du Collectif de la société civile du dialogue national    Le peuple tient le cap    Dix personnes incarcérées    Un intérêt soutenu pour la filière blé    Le groupe Sonelgaz accompagnera le programme national    Plusieurs vétérinaires pour le contrôle de la vente et de l'abattage    L'Ensemble «Safar» de musique andalouse en concert    Les téléspectateurs toujours emballés    Lancement de la 2e phase qualificative    Le casse-tête des médecins spécialistes    Entre satisfactions et défaillances…    Un diplomate turc tué à Erbil    Une 2e étoile pour les verts !    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    VIGNETTES AUTOMOBILES : La période d'acquittement prendra fin le 31 juillet    ORAN : Démantèlement d'un réseau de trafic de véhicules    PRISON D'EL-HARRACH : Amar Ghoul rejoint ses partenaires politiques    La tombe de Kamel-Eddine Fekhar profané    STATION REGIONALE DE PROTECTION DES VEGETAUX A MOSTAGANEM : Alerte à la mineuse de la tomate de saison    AFFAIRES SONATRACH ET KHALIFA : Chakib Khelil et Rafik Khalifa seront rejugés    Bac 2019 à Sétif : Plus de 10.000 candidats admis    Algérie-Sénégal : Historiquement, c'est les Verts qui ont l'avantage    La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Mesures légales pour relancer la production    Trump accusé de racisme par le Congrès    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Constantine : les lauréats du concours Cheikh Abdelhamid-Benbadis récompensés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le droit de préemption n'est pas un handicap
Entrée en bourse des entreprises étrangères
Publié dans Le Midi Libre le 17 - 12 - 2011

Le droit de préemption dont dispose l'Etat algérien pour la cession des participations des actionnaires étrangers n'empêche pas l'entrée en Bourse des entreprises étrangères, a estimé jeudi George Broché, un expert français qui a participé à l'élaboration du plan de développement du marché financier. "Le droit de préemption va retarder le processus, un étranger qui veut ouvrir son capital via la bourse doit attendre quelque mois pour demander à l'Etat s'il va ou non exercer son droit de préemption, mais ne va pas empêcher son entrée en bourse", a déclaré à la presse M. Broché, expert en bourses internationales, en marge de la présentation des premiers résultats de ce plan, commandé par le gouvernement, rapporte l'APS. L'Etat dispose en vertu d'une mesure instituée en 2009, d'un droit de préemption sur toutes les cessions de participations des actionnaires étrangers ou au profit d'actionnaires étrangers. Plusieurs entreprises privées à capitaux étrangers ont formellement affiché leurs intentions de s'introduire à la bourse d'Alger, mais ont manifesté leurs craintes par rapport à cette mesure, selon Nouredine Smail, président de la Cosob. "Il est proposé d'examiner l'exercice de ce droit de préemption dans le cadre d'une cession de participations étrangères à la Bourse d'Alger. C'est une piste très importante qui va ouvrir la voie à ces entreprises pour s'introduire en bourse", a indiqué M. Smail. L'Algérie doit développer sa bourse pour diversifier les moyens de financement de son économie, estime le même expert. La préparation de la bourse pour prendre le relais de financement de l'investissement est rendu nécessaire par le besoin de mobiliser des financements en cas de baisse des recettes pétrolières du pays. "Le plus important dans cette préparation est d'ouvrir le capital des entreprises publiques via la bourse et laisser participer le public dans la reprise de leurs actions", a préconisé M. Broché.
En dépit de ses revenus importants et de son PIB par habitant très élevé, "l'Algérie se classe en fin de peloton par rapport à ses voisins dans le domaine boursier", a constaté le même expert qui s'est dit convaincu de la réussite du plan de développement de la bourse d'Alger. Selon des experts, l'état des lieux du marché financier algérien présenté jeudi par la Cosob montre une faiblesse du nombre d'entreprises introduites en bourse, et aussi de celui des intervenants sur ce marché financier, ainsi qu'une complexité des formalités d'introduction. Une entreprise en Algérie doit attendre plusieurs mois pour se voir introduire en bourse, un délai qui ne peut dépasser deux semaines dans les pays voisins, selon M. Broché. "Nous avons demandé aux experts internationaux de se pencher sur l'état de la bourse et du marché financier en général pour nous conforter dans notre analyse", a déclaré M. Smail à la presse en marge de cette présentation. Le président de la Cosob a précisé à ce propos que le gouvernement connaissait globalement l'état des lieux de ce marché, mais avait besoin d'un "œil externe et expert" pour plus de détails et de précisions. Quatre grands experts internationaux en marchés boursiers, dont George Broché, participent, depuis le mois de septembre dernier, à l'élaboration d'un plan de modernisation et de développement du marché financier algérien. La première phase du projet portant sur l'évaluation du marché financier actuel, dont les premiers résultats ont été présentés jeudi par la Cosob, lors d'une session de restitution, devrait aboutir à une conception du modèle du marché financier à développer en Algérie, selon M. Smail. Refusant de tirer la sonnette d'alarme, le président de la Cosob a précisé que "le dispositif boursier fonctionne et ne présente aucune défaillance et les opérations réalisées par la bourse sont des opérations de succès que ce soit sur le marché primaire ou secondaire". Mais il a reconnu toutefois que "ce dispositif boursier est un peu dépassé car c'était un dispositif de démarrage. Nous sommes aujourd'hui en droit de dire que ce dispositif doit être revu, modernisé et mis au service du développement". Le plan prévu par la Cosob arrête un schéma de fonctionnement qui définit les responsabilités des parties prenantes dans le développement du marché financier, comme les banques, les entreprises, les chambres de commerce et le patronat. La Cosob a aussi préparé un programme national d'émission d'actions pour permettre à un grand nombre d'entreprises publiques et privées d'entrer en bourse dans des conditions beaucoup plus favorables. La Bourse d'Alger compte trois titres : Aurassi, Saidal et Alliance Assurance. Actuellement, le financement de l'économie est supporté essentiellement par les banques, le budget de l'Etat ainsi que par le recours aux avoirs du Fonds de régulation des recettes (FRR), alimenté par les recettes supplémentaires de pétrole. Les investissements publics de l'ordre de 286 milliards de dollars, qui seront alloués sur cinq ans au titre du programme quinquennal 2010-2014 seront la principale source de la croissance du pays en attendant la relance du marché financier, estiment des experts.
