Affaire Tahkout : poursuite au tribunal de Sidi M'hamed des plaidoiries de la défense    Feux de forêts: plus de 1.888 ha détruits en une semaine    confinement partiel à Sétif: strict respect et arrêt total des déplacements au 1er jour    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Covid-19 : mobilisation d'un plus grand nombre de lits dans les hôpitaux    Le ministre des Ressources en eau dévoile la directive du président    9 juillet 1962    Benrahma et Brentford à deux points des barrages    Chelsea chasse Leicester du podium    Se sauver ou sombrer    Rachad, les harragas et la décennie noire    Faut-il avoir peur de la seconde «ouhda» ?    «La perte du goût et de l'odorat sont deux symptômes du Covid-19»    «La sensibilisation et le confinement ciblé des zones endémiques sont la clé pour contenir le Covid-19»    Le barrage de Boukourdane face aux aléas du déficit hydrique    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    Papicha de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Lancement prochain de la dernière phase de l'aménagement de la Maison de la culture    Relaxe pour trois activistes du hirak à Béjaïa    La FAF tranchera le 15 juillet    Me Meftah : "Deux procès contre Hannachi sont programmés pour le 27 juillet"    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    Cap sur un nouveau plan de relance    Climat: nouvelle hausse des températures jusqu'en 2024, selon l'ONU    Perspectives moroses pour l'économie algérienne    Pour quelle réorganisation territoriale ?    Boukadoum met en garde contre la gravité de la détérioration de la situation en Libye    Risque de famine pour 7 millions de personnes en Afrique de l'Est    10 décès et 469 nouveaux cas en 24 heures    Plus de 3 000 réfugiés arrivés en Ouganda en trois jours    Le Burkina pris dans une spirale de violence    Hommage aux détenus d'opinion algériens à Montréal    Nos prénoms dissimulent tant de guerres et tant de conflits !    "Hourof El Jenna", un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    Installation de Mohamed Boukerras au poste de Directeur général de l'ISMAS    Installation du comité d'évaluation des œuvres des candidats au concours du "Prix Ali Maachi" pour les jeunes créateurs    Football Amateur : Attention au chant des sirènes    MO Béjaïa : Hadjar a subi une intervention chirurgicale    Relance du Barrage vert : ce qu'il faut éviter    Annulation de la CAN-2020 Féminine : Une pétition pour la restauration du tournoi    Azazga : Electro-industries dans la zone des turbulences    Libye : Boukadoum plaide pour une solution "opérationnelle et pratique"    Les chouhada sont revenus ce vendredi    Nouveau calendrier pour les pensions de retraite    Appel à commentaires pour l'élaboration d'une feuille de route    Le passeport Algérien toujoura a la traine    Surveillance des droits de l'homme : La Minurso ne doit pas faire exception, affirme le Polisario    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Patrice Neveu: «Avec Halilhodzic, l'Algérie avait un style, avec Leekens elle a perdu son âme»
Publié dans Le Buteur le 30 - 01 - 2017

Il est un des spécialistes du football africain. Patrice Neveu s'est exprimé au sujet de la sélection nationale et le rendement des Verts à l'occasion de la 31e édition de la coupe d'Afrique des nations, Gabon 2017. Pour l'ancien sélectionneur de la Guinée, de la Mauritanie et de la RDC, la sélection nationale a perdu carrément son âme. Il n'a pas manqué l'occasion de faire une comparaison avec l'ère de Vahid Halilhodzic où, selon lui, l'Algérie pratiquait un beau jeu. Il a déclaré à ce propos : « Il n'y avait pas un style de jeu qui se dégageait comme du temps de Vahid Halilhodzic, un entraîneur de caractère. Les joueurs ont besoin d'avoir des lignes directrices, surtout en sélection. Là, il n'y avait rien. Mahrez, on ne l'a vu qu'épisodiquement, sur des coups de patte individuels. Ça remet à sa vraie place le choix et la personnalité du sélectionneur ». Patrice Neveu semble avoir ainsi le même sentiment que les Algériens, à savoir une erreur de casting de la part de la Fédération algérienne de football, lorsque cette dernière a opté pour Georges Leekens afin de remplacer le Serbe, Milovan Rajevac, parti après deux mois de travail seulement. « A mon avis, l'équipe algérienne est une équipe qui a perdu son âme » dira-t-il.
«Leekens a fait preuve de non maîtrise du groupe»
Patrice Neveu a été trop critique envers Georges Leekens qui, selon lui, n'a pas su maîtriser le groupe. Neveu l'accuse ainsi d'avoir perdu le contrôle du groupe techniquement et de ne pas prodiguer les consignes nécessaires. Le technicien français évoque aussi le coaching du Belge qui a été même qualifié, par la presse algérienne et les spécialistes, de mauvais : «Toutes les équipes ont des individualités qui doivent se mettre au service du collectif. Cela n'a pas été le cas. J'ai également senti un coach, Leekens, sans maîtrise de son groupe. Il y a eu des rendements insuffisants, c'est vrai. Mais aussi des décisions discutables ».

«Voici un critère pour choisir un sélectionneur»
Fasciné par l'EN version Vahid Halilhodzic, Patrice Neveu évoque un sérieux critère pour choisir un sélectionneur, tout en donnant comme exemple les passages ratés du Serbe, Milovan Rajevac, ainsi que celui du Belge Georges Leekens. Neveu dira aussi que l'EN jouait à 50% de sa valeur uniquement : « Cette Algérie était trop gentille, elle ne se rebellait pas. Elle tournait à 50%. Il faut certainement un technicien qui sache manier les deux cultures, l'identité du pays et l'aspect footballistique. Ça a été compliqué avec Rajevac et ça n'a pas pris avec Leekens ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.