Rassemblements et meeting: Les précisions de l'ANIE    Marché de Aïn El Turck: Retour en force des étals de vente de viande de l'abattage clandestin    Présomptions condamnables ?    Un destroyer américain fait escale au port d'Alger    USM Bel-Abbès: Reprise sur place en attendant les stages    JSM Béjaïa: Le bon sens a prévalu    Ligue des champions d'Europe: PSG - United, de la revanche dans l'air !    Nouveaux bacheliers: Les préinscriptions, mode d'emploi    Non respect des gestes barrières et hausse des cas de Covid-19: Le wali ordonne l'intensification des contrôles    24 blessés dans sept accidents de la route en 72 h    L'ex-commissaire: Kaddour Benkhira n'est plus    L'Opep+ décidée à prendre les mesures pour stabiliser le marché    "La révision constitutionnelle consacre et préserve les constantes de l'identité nationale    Comparution de l'ex-wali zoukh    Talaie El Hourriyet appelle ses militants à faire "prévaloir l'intérêt du pays"    214 nouveaux cas dépistés en Algérie    Baisse prévisionnelle des réserves de change à moins de 47 mds/USD    Procès en appel d'Ali Haddad : les plaidoiries de la défense se poursuivent    Sacchi et Capello évoquent la performance de Bennacer !    Première séance pour Benrahma avec West Ham    PLF: la commission des finances réclame davantage de mesures pour sauver les entreprises    OPEP+: Attar insiste sur le respect des engagements pour rééquilibrer le marché    Le projet de l'amendement constitutionnel institue un nouvel Etat fier de son identité et ouvert sur le monde (Hafsi)    Energie: le taux national d'électrification a atteint plus de 98% à fin 2019    Les réserves de change passeront sous la barre des 50 milliards de dollars    NAAMA : Découverte d'une bombe datant de l'époque coloniale    VIANDES BLANCHES : Prise de mesures pour un approvisionnement stable du marché    LAGHOUAT : 03 morts et 06 blessés dans un accident à Aflou    DISTRIBUTION DE LOGEMENTS A MASCARA : Opération d'envergure à l'occasion du 1er novembre    RENCONTRE SUR LE PROJET D'AMENDEMENT CONSTITUTIONNEL : La fédération nationale de la société civile sensibilise les citoyens    Référendum constitutionnel : Talaie El Hourriyet décide de participer et appelle ses militants à faire prévaloir l'intérêt du pays    Fédération subaquatique (FASSAS): deux candidats pour le poste de président et 11 pour le bureau    A servi et peut servir encore!    Deux policiers enlevés par des membres d'un parti    Violences intercommunautaires dans le fief d'un candidat    Le MC Saïda toujours interdit de recrutement    La CAF propose différentes options pour les 3e et 4e journées    "Nous n'allons pas reconfiner à nouveau"    Lilia Salemkour sur le podium    La rue réclame la réforme de la monarchie en Thaïlande    Tala Amara n'a pas oublié son fils    "Héliopolis" de Djaâfar Gacem en compétition    Plaidoyer pour une Algérie en phase avec la marche du monde    Aux enchères de Christies, 10 millions de dollars pour un recueil de Shakespeare    Les associations religieuses appelées à contribuer à la consolidation du patriotisme    Fonds de commerce «invalide» !    «Monsieur propre»    Tiaret: Un thé à la «Place Rouge»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Moins de redoublements mais un taux d'abandon scolaire qui reste important
Selon la dernière édition du recueil mondial sur l'Education
Publié dans La Tribune le 23 - 11 - 2012

La dernière édition du Recueil de données mondiales sur l'éducation de l'Unesco, révèle jeudi soir qu'il est urgent de s'attaquer au nombre élevé d'enfants qui redoublent et qui quittent l'école avant d'avoir achevé leurs études primaires ou un premier cycle de l'enseignement secondaire. Selon les nouvelles données de l'Institut de statistiques de l'Unesco (ISU), dont l'APS a obtenu une copie, environ 32,2 millions d'élèves du primaire ont redoublé en 2010, et 31,2 millions d'élèves ont quitté l'école et n'y retourneront peut-être jamais. Le recueil en question présente un large éventail de données et d'indicateurs de l'ISU permettant