Real - Zidane : "Je n'ai jamais pensé que j'étais intouchable. Jamais"    Environnement : Benharrats prend part à la 8ème session extraordinaire de la CMAE    Assad prend part à une réunion pour le lancement de la plateforme numérique des langues africaines    OPEP+ : L'augmentation de la production à partir janvier, une décision qui convient tous    TIARET : La police enquête sur les livrets fonciers de Tahkout    AEROPORT AHMED BEN BELLA (ORAN) : Reprise des vols domestiques demain dimanche    SIDI BEL ABBES : 677 associations de wilaya et 430 communales en activité    Déblocage des sites internet : Réflexion exclu !?    Le mouvement palestinien BDS défend le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    L'ALGERIE REFUSE TOUTE INGERENCE DANS SES AFFAIRES INTERNES : Salah Goudjil fait passer le message    Cherif Mellal ‘'menace'' pour Matoub Lounès    Coronavirus : 803 nouveaux cas, 541 guérisons et 12 décès    Développement : Réalisation de pistes cyclables et de parcours de VTT à Alger    Des chutes de neige prévues sur les reliefs dépassant 1.000 mètres d'altitude    ALGERIENS BLOQUES A L'ETRANGER : Air Algérie programme 24 vols de rapatriement    Démantèlement de plusieurs associations de malfaiteurs    TIARET : Le présumé auteur du vol de 10 millions de cts écroué    MASCARA : Le wali visite des projets dans les zones d'ombre    LUTTE ANTITERRORISTE : L'expérience algérienne "exhaustive et intégrée"    Tahar Ouettar, l'écrivain athée qui défendait les islamistes.    Batna: découverte d'une inscription libyque au site Guergour à Seriana    Laghouat se remémore l'un des pires massacres perpétrés par la France coloniale contre le peuple algérien    Industrie : l'ENIEM a besoin d'un financement bancaire pour sa relance    RND : examen du fonctionnement du parti et des derniers développements sur le plan international    L'APN participe samedi à une réunion sur "les processus de paix à l'échelle mondiale: rôle et participation des femmes"    Les unités de l'APLS continuent de viser des positions militaires de l'occupation marocaine    Douanes : mise en échec d'une contrebande et tentative d'introduction stupéfiants    Jeux paralympiques: versement de subventions financières aux athlètes qualifiés et qualifiables    Milan AC: Bennacer encense son coach    Ligue des champions : forfait des Buffles du Borgou, la CAF réagit    6e session du Forum parlementaire euro-méditerranéen : le Parlement algérien réaffirme le rejet de la résolution du PE    Une caravane sillonne les zones d'ombre    Plus de 12 200 infractions enregistrées en un mois    Un an de prison ferme et 100 000 dinars requis par le procureur    Quand la vérité est absente, les menteurs dansent !    Retour du Président, ingérences et détenus d'opinion    Lynda Lemay revient avec 11 nouveaux albums de onze titres    Notre-Dame de Paris accueille un concert de Noël    Un décembre en cinéma    "Pour une conférence nationale inclusive"    Poursuite des attaques contre l'armée marocaine    L'Egypte épinglée sur la multiplication des exécutions    Des peines de prison pour les leaders prodémocratie    Les distributeurs rejettent les accusations des pharmaciens    Une simple formalité pour les Mouloudéens    Le procès d'Adjlia reporté au 9 décembre    Une vie de combat    Le procès en appel des frères Kouninef renvoyé au 16 décembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une fierté nationale
Complexe sidérurgique d'El Hadjar
Publié dans La Tribune le 08 - 07 - 2012


Photo : Riad
De notre correspondant à Annaba
Mohamed Rahmani

