COVID-19: fabrication et commercialisation des masques de protection à partir de juin    Washington Times prédit une riposte médiatique contre l'Algérie    DECES D'EL-YOUSSOUFI : Le président Tebboune rend hommage à un "homme d'Etat chevronné"    ALGERIE POSTE : Disponibilité du réseau de l'ordre de 97.3% durant le Ramadhan    Jeux méditerranéens : échange de vues "constructif" autour d'Oran-2022    CC du FLN : le favori bloqué et accusé d'avoir le Coronavirus    RECONDUCTION DU CONFINEMENT : Les autorisations exceptionnelles de circulation prolongées    ORAN : Le wali booste les projets en cours    Coronavirus: 133 nouveaux cas, 127 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    TISSEMSILT : Saisie de stupéfiant dans deux affaires différentes    Accidents de la route: 5 morts et 294 blessés durant les dernières 48 heures    Le Président de la République présidera dimanche une réunion du Conseil des ministres    Le centre de torture de Touggourt : une des sombres pages de la présence coloniale française    Crimes du 17 octobre 1961 à Paris : un des plus grands massacres de civils en Europe au 20è siècle    Décès de Abderrahmane El Youssoufi : une étoile du Grand Maghreb s'éteint    Les talibans revendiquent une première attaque    Après la mort d'un homme noir aux mains de la police : Des manifestations à Minneapolis et un commissariat incendié    6 morts dans l'explosion d'une centrale hydroélectrique    La famille d'un passeur tue 30 migrants en Libye    La colère sociale embrase plusieurs villes tunisiennes    "Kamel-eddine était sincère, franc et courageux"    Confrontation Halfaya – Saâdaoui lundi    La maquette du projet immobilier «JSK Tower» dévoilée    L'Algérie sur le podium    Ahmad Ahmad : "Nous ne pouvons pas encore nous prononcer"    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Le député FLN Abdelmalek Sahraoui bientôt devant le juge    Polémique entre la défense et la Cour de Tipasa    De nouvelles négociations en cours : L'OPEP veut prolonger les réductions jusqu'à fin 2020    Détention préventive pour le propriétaire d'une laiterie    Politique industrielle : Ferhat Aït Ali décline les nouvelles règles à l'Assemblée nationale populaire    Relance de plusieurs chantiers à Blida    Biskra : Suspension du maire de Chetma    Une politique budgétaire incohérente    Le Brent à 34 dollars à Londres    Il y a 27 ans, Tahar Djaout était assassiné : L'homme, l'écrivain, le journaliste    Rencontres Cinématographiques de Béjaia : Appel a films au RCB 2020    «Il est très important de préserver au-delà des frontières notre beau patrimoine musical andalou»    Le Fifog reporte une partie de son édition à l'automne    Tensions entre Alger et Paris    La scène, ce reflet de la société    PETITE PRESSION, GRAND CHANTAGE    Covid-19: 360 cas guéris ont quitté les hôpitaux depuis l'apparition de la pandémie    Football - Affaire de l'enregistrement audio: Ce qu'il faut savoir sur le dossier    Le rationnement de l'eau du robinet est de retour: Une nouvelle plage horaire de 18 heures dès demain    Les mercenaires cathodiques    L'APN convoque une réunion "importante" en présence du MAE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Marseille revivifie l'héritage de Kateb Yacine
Projection, débat et mise en espace autour du grand écrivain algérien
Publié dans La Tribune le 26 - 10 - 2008

Colloques, conférences et nouvelles publications s'organisent en Algérie et ailleurs pour plonger qui le veut dans les multiples lectures de l'œuvre de l'iconoclaste Kateb Yacine. Le 9 novembre prochain, c'est la Friche la Belle de Mai à Marseille qui accueille des rencontres dédiées à l'illustre écrivain qu'a été Kateb. Projection, débat et mise en espace autour de Kateb Yacine sont ainsi prévus sur l'initiative de La Friche La Belle de Mai et El Gosto Théâtre, compagnie dirigée par Ziani Cherif Ayad, à l'occasion des Rencontres d'Averroès 2008.
Dans le cadre du projet de Théâtre d'échange franco-arabe en PACA, Dramaturgies arabes contemporaines d'El Gosto Théâtre porté par Système Friche Théâtre. Mais aussi, en partenariat avec le théâtre Massalia, le Théâtre des Salins (scène nationale de Martigues), du Vélo théâtre (Apt) et du Théâtre Le Sémaphore (Port-de-Bouc).
Ils proposent donc au public marseillais un après-midi dédié à Kateb Yacine, qui ne prendrait pas la forme d'une «commémoration nostalgique», mais plutôt d'un moment «vivant sur les héritages possibles de cette œuvre pour les jeunes dramaturges arabes».
À 15h30, sous l'intitulé Kateb Yacine, l'amour et la révolution, le film documentaire de Kamel Dehane (1989, 55') sera projeté. Ce documentaire, réalisé un an avant la mort de Kateb Yacine, retrace le parcours militant et intellectuel de l'un des principaux fondateurs du roman et du théâtre modernes en Algérie.
Juste après sa projection, 3 auteurs algériens s'installeront pour un débat ouvert : Arezki Mellal, Omar Fetmouche et Mustapha Benfodil. Les parcours intellectuels et artistiques différents de ces trois auteurs sont considérés dans le cadre de cette rencontre comme katébiens d'un point de vue symbolique, en ce qu'ils se refusent à l'idolâtrie aveuglante, à la nostalgie paresseuse, aux compromissions, au conformisme, au déguisement et à l'imitation. Ils débattront de l'héritage littéraire laissé par Kateb Yacine. La rencontre sera animée par Benamar Medienne, auteur et ami de Kateb Yacine, en présence de Ziani Cherif Ayad. À 18h00, place à une lecture mise en espace par Ziani Cherif Ayad Avec Sid Ahmed Agoumi.
Sous le titre évocateur : Kateb Yacine, le cœur entre les dents, d'après le livre de Benamar Mediene, ils nous proposent le récit de la vie de Kateb qui porte sa vision du monde, son désarroi, son esthétique et renvoie constamment à une lecture de l'histoire et à sa possible élucidation par le moyen de l'écriture.
Un artiste mais aussi un grand intellectuel algérien. Romans, poésie, théâtre, tous les genres ont été investis de sa verve créatrice, pour porter dans une déconcertante variété l'extraordinaire unité d'une œuvre.
Les critiques ne se lassent pas de parcourir et de redécouvrir l'œuvre de Kateb Yacine. Dix-neuf ans après sa mort, ils continuent de s'en abreuver comme d'une source inépuisable.
F. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.