de mieux identifier les millions d'enfants qui passent entre les mailles du filet des systèmes éducatifs et qui quittent l'école, souvent sans même savoir lire ou écrire. Le document révèle que trois régions ont des taux d'abandon dans le primaire particulièrement élevés. Il cite ainsi l'Afrique subsaharienne où 42% des élèves quittent l'école précocement, et un élève sur six quittant l'école avant la deuxième année de scolarisation. Vient ensuite l'Asie du Sud et de l'Ouest, où 33 élèves qui commencent l'école primaire sur 100, abandonnent avant d'avoir atteint la dernière année d'études primaires et enfin l'Amérique latine et les Caraïbes, où 17% des élèves quittent l'école avant d'avoir achevé leurs études primaires. Le recueil met en évidence quelques signes encourageants, comme une baisse de 7% du taux de redoublement mondial entre 2000 et 2010 alors que davantage d'enfants s'étaient inscrits dans le primaire, les taux de scolarisation ayant en effet augmenté de 6% pendant la même période. Cependant, les taux de redoublement restent élevés dans de nombreux pays. Chaque enfant qui commence à aller à l'école aujourd'hui dans les Etats arabes, en Amérique latine et en Afrique subsaharienne risque de redoubler une, voire plusieurs fois. Dans des pays tels que le Burundi ou le Togo, un enfant qui commence à aller à l'école aujourd'hui peut passer deux ou trois années à redoubler une classe du primaire. Au Burundi, si les ressources consacrées aux redoublements étaient investies dans la scolarisation de nouveaux élèves, le produit intérieur brut (PIB) du pays pourrait progresser de 1,3% par an, selon le recueil.Au niveau mondial, on a estimé que chaque année de scolarisation (sans redoublement) dont bénéficie un enfant peut faire progresser ses revenus personnels de 10% et faire augmenter le PIB mondial de 0,37% par an. En général, les filles sont moins susceptibles que les garçons d'être scolarisées mais les garçons courent un risque plus élevé que les filles de redoubler et de quitter l'école, selon le recueil. L'âge des élèves peut également constituer un facteur déterminant : les élèves en avance sont plus susceptibles de redoubler alors que les élèves en retard ont tendance à quitter l'école précocement. Cependant, selon les données, les facteurs les plus importants sont les revenus du ménage et la situation géographique, indique la même source. Les enfants pauvres qui vivent dans des régions rurales sont plus susceptibles de redoubler et de quitter l'école avant d'avoir achevé des études primaires et d'avoir acquis des compétences de base que les enfants citadins appartenant à des ménages aisés. «D'un point de vue à la fois moral et économique, nous ne pouvons pas nous permettre d'ignorer ces constatations,» note-t-on dans le recueil. «D'ici à 2015, il ne reste plus que quelques années à la communauté internationale pour tenir ses engagements en matière de droit de tous les enfants à l'éducation primaire. Les données et le recueil montrent que les systèmes éducatifs accueillent davantage d'enfants mais qu'ils les perdent faute d'être suffisamment efficaces, ce qui se traduit par des redoublements et des abandons précoces», ajoute-t-on. En 2010, 11,4 millions d'élèves ont redoublé une classe du primaire en Afrique subsaharienne, soit plus d'un tiers du total mondial. Les taux régionaux de redoublement ont légèrement baissé, ils sont passés de 11 à 9% entre 2000 et 2010, mais pendant cette période, les systèmes éducatifs ont peiné pour offrir une éducation à une population en âge d'être scolarisée en augmentation. Le recueil souligne que ces progrès sont particulièrement visibles au niveau national et indique qu'en 1999, 15 pays africains avaient des taux de redoublement supérieurs à 20%, en 2009, ils n'étaient plus que 9. Il cite alors le cas du Cameroun, du Congo, de l'Ethiopie, de
Madagascar, du Mozambique et du Rwanda qui ont fait baisser leurs taux de redoublement de plus de 10 points de pourcentage depuis 1999.
APS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.