En dehors de toute considération idéologique et politique, le complexe sidérurgique d'El Hadjar (à 10 km de Annaba) est l'une des plus grandes réalisations industrielles de l'Algérie indépendante et reste le moteur de l'économie de toute une région. Depuis l'inauguration du premier haut-fourneau, le 19 juin 1969, par le défunt président Houari Boumediène, l'usine a connu un développement tel qu'elle est devenue un exemple à suivre dans l'industrialisation. Plus tard sont venues s'ajouter d'autres unités : la zone des matières premières et fonte ainsi que la tuberie avec soudure étaient les premiers ateliers de production du complexe sidérurgique d'El Hadjar qui ont démarré cette année-là pour être suivis en 1972 par l'aciérie à oxygène N°1 et le laminoir à chaud, puis le laminoir à froid en 1974, l'aciérie électrique en 1975 , la tuberie sans soudure (TSS) et le laminoir à fil en 1978, enfin la cokerie, le haut-fourneau N° 2 et l'aciérie à oxygène N° 2. Le laminoir rond à béton a été réalisé, quant à lui,en 1980. Le complexe sidérurgique devenu au fil des ans premier facteur de développement de toute la région a été à l'origine de la création de l'Institut de métallurgie d'Annaba (IMA), premier noyau de l'Université naissante de Badji-Mokhtar dont le nombre d'étudiants avoisine aujourd'hui 49 000. Les premiers ingénieurs en métallurgie, formés à l'IMA sont affectés aux ateliers stratégiques du complexe sidérurgique d'El Hadjar. L'entreprise Ferrovial qui fabrique des wagons est, elle aussi, une invention du complexe sidérurgique d'El Hadjar puisqu' approvisionnée par le produit venant des hauts-fourneaux d'El Hadjar et de ses laminoirs à chaud et à froid ainsi que sa tuberie. Cette grande réalisation qui a suscité l'admiration de pays étrangers, a été visitée par de grands hommes, à l'exemple du Général Giap qui lui avait consacré toute une journée.Comme toute industrie lourde, des difficultés apparurent, liées à l'importation d'équipements, à la disponibilité d'une main-d'œuvre qualifiée, à une gestion qui n'est pas toujours adéquate et où le rendement et la rentabilité ne sont pas toujours des objectifs prioritaires mais en dépit de tout cela, le complexe sidérurgique continuait de tourner et de produire et la Société nationale de sidérurgie (SNS) en tenait les rênes jusqu'en 1981, date à laquelle il est repris par l'entreprise Sider. Il employait alors 18 000 personnes. La technologie utilisée exigeait une main-d'œuvre qualifiée qui n'était pas disponible au niveau local et régional et il avait fallu former à l'époque 1 500 travailleurs, ce qui avait engendré un surcoût de 5 milliards de dinars. L'imputation de ce montant dans la formation des ouvriers représentait un investissement à long terme qui avait évité au complexe de recourir à une main-d'œuvre étrangère qui aurait grevé encore plus la trésorerie de l'usine. La restructuration et la privatisation des entreprises étant passées par là, le complexe dut être cédé au groupe indien Lakshmi Niwas Mittal (LNM). Le contrat décennal signé en 2001 entre cette entité économique et l'Etat algérien avait pour objectif de confier la gestion du complexe sidérurgique à ce groupe qui devait prendre en charge son développement et sa modernisation de sorte qu'il atteigne un seuil de production à même de rentabiliser les capacités installées qui sont de l'ordre de 2 millions de tonnes/an. Une fois réalisées, le contrat prévoyait une augmentation de la production qui se stabiliserait autour de
4 millions de tonnes/an. En 2004, cette société change de dénomination après la fusion de LNM holding et Ispat International pour donner naissance à Mittal Steel Annaba, laquelle deviendra, en 2007, ArcelorMittal Annaba, suite à une autre fusion entre Mittal Steel et Arcelor(France). Cette fusion du groupe indien avec le géant mondial de l'acier Arcelor a donné naissance à Arcelor Mittal qui a pris en main le complexe sidérurgique. Depuis 2009, le complexe sidérurgique est soumis à des tensions tantôt entre employeur et partenaire social pour des revendications socioprofessionnelles, tantôt entre syndicalistes pour le contrôle de l'instance syndicale. Cela a eu des conséquences pernicieuses pour la santé de l'entreprise mais cela reste conjoncturel et le complexe sortira de ce mauvais pas ; le groupe Sider (détenteur de 30 % du capital) et Arcelor Mittal comptent tous deux réaliser le plan d'investissement prévu ( 500 millions d'Euros) pour doter le complexe des équipements nécessaires à sa survie et à sa compétitivité sur le plan international.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.