MDN: Livraison d'aides humanitaires au Niger    Man City : Guardiola repris de volée par les supporters    FC Barcelone: Pogba gratuit, le rêve irréalisable de Laporta?    Al-Kouni: je viens pour informer le Président Tebboune de la teneur de mes visites dans les pays voisins au sud de la Libye    Feu vert pour le retour du public avec pass sanitaire    Tribunal militaire de Blida : la cour d'appel confirme les 16 ans de réclusion contre Bouazza    Nice : Delort met les points sur les i au sujet de l'OM    JS Kabylie : Yarichène récupère l'ordre d'expulsion de Cherif Mellal    Guterres critique les divisions que connaît le monde    Sale temps pour les activistes politiques    Le Cnese se penche sur la question des brevets    Aokas, ville morte    Le dossier des hirakistes transféré à Sidi M'hamed    Nouvelles attaques contre les sites de l'occupation marocaine    Vers le retour de l'enseignement en présentiel    Lancement du ramassage du carton à Sétif    Lancement de l'opération de retrait des ordres de versement de la 1re tranche au profit de 6 000 souscripteurs    Formation de haut niveau    7 ans de prison ferme requis contre Hamid Melzi    Les dessous d'une flambée    Pour une commission de suivi des projets    Le Bayern surclasse encore le Barça, un an après le 8-2    Les Mondiaux de cross d'Australie reportés à 2023    Le Tunisien Kais Yaakoubi à la barre technique    Les MAE arabes disent non    Nouvel appel à l'ONU pour une enquête internationale    27 nouveaux départs de feu en 24h    En attendant le mutant...    Le Snapap menace d'une grève générale    Réouverture aujourd'hui    Une caravane de loisirs pour les enfants    Une Amérique plus que jamais guerrière    «Plan destination Algérie»: Les attentes des professionnels du tourisme    LA VIE D'APRES    Sensibilisation à la vaccination contre la Covid-19: Sept associations retenues par PNUD Algérie    Privatisation : réflexion sur une solution pour Air Algérie    La mal-gouvernance : quel coût pour la collectivité nationale?    Le chanteur Renaud et la machine à fabriquer de l'argent    Quand les élections locales s'annoncent par des batailles rangées chez les indus occupants du parti fln, ce patrimoine national immatériel    ÊTRE ET NE PAS ÊTRE ?    Benabderrahmane répond aux députés    6000 Souscripteurs à l'appel    La plaie béante de la classe politique    L'ONU retire les Casques bleus gabonais de Centrafrique    Tebboune décrète la Journée nationale de l'imam    Djamel Allam, un artiste irremplaçable    Omar Sy, producteur et acteur principal    Plus de 12,6 quintaux de kif traité saisis en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une fierté nationale
Complexe sidérurgique d'El Hadjar
Publié dans La Tribune le 08 - 07 - 2012


Photo : Riad
De notre correspondant à Annaba
Mohamed Rahmani

En dehors de toute considération idéologique et politique, le complexe sidérurgique d'El Hadjar (à 10 km de Annaba) est l'une des plus grandes réalisations industrielles de l'Algérie indépendante et reste le moteur de l'économie de toute une région. Depuis l'inauguration du premier haut-fourneau, le 19 juin 1969, par le défunt président Houari Boumediène, l'usine a connu un développement tel qu'elle est devenue un exemple à suivre dans l'industrialisation. Plus tard sont venues s'ajouter d'autres unités : la zone des matières premières et fonte ainsi que la tuberie avec soudure étaient les premiers ateliers de production du complexe sidérurgique d'El Hadjar qui ont démarré cette année-là pour être suivis en 1972 par l'aciérie à oxygène N°1 et le laminoir à chaud, puis le laminoir à froid en 1974, l'aciérie électrique en 1975 , la tuberie sans soudure (TSS) et le laminoir à fil en 1978, enfin la cokerie, le haut-fourneau N° 2 et l'aciérie à oxygène N° 2. Le laminoir rond à béton a été réalisé, quant à lui,en 1980. Le complexe sidérurgique devenu au fil des ans premier facteur de développement de toute la région a été à l'origine de la création de l'Institut de métallurgie d'Annaba (IMA), premier noyau de l'Université naissante de Badji-Mokhtar dont le nombre d'étudiants avoisine aujourd'hui 49 000. Les premiers ingénieurs en métallurgie, formés à l'IMA sont affectés aux ateliers stratégiques du complexe sidérurgique d'El Hadjar. L'entreprise Ferrovial qui fabrique des wagons est, elle aussi, une invention du complexe sidérurgique d'El Hadjar puisqu' approvisionnée par le produit venant des hauts-fourneaux d'El Hadjar et de ses laminoirs à chaud et à froid ainsi que sa tuberie. Cette grande réalisation qui a suscité l'admiration de pays étrangers, a été visitée par de grands hommes, à l'exemple du Général Giap qui lui avait consacré toute une journée.Comme toute industrie lourde, des difficultés apparurent, liées à l'importation d'équipements, à la disponibilité d'une main-d'œuvre qualifiée, à une gestion qui n'est pas toujours adéquate et où le rendement et la rentabilité ne sont pas toujours des objectifs prioritaires mais en dépit de tout cela, le complexe sidérurgique continuait de tourner et de produire et la Société nationale de sidérurgie (SNS) en tenait les rênes jusqu'en 1981, date à laquelle il est repris par l'entreprise Sider. Il employait alors 18 000 personnes. La technologie utilisée exigeait une main-d'œuvre qualifiée qui n'était pas disponible au niveau local et régional et il avait fallu former à l'époque 1 500 travailleurs, ce qui avait engendré un surcoût de 5 milliards de dinars. L'imputation de ce montant dans la formation des ouvriers représentait un investissement à long terme qui avait évité au complexe de recourir à une main-d'œuvre étrangère qui aurait grevé encore plus la trésorerie de l'usine. La restructuration et la privatisation des entreprises étant passées par là, le complexe dut être cédé au groupe indien Lakshmi Niwas Mittal (LNM). Le contrat décennal signé en 2001 entre cette entité économique et l'Etat algérien avait pour objectif de confier la gestion du complexe sidérurgique à ce groupe qui devait prendre en charge son développement et sa modernisation de sorte qu'il atteigne un seuil de production à même de rentabiliser les capacités installées qui sont de l'ordre de 2 millions de tonnes/an. Une fois réalisées, le contrat prévoyait une augmentation de la production qui se stabiliserait autour de
4 millions de tonnes/an. En 2004, cette société change de dénomination après la fusion de LNM holding et Ispat International pour donner naissance à Mittal Steel Annaba, laquelle deviendra, en 2007, ArcelorMittal Annaba, suite à une autre fusion entre Mittal Steel et Arcelor(France). Cette fusion du groupe indien avec le géant mondial de l'acier Arcelor a donné naissance à Arcelor Mittal qui a pris en main le complexe sidérurgique. Depuis 2009, le complexe sidérurgique est soumis à des tensions tantôt entre employeur et partenaire social pour des revendications socioprofessionnelles, tantôt entre syndicalistes pour le contrôle de l'instance syndicale. Cela a eu des conséquences pernicieuses pour la santé de l'entreprise mais cela reste conjoncturel et le complexe sortira de ce mauvais pas ; le groupe Sider (détenteur de 30 % du capital) et Arcelor Mittal comptent tous deux réaliser le plan d'investissement prévu ( 500 millions d'Euros) pour doter le complexe des équipements nécessaires à sa survie et à sa compétitivité sur le plan international.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.