REMPLAÇANT AHMED OUYAHIA INCARCERE A LA PRISON D'EL-HARRACH : Azzedine Mihoubi, nouveau SG par intérim du RND    LOGEMENTS PROMOTIONNELS AIDES (LPA) : Premiers quotas livrés à partir d'août    CELEBRATIONS DE LA VICTOIRE DES VERTS : Nuit blanche à Mostaganem    CADETS DE LA NATION : 99.46% de taux de réussite au Bac    COMMERCE : Plus de 2800 infractions enregistrées depuis début juin    Un pétrolier de Sonatrach contraint de se diriger vers les eaux territoriales iraniennes    Les héros sont de retour au pays    EN - Mahrez : "Fier d'avoir été le capitaine de cette équipe"    Quand Mobilis "évince" Ooredoo    Bientôt un nouveau cahier des charges    Une application pour la location de véhicules    La présidence dit oui    Ankara lance une riposte contre le PKK après l'attaque à Erbil    Téhéran dément des «allégations délirantes» de Trump    Un soldat tué et deux blessés    Peine de mort contre trois hommes    Enlèvement d'une députée anti-Haftar    L'ex-wali de Skikda, Benhassine Faouzi, sous contrôle judiciaire    Les partisans d'une alternative démocratique contre-attaquent    L'Alliance présidentielle décapitée    La cérémonie en Egypte    Les réserves de l'ETRHB pour la vente de ses actions    Deux vieilles connaissances sur la route des Verts    Le ministre du Commerce rassure les boulangers    1 000 kilomètres pour en faire la demande    Arrestation des voleurs de portables en série    5 ans de prison pour l'ex-directeur des Domaines    ACTUCULT    Yazid Atout, nouveau DG de la radio Chaîne III    La gestion administrative cédée aux travailleurs    Lorsque la solidarité villageoise fait des merveilles    Hommage au grand maître Benaïssa    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Frenda: Un guichet unique pour les fellahs    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Un forum qui a fait bouger les lignes    On ne construit pas un pays en bâclant, en trichant    Face au diktat de ses clients «publics»: L'aveu d'impuissance de la Sonelgaz    Circulation routière: 568 permis de conduire retirés en juin    Les Guerriers du Désert sur le toit de l'Afrique    Edition du 20/07/2019    Le peuple tient le cap    L'Ensemble «Safar» de musique andalouse en concert    Le Hirak toujours en marche    Le casse-tête des médecins spécialistes    Une 2e étoile pour les verts !    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    Mesures légales pour relancer la production    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





4èmes journées médico-psychologiques : près de 1% de la population jeune atteinte de schizophrénie
Publié dans La Tribune le 04 - 12 - 2008

Tout comme la santé physique, la santé mentale revêt une importance vitale pour le bien-être général des individus. Or, cette question est souvent négligée ou carrément ignorée dans notre pays. Pourtant, les pathologies mentales sont de plus en plus fréquentes.
En attestent le constat et les chiffres révélés hier par des spécialistes venus des quatre coins du pays, lors des 4èmes journées médico-psychologiques organisées à l'hôtel Aurassi. Alzheimer, schizophrénie, agressivité, violence, autant de sujets d'actualité qui
font parler d'eux. Selon les organisateurs, à leur tête le professeur Mohamed Tedjiza, chef de service à l'hôpital Drid Hocine et
président de la Société médico-psychologique algérienne, environ 300 000 personnes sont atteintes de la maladie d'Alzheimer. Si cette maladie est la principale cause de démence chez les personnes âgées, la schizophrénie concerne une population jeune. «Elle se manifeste par une modification de la personnalité et la perte du contact avec la réalité, et affecte environ 1% des Algériens», d'après le professeur Tedjiza. Ce dernier précisera que l'hôpital psychiatrique Drid Hocine enregistre annuellement 20 000 consultations et 2 000 hospitalisations. Il existe vraisemblablement des prédispositions génétiques à la schizophrénie mais elle reste encore très mystérieuse.
Les traitements actuels ne permettent pas de guérir cette maladie mais aident à retrouver une vie quasi normale. La prise en charge passe par des médicaments, neuroleptiques et antipsychotiques, et un soutien psychologique. Abordant la question des traitements, le professeur Tedjiza est revenu sur les dernières mesures du ministère de la Santé qui visent l'interdiction d'importer des médicaments fabriqués en Algérie. Il déplorera le fait de ne pas associer les praticiens et les experts concernés dans une telle démarche et reproche aux pouvoirs publics de «vouloir appliquer sans discernement une politique de soutien inconditionnel au générique» en ne tenant pas en compte le risque encouru par certains malades sous traitement depuis longtemps, notamment ceux atteints de schizophrénie. «Je ne dis pas que tous les médicaments génériques sont mauvais mais ils ne sont pas forcément tous efficaces», dit-il. Par ailleurs, le professeur Moussa Arrada, doyen de la faculté de médecine d'Alger, explique que l'OMS accorde une importance capitale à la santé mentale, comme en témoigne la définition de la santé figurant dans sa Constitution qui dit que «la santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en l'absence de maladie ou d'infirmité». Il dira que ces journées s'inscrivent dans le cadre du programme de formation continue de la faculté de médecine d'Alger qui permet une mise à jour des connaissances des médecins algériens.
Le représentant du ministère de la Santé a, pour sa part, évoqué la réalisation en cours de 14 hôpitaux psychiatriques et mis en exergue le programme du président Bouteflika qui porte sur la création de 53 centres intermédiaires de soins aux toxicomanes
et de 15 centres régionaux de cure de désintoxication.
A. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.