Le Président Tebboune préside une séance de travail au siège du MDN    Entre indifférence et inconscience    Plan d'annexion en Cisjordanie: la Fédération internationale des syndicats condamne la démarche israélienne    La BM retire des cartes géographiques du Maroc incluant illégalement le Sahara occidental    Deux terroristes neutralisés, un autre s'est rendu en mai dernier    Le RND dénonce les campagnes d'information tendancieuses des médias français contre l'Algérie    Un webinaire interactif pour la région Mena    Les frais de transport des dépouilles à la charge de l'état    Raouya présente le PLFC 2020 devant la commission spécialisée    Mustapha Hamici, nouveau directeur général    Baadji Abou-El-Fadhl confiné chez lui    Le référendum constitutionnel fixé au 1er juillet    Le Zimbabwe convoque l'ambassadeur américain à Harare    L'Amérique brûle    Réunion du Bureau Fédéral de la FAF : La reprise des activités liée à la levée du confinement    Milan AC (Italie) : L'Algérien Bennacer intransférable pour le futur entraîneur    L'Epreuve    L'infrangible lien…    Les remplaçants acceptent, les titulaires refusent    Manchester City : Mahrez victime d'un cambriolage à plus de 500 000 euros    Le procès de Karim Tabbou renvoyé au 29 juin    Covid19-Aides aux commerçants: l'ANCA se félicite des décisions du Conseil des ministres    8 décès et 119 nouveaux cas en 24 heures    Les écoles privées rappelées à l'ordre    Mila : 73 enfants victimes de violences depuis le début de l'année    On vous le dit    La sanction infligée à l'émission "Insahouni" d'Ennahar TV réduite à une suspension provisoire    Le journaliste Henri de Grandmaison tire sa révérence    "Je pense porter plainte pour manipulation"    De l'orientation sociale du savoir au contrôle de la société    Fresque murale vandalisée à Alger-Centre : «Abu rouleau» rentre dans l'art    Grèce : Plus de 11 000 réfugiés seront expulsés    Récits de Miel et de Sang, ou le voyage dans le temps    Sidi Bel Abbès: Plus de 400 kg de viande issue de l'abattage clandestin interceptés    Football - Agents de joueurs: Entre affairisme et parfaite illégalité !    Allemagne: Quatrième passe décisive pour Bensebaïni    Impactés par les retombées du confinement: Les gérants des auto-écoles réclament la reprise de leur activité    El-Bayadh: La production céréalière impactée par la sécheresse    "La chloroquine a prouvé son efficacité" selon Benbouzid    Les plages algéroises interdites à la baignade    Ce que prépare le gouvernement...    Les amendements introduits    TRIBUNAL DE KOLEA : Le procès de Karim Tabbou à nouveau reporté    Mustapha Hamici installé à la tête du quotidien Echaâb    Boukadoum: Oeuvrer sans relâche à redonner à l'Algérie la place qui lui sied    Le premier document juridique en version amazighe dédié aux droits de l'enfance, publié    La mort au temps du corona    Les violentes manifestations se poursuivent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le coronavirus peut-il affecter les hommes plus que les femmes ?
Publié dans Le Buteur le 05 - 04 - 2020

La Chine a été le premier pays à connaître l'épidémie de COVID-19, et également le premier à publier les premières données sur le profil épidémiologique de l'infection. Les autres Etats ont ensuite apporté petit à petit leurs statistiques locales.
La plupart d'entre elles ont convenu que les hommes sont plus touchés par le coronavirus que les femmes. Mais cela n'a rien à voir avec la contagiosité, mais plutôt avec la létalité.
La différence entre les hommes infectés par le SRAS-CoV-2 et les femmes infectées est minime. Presque toutes les zones géographiques présentent des différences de 2 à 4 % entre les sexes. Ce n'est pas une valeur significative.
* Lorsque l'on analyse l'effet agressif et mortel du coronavirus, on peut affirmer qu'il touche davantage les hommes que les femmes
* En moyenne, les femmes sont moins infectées que les hommes
* Contrairement aux hommes, les femmes infectées ont nécessité moins d'hospitalisations et moins de lits de soins intensifs
Des conditions antérieures expliquent pourquoi le coronavirus peut affecter davantage les hommes
Les statistiques mondiales s'accordent à dire que le coronavirus peut affecter les hommes plus que les femmes. Cette information se reproduit sur tous les continents.
Le point de basculement est que les hommes meurent plus que les femmes des coronavirus. Et on spécule que l'issue fatale est liée à des comorbidités.
Nous savons déjà que les groupes à risque pour les formes graves de la maladie sont ceux qui souffrent de maladies chroniques telles que l'hypertension, l'insuffisance cardiaque, les maladies pulmonaires obstructives chroniques et le diabète. De même, les patients atteints de cancer et les patients immunodéprimés sont plus exposés.
Il s'avère qu'en général, les hommes sont plus touchés par l'hypertension et les autres maladies cardiovasculaires que les femmes. Si l'on regarde les statistiques européennes, près de 50 % des hommes sont hypertendus, alors que chez les femmes, ce chiffre tombe à 37 %.
Quelque chose de similaire se produit avec les pathologies respiratoires, en ajoutant le tabagisme, qui est une habitude plus courante chez les hommes. Cela correspond au fait que la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) est plus de deux fois plus fréquente chez les hommes que chez les femmes.
La théorie des hormones
Outre la composition par âge des groupes concernés, il existe une théorie qui s'appuie sur le profil hormonal. Selon cette hypothèse, les œstrogènes pourraient expliquer pourquoi le coronavirus peut affecter les hommes plus que les femmes.
Suite aux épidémies de SRAS et de MERS, deux coronavirus qui ont affecté l'humanité au cours des vingt dernières années, des études scientifiques ont été menées sur ces virus. Certaines de ces études ont montré que les souris femelles étaient plus résistantes au coronavirus que les mâles.
Pour poursuivre l'étude, les chercheurs sont passés à une deuxième phase où ils ont retiré les ovaires des souris. Ainsi, ils ont cessé de produire des hormones féminines telles que l'œstrogène. À ce moment-là, les femelles ont atteint le taux d'infection des mâles.
Bien qu'il s'agisse d'une étude chez l'animal, et avec une variété de coronavirus qui n'est pas la plus courante, elle permet de supposer l'association. D'autres recherches seraient nécessaires, mais au moins elles génèrent un champ d'étude à poursuivre.
Le problème du genre dans la pandémie de coronavirus
Au-delà du fait que le coronavirus peut affecter les hommes plus que les femmes, la question des différences entre les sexes provoquées par la pandémie est importante. Tant sur le plan économique qu'en termes d'exposition au virus dans les hôpitaux et les cliniques.
Les femmes peuvent voir leur activité économique fortement diminuée lorsqu'elles se déclarent en confinement. Un exemple classique de ces situations est celui des travailleurs domestiques, qui ne peuvent pas se rendre à leur travail.
Dans le même temps, de nombreuses personnes travaillant en première ligne dans les équipes de santé sont des femmes. L'expérience passée avec l'épidémie d'Ebola, par exemple, entre 2014 et 2016, a montré clairement que les infirmières étaient fortement exposées au virus car elles étaient plus impliquées dans les soins infirmiers que les hommes.
A considérer
La différence entre les hommes et les femmes ne doit pas être une raison pour changer les pratiques générales de prévention. Les hommes et les femmes doivent maintenir leur isolement social, se laver fréquemment les mains avec du savon et surveiller les symptômes compatibles avec le coronavirus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.