Vaste mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    Le FFS "fidèle à son esprit nationaliste et patriotique"    Un mémorandum d'entente sur les concertations politiques algéro-thaïlandaises    Les efforts de l'Algérie visant l'unification des rangs arabes et palestiniens soutenus    Renforcer et diversifier l'investissement touristique pour la promotion du tourisme    Salon de l'habitat: le Reverse Engineering, une source d'innovation    APN: chaud débat en perspective    Zineb El Mili inhumée au cimetière de Sidi Yahia à Alger    Réception de 2,5 millions de doses de vaccin    Mise en service de plusieurs structures sanitaires à Chlef    Tlemcen: Ilham Mekliti lauréate du concours du 14e Salon des arts plastiques    Hand/CAN 2022 (dames): "Ce sera difficile mais jouable"    Mémoire nationale: élaborer un guide académique pour l'enseignement de l'histoire    Sommet arabe: un tournant qualitatif dans l'action arabe commune en faveur de la cause palestinienne    Handball: décès de l'ancien international algérien Ahmed Hadj Ali    Foot (match amical) : Algérie A' - Soudan à huis clos    L'Armée sahraouie bombarde des retranchements des forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Le nouveau stade de Tizi-Ouzou sera livré dans les délais    Festival national du Malouf de Constantine : un spectacle des plus élégants à la troisième soirée    Alcool frelaté: 19 morts dans le nord du Maroc    Algérie A'- Soudan aujourd'hui à 20h00: Maintenir la dynamique des résultats    Ligue 1: Deux duels attrayants    Tiaret: L'usine de plaques PVC entre en production    De la dualité désordre-ordre humain à la guerre Ukraine-Russie    Tlemcen: Les nouveautés de la codification des marchandises    Huit agences de voyages agréées pour la Omra 1444: 21 millions de cts au minimum pour une «Omra simple»    Préservation des îles Habibas: Lancement de l'atelier chargé de l'élaboration du schéma directeur    Les chantiers de la santé : éviter de se perdre    A quand une rencontre Président-Maires ?    Sonatrach: Priorité à l'exploration    Une centaine de supporters blessés    LA VIE... ET LE RESTE    Tensions accrues au Sahel    Des «lignes rouges» tracées    Du bon et du moins bon    60 Cantines scolaires à l'arrêt    Ce qu'en attendent les syndicats    Maguire, c'est désastreux    Une aubaine pour les cimentiers    Les autorités pro russes revendiquent la victoire    Un géant qui voit grand    Festival algérien des arts et de la culture «Dz Fest»    Le Japon invité d'honneur    Saint Augustin de retour à Souk Ahras    Tebboune reçoit l'Ambassadeur du Ghana    Conseil de sécurité de l'ONU: La Ligue arabe, l'UA et l'OCI soutiennent l'Algérie    Une commission et des Interrogations    Le wali, homme-orchestre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le président se recueille à la mémoire du premier martyr du 8 mai 1945
Publié dans Le Financier le 11 - 12 - 2011


Le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, s'est recueilli mardi à Sétif à la mémoire de Saâl Bouzid, premier martyr des événements du 8 mai 1945, après avoir déposé une gerbe de fleurs au pied de la stèle dédiée à ce Chahid, au cœur de l'avenue du 8 Mai 1945. Saâl Bouzid, alors âgé de 22 ans, avait été abattu par un officier de la police coloniale parce qu'il refusait de baisser l'emblème national lors de la marche organisée il y a 67 ans par des Algériens qui revendiquaient la liberté et l'indépendance pour leur pays. Le chef de l'Etat s'est ensuite rendu à la salle omnisports du complexe de l'OPOW de Sétif où il doit prononcer un discours dans le cadre de la commémoration des massacres du 8 mai 1945. Pendant que les Occidentaux fêtaient le 8 mai 1945, après la victoire sur le nazisme, la France coloniale, elle, commettait un véritable génocide en Algérie. Pour les historiens, les Algériens, comme pour les parents, descendants et familles de ces dizaines de milliers de victimes de la cruauté coloniale, le 8 mai 1945, rappelle surtout que la victoire contre le nazisme, acquise également grâce au sacrifice de milliers d'Algériens, s'est traduite en Algérie par une féroce répression de la France dès lors que le peuple algérien a seulement ‘'osé'' revendiquer lui également sa ‘'libération'' du joug colonial. En ce 8 mai 1945, c'était surtout l'horreur en Algérie où la France, en ce qu'elle portait de forces militaire, paramilitaire, policière et groupes armés, avait commis, quelques mois avant les procès de Nuremberg, des crimes contre l'humanité. Plus de 45.000 Algériens de Kherrata à Guelma, Sétif, et des régions du grand Constantinois (est du pays), sont massacrés, lynchés, torturés, jetés dans des fours à chaux par l'armée française et les colons, pour avoir seulement revendiqué le droit à l'existence, la fin du colonialisme, au lendemain de la victoire des alliés sur le nazisme. Pourtant, à Sétif comme à Guelma, Kherrata ou d'autres villes du pays, on avait cru naïvement que les festivités marquant la fin du nazisme en Europe, étaient également le début de la fin de la longue nuit coloniale. Les défilés des Algériens revendiquant ‘'la Libération'' et la fin du joug colonial commencent à Sétif, en ce 8 mai 1945. Et les Sétifiens défilent, portant drapeau algérien et banderoles avec ces slogans ‘'Libérez Messali'', ‘'Vive l'Algérie libre et indépendante'', ‘'A bas le colonialisme''. Ou encore «l'arabe est ma langue, l'Algérie mon pays, l'islam ma religion».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.