Le droit de préemption dont dispose l'Etat algérien pour la cession des participations des actionnaires étrangers n'empêche pas l'entrée en Bourse des entreprises étrangères, a estimé jeudi George Broché, un expert français qui a participé à l'élaboration du plan de développement du marché financier. "Le droit de préemption va retarder le processus, un étranger qui veut ouvrir son capital via la bourse doit attendre quelque mois pour demander à l'Etat s'il va ou non exercer son droit de préemption, mais ne va pas empêcher son entrée en bourse", a déclaré à la presse M. Broché, expert en bourses internationales, en marge de la présentation des premiers résultats de ce plan, commandé par le gouvernement, rapporte l'APS. L'Etat dispose en vertu d'une mesure instituée en 2009, d'un droit de préemption sur toutes les cessions de participations des actionnaires étrangers ou au profit d'actionnaires étrangers. Plusieurs entreprises privées à capitaux étrangers ont formellement affiché leurs intentions de s'introduire à la bourse d'Alger, mais ont manifesté leurs craintes par rapport à cette mesure, selon Nouredine Smail, président de la Cosob. "Il est proposé d'examiner l'exercice de ce droit de préemption dans le cadre d'une cession de participations étrangères à la Bourse d'Alger. C'est une piste très importante qui va ouvrir la voie à ces entreprises pour s'introduire en bourse", a indiqué M. Smail. L'Algérie doit développer sa bourse pour diversifier les moyens de financement de son économie, estime le même expert. La préparation de la bourse pour prendre le relais de financement de l'investissement est rendu nécessaire par le besoin de mobiliser des financements en cas de baisse des recettes pétrolières du pays. "Le plus important dans cette préparation est d'ouvrir le capital des entreprises publiques via la bourse et laisser participer le public dans la reprise de leurs actions", a préconisé M. Broché.
En dépit de ses revenus importants et de son PIB par habitant très élevé, "l'Algérie se classe en fin de peloton par rapport à ses voisins dans le domaine boursier", a constaté le même expert qui s'est dit convaincu de la réussite du plan de développement de la bourse d'Alger. Selon des experts, l'état des lieux du marché financier algérien présenté jeudi par la Cosob montre une faiblesse du nombre d'entreprises introduites en bourse, et aussi de celui des intervenants sur ce marché financier, ainsi qu'une complexité des formalités d'introduction. Une entreprise en Algérie doit attendre plusieurs mois pour se voir introduire en bourse, un délai qui ne peut dépasser deux semaines dans les pays voisins, selon M. Broché. "Nous avons demandé aux experts internationaux de se pencher sur l'état de la bourse et du marché financier en général pour nous conforter dans notre analyse", a déclaré M. Smail à la presse en marge de cette présentation. Le président de la Cosob a précisé à ce propos que le gouvernement connaissait globalement l'état des lieux de ce marché, mais avait besoin d'un "œil externe et expert" pour plus de détails et de précisions. Quatre grands experts internationaux en marchés boursiers, dont George Broché, participent, depuis le mois de septembre dernier, à l'élaboration d'un plan de modernisation et de développement du marché financier algérien. La première phase du projet portant sur l'évaluation du marché financier actuel, dont les premiers résultats ont été présentés jeudi par la Cosob, lors d'une session de restitution, devrait aboutir à une conception du modèle du marché financier à développer en Algérie, selon M. Smail. Refusant de tirer la sonnette d'alarme, le président de la Cosob a précisé que "le dispositif boursier fonctionne et ne présente aucune défaillance et les opérations réalisées par la bourse sont des opérations de succès que ce soit sur le marché primaire ou secondaire". Mais il a reconnu toutefois que "ce dispositif boursier est un peu dépassé car c'était un dispositif de démarrage. Nous sommes aujourd'hui en droit de dire que ce dispositif doit être revu, modernisé et mis au service du développement". Le plan prévu par la Cosob arrête un schéma de fonctionnement qui définit les responsabilités des parties prenantes dans le développement du marché financier, comme les banques, les entreprises, les chambres de commerce et le patronat. La Cosob a aussi préparé un programme national d'émission d'actions pour permettre à un grand nombre d'entreprises publiques et privées d'entrer en bourse dans des conditions beaucoup plus favorables. La Bourse d'Alger compte trois titres : Aurassi, Saidal et Alliance Assurance. Actuellement, le financement de l'économie est supporté essentiellement par les banques, le budget de l'Etat ainsi que par le recours aux avoirs du Fonds de régulation des recettes (FRR), alimenté par les recettes supplémentaires de pétrole. Les investissements publics de l'ordre de 286 milliards de dollars, qui seront alloués sur cinq ans au titre du programme quinquennal 2010-2014 seront la principale source de la croissance du pays en attendant la relance du marché financier, estiment des experts.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.